Sunday, December 12, 2010


Beyond Golden Rice: The Rockefeller Foundation’s long-term agenda behind Genetically Modified Food

by Jurriaan Maessen

A total population of 250-300 million people, a 95% decline from present levels, would be ideal.’ – Ted Turner to Audubon Magazine, 1996

In an April 18th 2009 article on the development of GM-Food for the African continent, ‘Strange Fruit: Could genetically modified foods offer a solution to the world’s food crisis? the author mentions that the Rockefeller Foundation has recently set out to fund the process of ‘biofortified rice’ for third world nations, invented by a Swiss scientist named Ingo Potrykus.

In 2000 a Swiss scientist named Ingo Potrykus modified rice, adding a bacterial gene and two genes from the daffodil, to add Vitamin A to rice. His plan was to find an easy way of countering the vitamin deficiency which causes blindness in around half a million people, mainly children, every year. Half of them die within 12 months of going blind and others die of diseases such as malaria because the deficiency affects their immune system. Professor Potrykus called his invention Golden Rice.’

But there's nothing recent about the Rockefeller Foundation's involvement in the research and development of genetically enhanced rice, as we learn from a November 14, 2000 publication by the Rockefeller Foundation in which the director of Food Security of the Rockefeller Foundation Gary H. Toenniessen states that in the early 1990's the Swiss scientist along with a colleague:

"...approached the Foundation. Dr. Ingo Potrykus of the Swiss Federal Institute of Technology in Zurich was a specialist in plant genetic transformation and his lab was one of the first to genetically engineer rice. (...) These two scientists proposed to genetically engineer `rice with daffodil genes to produce nutritionally significant levels of beta-carotene in the rice endosperm. At a foundation-sponsored workshop, other scientists agreed that this task was difficult but achievable, and the effort was funded.'

Ten years later, it seems, the experiments had proven a great success. In a keynote speech by Rockefeller Foundation's president Judith Rodin on October 17 2008, the speaker points out that the research concerning genetically engineered rice has been underway for at least 65 years- and all this time received the generous support of the Foundation's deep pockets. Rodin explains:

'In the sixty-five years since they began, we've funded the work of Golden Rice's engineers, Dr. Peter Beyer, Dr. Ingo Potrykus, and others for more than fifteen of them. (...) I'm delighted to announce, today, that we will be providing funding to the International Rice Research Institute - which we helped establish almost fifty years ago - to shepherd Golden Rice through national, regulatory approval processes in Bangladesh, India, Indonesia, and the Philippines. And we hope this is just the beginning.'

On behalf of the Rockefeller Foundation, Representative Akinwumi Adesina stated before the Congressional Black Caucus Legislative Conference on September 28 2007 that the continent of Africa was especially chosen as the Foundation's favourite playing ground. But he laments:

'Regarding genetic engineering, by and large, African countries do not currently have in place regulatory frameworks that allow their use for food production. Many challenges face the introduction and cultivation of GM crops in Africa, including fear of GE crops.'

Adesina goes on by bringing climate change into the equation, dumping fear upon fear, and hoping perhaps that a new fear will eliminate the former one:

‘Assisting Africa to meet its food needs has other advantages for climate change. (…) Increasing population pressure and reliance on extensive agricultural practises will likely lead to further deforestations and carbon dioxide emissions and contributions to climate change.’

Under the umbrella of "climate change' all serious concern about playing God with the earth’s flora (and Fauna) can be thrown aside without a second thought it seems. Rockefeller Foundation representative Gary H. Toenniessen stated during a conference in his lecture "Opportunities for and challenges to Plant Biotechnology Adoption in Developing Countries':

'Public acceptance of transgenic crops and genetically modified (GM) food, or rather, lack thereof, is a major constraint to the adoption of plant biotechnology, particularly in Europe. (...) Orchestrated campaigns against GM foods have consequently found a receptive audience amongst urban consumers. The situation in developing countries may well be different', he adds slyly.

This same opinion is being conveyed in a 2005 "strategic review of the organisation (the Rockefeller Foundation), wherein several "challenges' are brought forward that might stand in the way of the next level of globalisation that the Foundation has mapped out for all of us, one of these being 'resistance to the development and use of genetically modified foods'.

Here comes into play the promotion of ‘global warming’. By claiming global warming will affect all nations and all peoples, and coupling the supposed climate hazard to the necessity of GM-crops lest the third world starve and die by the lack of it, the different pieces of this diabolical puzzle come together. The spectre of global climate change hangs over the world food situation, they claim, and the anticipated resistance might well be lessened if the people are adequately bamboozled into accepting the Foundation’s genetically modified foods program for fear of a vengeful God raining his wrath onto their heads. If the globalists would lie to lure the people into accepting GM foods, they would certainly not think twice about lying about the motives behind the development of these foods for mass production.

In an October 8 2006 editorial by Dean Kleckner (member emeritus of the World Food Prize Board of Advisors) on AgWeb.Com, he comments on the announced investments by the Bill and Melinda Gates Foundation in conjunction with the Rockefeller Foundation's ambition to spark a "Green Revolution' on the impoverished continent of Africa. He states that 'The 21st-century's Green Revolution must also be a Gene Revolution.'

The Foundation itself is strangely upfront about its long-term objectives, when it bragged in the 2006 ‘The Rockefeller Foundation’s International Program on Rice Biotechnology':

‘The Rockefeller Foundation has a long, complex, and rich history in promoting agricultural development throughout the developing world. The Foundation began its major field-based program in Mexico in the 1940s, which led to the series of technologies, insights, and processes collectively known as the ‘Green Revolution’. (…) Through a series of strategically placed grants, some of the world’s premier laboratories were invited to participate in the program.’

As we learn from the 1968 Rockefeller Foundation annual report, the term Green Revolution has been around for quite a while. In the report the Foundation's president J. George Harrah already speaks of the ‘Green Revolution’, built upon ‘miracle rice’ and ‘miracle wheat’.

In a panegyric ten years later, dedicated to the Foundation’s founder John D. Rockefeller III, there is mentioned as one of his merits:

‘Mr. Rockefeller was one of the great guiding spirits of The Rockefeller Foundation over a 47-year period, and was the chairman of the Board of Trustees from 1952 to 1971. During this period, the Foundation carried out a major part of its commitment to agricultural development and the conquest of hunger, resulting in the so-called Green Revolution.’

Further on (page 21) in an unlikely frank revelation, the president of the Foundation elaborates on the true countenance of this supposed ‘Green Revolution.'

‘Because of the Green Revolution, per capita protein consumption kept pace with the doubling of populations in the less-developed countries (LDC’s) which occurred between 1950 and 1975. But it was recognised by most, and certainly by the Foundation staff, that we were merely buying time, and that the geometric expansion of population had to be reduced lest the Malthusian prediction became true globally, as contrasted with just regionally, as now applies.’

In another publication- Africa’s Turn: A New Green Revolution for the 21st century- the foundation states that ‘Before all else, the original Green Revolution was a product of philanthropy, in a carefully negotiated partnership with government.(…) After first seeking and receiving an invitation from the Mexican government, the Foundation created the Oficina de Estudios Especiales within the Mexican Department of Agriculture, initially staffed by scientists on the Rockefeller payroll.’

This is no idle bragging or foundational hubris. In an April 2008 editorial in the journal Science, Nina Fedoroff (plant geneticist, currently serving as senior scientific advisor to the U.S. Secretary of State Hillary Clinton) wrote:

‘A new Green Revolution demands a global commitment to creating a modern agricultural infrastructure everywhere.’

The Rockefeller Foundation thoroughly agrees with this statement. In fact, it has for decades directed all its resources to create just such an infrastructure. To illustrate how far back the research and its intended international scope go, it will suffice to quote form a Rockefeller Foundation annual report from 1963:

‘The Foundation conducts international projects for the improvement of the world’s four most important foods- corn, wheat, potatoes, and rice.’

It is interesting to note here that in the very same year (1963) the Codex Alimentarius Commission was forced into being by the World Health Organisation and the Food and Agriculture Organisation of the United Nations. But then it is important to always keep in mind that these international bodies all spring from the same source and are funded by the same families. In 1984 alone, the Foundation allocated funds of millions of US dollars in appropriations to scientists on molecular genetics (Washington State University) and genetic manipulation of rice (University of Leiden). In the years after, the Foundation has energetically allocated funds every single year to research and development in GM-crops.

And the list of allocated funds literally goes on forever, with grants handed to numerous research facilities across the globe all with the aim of producing, promoting and implementing genetically modified crops in the third, second and first world. The next step in the unfolding of the Foundation's agenda was the creation of an adequate fear on which their "superfood' might thrive more rapidly. The more people who use the earth’s resources, the more a swift policy is needed to reduce global population.

But originally it was global cooling, not global warming, with which the GM-agenda was to be helped forward. In the 1974 annual report a conference on the topic of climate change was announced called "Climate Change, Food Production, and Interstate Conflict':

'This interdisciplinary conference, organised jointly by RF (Rockefeller Foundation) officers from Conflict in International Relations, Quality of the Environment, and Conquest of Hunger programs, will bring together climatologists, scientists concerned with food production (...) to examine the future implications of the global cooling trend now under way and its effects on world food production.'

In the 1973 annual report (page 54), long before the theory of Anthropogenic Global Warming was injected into society's bloodstream, one of the funds approved for allocation to ‘international organisations’ to analyze the implications of climate modification for international affairs. The institute for World Order received a grant for the establishment of university-based world order studies.’

By the time it was decided by the globalists that a global warming hype would serve their interests better than a global cooling trend, they accelerated their program in a great hurry. In 1996, the Foundation mentioned in their annual report that:

‘The Rockefeller Foundation created the Leadership for Environment and Development (LEAD) program to cultivate a network of talented midcareer professionals from diverse disciplines and sectors committed to sustainable development.’

In regards to the many activities of LEAD, the report mentions:

‘Economic advancement and human development are predicated on sufficient supplies of energy. Yet the byproducts of fossil-fuel energy production also pose many of humankind’s greatest threats. Carbon dioxide released form fossil fuels, if allowed to build up in the earth’s atmosphere, has the potential to seal in excess heat that could LEAD to global warming.’

So what is it all about, this elaborate program of ‘magical rice’ and ‘magical wheat’, spanning many decades in slow but strategic progression? And why is "˜global warming' being mixed in the equation? In the 1968 annual Foundation report the real reason for this determined labour comes to light:

‘Major organisations such as the Population Council and the National and International Planned Parenthood Federations have been supported (read: by the Foundation) in a variety of ways. These and other existing organisations, as well as others that may come into being, represent exceedingly important instrumentalities for the extension of family planning information and contraceptive methods.’

In bone chilling language, the aims and future steps of the Foundation is being outlined (page 54):

‘It will explore potentialities of training programs, seminars, public forums, symposia, and other devices for conveying information about the impact of population growth on economic and social development to government officials from ministries of health, planning commissions, and other appropriate agencies, in the interest of motivating greater action on population policy and population control programs.'

As we know, the call for more family planning in the name of the environment has been increasingly promoted by the Malthusian minded elite. It is clear that one of the ‘other devices’ the report mentions, has been found and thoroughly exploited: the great myth of Anthropogenic Global Warming was created and covered with the subtle sauce of science to give the whole thing an air of credibility. And the eugenics agenda continues.


Vatican scientists urge support for engineered crops

30 November 2010 by Andy Coghlan

New Scientist

Editorial: The pope's genetically modified crop dilemma


Scientists have both the right and a moral duty to be "stewards of God" by genetically modifying crops to help the world's poor, scientific advisers to the Vatican said this week.

In a statement condemning opposition to GM crops in rich countries as unjustified, a group of scientists including leading members of the Pontifical Academy of Sciences is demanding a relaxation of "excessive, unscientific regulations" for approving GM crops, saying that these prevent development of crops for the "public good".

The statement was agreed unanimously by 40 international scientists after a week-long closed meeting held in May 2009 at the Vatican, convened by Ingo Potrykus. Potrykus is a member of the Pontifical Academy based at the Swiss Federal Institute of Technology in Zurich, where he developed "golden rice", a variety engineered with extra vitamin A to prevent childhood blindness.

Although the academy has yet to officially endorse the statement, it was approved by the seven members at the meeting, including academy chancellor Marcelo Sánchez Sorondo. "The Catholic Church has 1 billion members," says academy member Peter Raven, president of the Missouri Botanical Garden in St Louis, which once received funds from Monsanto. He adds that although this global community will never have a unified official line on GM crops, "our statement is about as close as you can get to one".
Immaterial risks

The academy expressed provisional support for GM crops in 2000, but the scientists say that it can now back the technology with more confidence. The statement calls for a revision of the Cartagena Protocol on Biosafety, agreed in 2000 to regulate the movement of GM organisms between countries.

It says the environmental risks envisaged when the protocol was drafted have not materialised, adding that regulatory hurdles make it too expensive for anyone other than large multinational firms to develop crops benefiting the poor, such as drought-resistant cassava and yams.

Also challenged is the objection made by critics of GM that, by messing with nature, genetic engineers are "playing God" (see "No uncertain terms"). The statement denounces as outdated many allegations made by GM critics. "There has not been a single documented case of harm to consumers or the environment," says Potrykus.

He and the co-authors therefore argue for relaxation of what they say are draconian regulations preventing development of crops for the poor. Potrykus says his attempts to bring golden rice to poor consumers demonstrate the scale of the problem. "It took 10 years longer and $20 million more than a normal variety to commercialise it," he says. "The time and investment required is prohibitive for any public sector institution, so the future use of this technology for the poor totally depends on reform of regulation," he says.

Anti-GM group Friends of the Earth maintains that GM crops are not the solution. "We need food and farming policies that put the needs of people before the profits of a handful of GMO companies," says campaigner Mute Schimpf.

Below are excerpts of the conclusions issued from the official statement:

PAS Study Week, Vatican City, 15-19 May 2009

Transgenic Plants for Food Security in the Context of Development

A Study Week on the subject of ‘Transgenic Plants for Food Security in the Context of Development’ was held under the sponsorship of the Pontifical Academy of Sciences at its headquarters in the Casina Pio IV in the Vatican from 15 to 19 May 2009. During the course of the meeting, we surveyed recent advances in the scientific understanding of novel varieties of genetically engineered (GE) plants, as well as the social conditions under which GE technology could be made available for the improvement of agriculture in general and for the benefit of the poor and vulnerable in particular. The spirit of the participants was inspired by the same approach to technology that Benedict XVI expressed in his new Encyclical, in particular that ‘Technology is the objective side of human action (1) whose origin and raison d’être is found in the subjective element: the worker himself. For this reason, technology is never merely technology. It reveals man and his aspirations towards development, it expresses the inner tension that impels him gradually to overcome material limitations. Technology, in this sense, is a response to God’s command to till and to keep the land (cf. Gen 2:15) that he has entrusted to humanity, and it must serve to reinforce the covenant between human beings and the environment, a covenant that should mirror God’s creative love’. (2)

Main Scientific Conclusions

We reaffirm the principal conclusions of the Study-Document on the Use of ‘“Genetically Modified Food Plants” to Combat Hunger in the World’, issued at the end of the Jubilee Plenary Session on ‘Science and the Future of Mankind’, 10-13 November 2000. Summarised and updated, these include:

1. More than 1 billion of the world population of 6.8 billion people are currently undernourished, a condition that urgently requires the development of new agricultural systems and technologies.

2. The expected addition of 2-2.5 billion people to reach a total of approximately 9 billion people by 2050 adds urgency to this problem.

3. The predicted consequences of climate change and associated decreases in the availability of water for agriculture will also affect our ability to feed the increased world population.

4. Agriculture as currently practised is unsustainable, evidenced by the massive loss of topsoil and unacceptably high applications of pesticides throughout most of the world.

5. The appropriate application of GE and other modern molecular techniques in agriculture is contributing toward addressing some of these challenges.

6. There is nothing intrinsic about the use of GE technologies for crop improvement that would cause the plants themselves or the resulting food products to be unsafe.

7. The scientific community should be responsible for research and development (R&D) leading to advances in agricultural productivity, and should also endeavour to see that the benefits associated with such advances accrue to the benefit of the poor as well as to those in developed countries who currently enjoy relatively high standards of living.

8. Special efforts should be made to provide poor farmers in the developing world with access to improved GE crop varieties adapted to their local conditions.

9. Research to develop such improved crops should pay particular attention to local needs and crop varieties and to the capacity of each country to adapt its traditions, social heritage and administrative practices to achieve the successful introduction of GE crops.

Further Evidence

Since the preparation of that earlier study document, evidence that has been subjected to high standards of peer-reviewed scientific scrutiny, as well as a vast amount of real-world experience, has accumulated about the development, application and effects of GE technology. During our study-week we reviewed this evidence and arrived at the following conclusions:

1. GE technology, used appropriately and responsibly, can in many circumstances make essential contributions to agricultural productivity by crop improvement, including enhancing crop yields and nutritional quality, and increasing resistance to pests, as well as improving tolerance to drought and other forms of environmental stress. These improvements are needed around the world to help improve the sustainability and productivity of agriculture.

2. The genetic improvement of crop and ornamental plants represents a long and seamless continuum of progressively more precise and predictable techniques. As the U.S. National Research Council concluded in a 1989 report: ‘As the molecular methods are more specific, users of these methods will be more certain about the traits they introduce into the plants and hence less liable to produce untoward effects than other methods of plant breeding’.

3. The benefits have already been of major significance in countries such as the U.S., Argentina, India, China and Brazil, where GE crops are widely grown.

4. They also can be of major significance for resource-poor farmers and vulnerable members of poor farming communities, especially women and children. Insect-resistant GE cotton and maize, in particular, have greatly reduced insecticide use (and hence enhanced farm safety) and contributed to substantially higher yields, higher household income and lower poverty rates (and also fewer poisonings with chemical pesticides) in specific small-farm sectors of several developing countries, including India, China, South Africa and the Philippines.

5. The introduction of resistance to environmentally benign, inexpensive herbicides in maize, soybean, canola, and other crops is the most widely used GE trait. It has increased yields per hectare, replaced back-breaking manual weeding and has facilitated lower input resulting in minimum tillage (no till) techniques that have lowered the rate of soil erosion. This technology could be especially useful to farmers in the developing world who, for reasons of age or disease, cannot engage in traditional manual weed control.

6. GE technology can combat nutritional deficiencies through modification that provides essential micro-nutrients. For example, studies of provitamin A-biofortified ‘Golden Rice’ have shown that standard daily diets containing this biofortified rice would be sufficient to prevent vitamin A deficiency.

7. The application of GE technology to insect resistance has led to a reduction in the use of chemical insecticides, lowering the cost of some agricultural inputs and improving the health of agricultural workers. This relationship is particularly important in areas such as many European nations, where applications of insecticides are much higher than in most other regions, which may damage ecosystems generally as well as human health.

8. GE technology can reduce harmful, energy consuming, mechanical tilling practices, enhancing biodiversity and protecting the environment, in part by reducing the release of CO2, the most important anthropogenic greenhouse gas, into the environment.

9. The predicted impact of climate change reinforces the need to use GE coupled with other breeding techniques appropriately and purposively, so that traits such as drought resistance and flooding tolerance are incorporated into the major food crops of all regions as quickly as possible.

10. GE technology has already raised crop yields of poor farmers and there is evidence of its generating increased income and employment that would not otherwise have taken place.

11. Costly regulatory oversight of GE technology needs to become scientifically defensible and risk-based. This means that regulation should be based upon the particular traits of a new plant variety rather than the technological means used to produce it.

12. Risk assessments must consider not only the potential risks of the use of a new plant variety, but also the risks of alternatives if that particular variety is not made available.

13. Significant public-sector efforts are currently underway to produce genetically improved varieties or lines of cassava, sweet potatoes, rice, maize, bananas, sorghum, and other major tropical crops that will be of direct benefit to the poor. These efforts should be strongly encouraged.

14. The magnitude of the challenges facing the world’s poor and undernourished must be addressed as a matter of urgency. Every year nutritional deficiencies cause preventable illness and death. The recent rise in food prices throughout the world has revealed the vulnerability of the poor to competition for resources. In this context, forgone benefits are lost forever.

15. Given these scientific findings, there is a moral imperative to make the benefits of GE technology available on a larger scale to poor and vulnerable populations who want them and on terms that will enable them to raise their standards of living, improve their health and protect their environments.

The entire official statement can be downloaded at the following link:

I invite you to read an article I have written and published on my blog that exposes the REAL economic, social, health & environmental consequences of GMO’s in agriculture and the (hidden) geopolitical objectives behind the introduction of GMO’s, and provides independent scientific facts and empirical evidence which contradict and debunk each one of the above- stated fraudulent statements, claims and conclusions.

The article can be read at the following link:

The REAL objectives of GMO’S are NOT to feed the world…On the contrary, GMO’s are a Trojan Horse that will lead to the largest economic, social and environmental GENOCIDE of both humanity and the planet…


Food and Depopulation: International Takeover by the UN

Most people think that the United Nations is a noble enterprise and they don’t understand the history and malignant character of the UN.

Christina Aguilera, Drew Barrymore and Sean Penn are probably unaware, even though they are UN Ambassadors to the World Food Program (WFP), that the intent of the UN is to implement one world government. The UN WFP, which spreads GMOs in poor countries, is just one tool used for advancing the goals of Agenda 21, the overarching blueprint for depopulation and total control.

The UN grew out of the League of Nations, which withered after Woodrow Wilson ( Edward House’s puppet), failed to convince Congress that international treaties and entangling alliances were good for America. Later, Rockefeller was able to advance the globalists’ cause and even donated 18 acres of land for the UN headquarters, located in New York. The Rockefellers have conceived and funded most of the destructive UN programs.

The origin of the food monopoly began with the Rockefeller Dynasty, even before they funded biotech research and industry.(1) The major GMO seed companies like Monsanto, DuPont, Dow, etc. are based in America and the patent laws that protect their monopoly are American.(2) Therefore, it should come as little surprise that the forces behind toxic GMOs promote GMOs internationally by way of the United Nations, using American tax dollars.


USAID (US Agency for International Development) is a an independent federal agency that is concerned with economic growth and advancing US foreign policy and interests, under the Secretary of State, Hillary Clinton. The agency is funded by taxpayer money. These interests are often private companies, like Monsanto, that champion so-called humanitarian aid in the name of the American people, using our tax dollars. USAID’s humanitarian efforts include imposing GMO seeds on poor nations by way of complex methods that circumvent the laws of poor countries.(3) Poor countries rarely stand up to the US government directly and are under constant pressure, plus they risk losing financial benefits from the US. So, these poor and transitional countries sell out their own farmers and the population suffers because GMO crops are unhealthy, GMO crops yields are lower and they foster monopolies, resulting in ongoing dependence.

USAID funds many NGOs (Non Governmental Organizations) that carry out USAID’s objectives- here is a list nearly 200 pages long- of the NGOs that are supported by US taxpayers.(4) It is interesting to note how many of these NGOs are concerned with ‘reproductive rights’, which is a fancy term for eugenics (selective breeding programs, often brutally enforced via forced sterilization and genocide). Further, USAID entered into a Public- Private Partnership with the Rockefeller Foundation, with the help of Bill Clinton, in order to use investments to “address” social and environmental problems, under the shelter of a tax free organization.(5) This means that the tax free organization will be able direct ‘impact’ investing which is designed to have an effect on social and environmental problems. In other words, be on the lookout for large investors using their overwhelming influence upon infrastructures, utilities, sewage systems, water sources, etc, which will likely lead to corporate privatization, and total control in pursuit of the final goals of Agenda 21.


The UN WFP (World Food Program) receives most of its funding from USAID.

The WFP is corrupt to its core, as evidenced by a leaked UN document about Somalia which exposed that most of the aid goes to UN workers, Islamic militants and contractors.(6) Another example is in Ethiopia where only 12% of the food aid was delivered to the intended poverty stricken area. Additionally, there are more examples of corruption with shipping and trucking fees inflated up to 300% over cost. Of course, NGOs are deeply complicit in this international scheme of theft and incompetence with zero accountability.

Further, USAID director, Rajiv Shah worked for the Bill & Melinda Gates Foundation and the USDA, is also the director of A Green Revolution in Africa (Gates and Rockefeller funded). In fact, just last week, Shah said that the UN WFP is creating food systems that will eliminate “humanitarian” food aid over time; a cynic could interpret this as a depopulation plan, consolidation of monopolies and/ or privatization of all resources. Shah also wants to engage the private sector, which means establishing more PPPs (Public- Private Partnerships) which is the modern mechanism of fascism.(7)(5)

UN collectivists, trying to coerce governments to adopt GMOs, use urgent threats of starvation in poor countries to convince the masses that GMOs are beneficial, when the truth is that they have lower crop yields. The WFP, pushing GMOs, have exploited Africa’s famine problem by offering GMO seeds as the only aid/ help offered, in a ‘GM or Death’ ultimatum.(8)


The UN WTO (World Trade Organization) influences tariffs and can impose fines (of hundreds of millions of dollars) on countries when they trade internationally. While they promote the phrase “free trade”, it is anything but a free market, due to the favorable or unfavorable tariff taxes that the WTO sets. It fosters monopolies on a grand scale. It prohibits competition and true free market Capitalism.

F. William Engdahl, author of “Seeds of Destruction”, explains in detail how the Biosafety Protocol, a policy that requiring GMO testing and proof of safety, was undermined. This was done by forcing a clause into the Biosafety Protocol making its rules subordinate to the UN WTO, using the argument that banning GMOs was a barrier to trade under the WTO rules, because the concern over safety was “unproven”. Therefore, the burden of proof for the safety of GMOs was removed from Monsanto and the other manufacturers, which leaves consumers, independent farmers and anyone else harmed by GMOs the costly task of proving, scientifically and in court, that GMOs are unsafe.

In a related UN WTO decision, member countries were forbidden from using their own domestic standards for testing, their own food safety laws and their own product standards, claiming that it would set an “unfair barrier to trade”. Thus, the US government can threaten any government that bans GMOs with violating UN WTO so-called “free trade” rules which have resulted in costly monetary sanctions. The UN WTO settles international trade disputes in secret. Please read Engdahl’s excellent article about the WTO for more information on their manipulative policies.(9)

Incidentally, the Director of the WTO is Rufus Yerxa, former employee of the the US government and Monsanto. Vandana Shiva explains how the WTO imposed trade restrictions on India that limited exports and increased imports, crippling the market and increasing food dependency. The GMO crops also had lower yields because the seed was imported and not adaptable to India’s farming conditions, which resulted in the suicides of over 200,000 Indian farmers- often from drinking Round Up Ready herbicide. (Note that we do not agree with Shiva’s assessment of global warming)


The UN NAFTA (North American Free Trade Agreement) and other WTO agreements were signed introduced into law as “agreements”, instead of treaties. Under special legislation, NAFTA was passed into law after Congress authorized George W Bush to enter into tariff agreements and bypassed the usual process to make a treaty a law (requiring 2/3 Senate approval). After Bush entered into the agreements, both houses of Congress passed them into law (a mere 51% majority was needed) on a fast- track. The Supreme Court, acting as agents of the federal government, denied review of this misdeed.(10)

NAFTA has adversely affected both the US and Mexico because it promoted GMO farming in Mexico, contaminating their corn crops, which is a staple food. US grain and food subsidies were used to lower the prices of US food, which flooded the markets of Mexico, wreaking havoc on them. The subsidies were bankrolled by the unsuspecting US taxpayers. Mexico was once food self sufficient, but now it spends 78% of its oil exports to purchase food from the US. US food exports have decreased as a result of NAFTA because some educated countries reject GMOs.(11)


The UN IMF (International Monetary Fund) and UN World Bank are sister agencies that impose harsh conditions and penalties on loans made to governments, resulting in austerity and privatization. In fact, Joseph Stiglitz, Nobel Prize winner in 2001, former chief economist of the World Bank and formerly one of President Clinton’s economists, exposed the corruption of the UN IMF and World Bank’s practice of keeping developing countries on the loan repayment treadmill, which can lead to harsh measures when the countries fail to repay the loan, instead of allowing a country to go bankrupt and then start over. In 2003, The IMF actually admitted that its policies have often failed for over 60 years.(12)

The IMF and World Bank, working closely with the WTO, offer financial aid and guarantees to multinational companies to privatize in poor countries. Even worse, the IMF and World Bank pressure countries, crippled by debt, to privatize utilities and other resources, especially water. Remember, water is a resource that affects food production. The US Treasury funds 51% of the World bank. The UN derives much power from indebted countries and then is able to make outrageous demands upon the debtor nations, that then benefit corporations and individuals like Bill Gates.(13)


Codex Alimentarius, the UN program to control food and health products internationally with the goal of HARMonization of food, means that plants, seeds, livestock, farming and how all food is processed is to become uniform. Of course, GMO food is a major component of this scheme. Codex Alimentarius is a program to codify food worldwide; it won’t work because there is a lack of consideration for local conditions (local weather, soil conditions, water availability, etc). This appears to be just plain stupid until one realizes its true intent: depopulation. Codex Alimentarius operates under two UN agencies: the WHO (World Health Organization), notorious for pushing unsafe vaccines for the H1N1 flu and insider deals with Big Pharma, and the corrupt FAO (Food and Agriculture Organization). Kevin Miller’s excellent film “We Become Silent” is recommended for more details.(14)

There are several unpopular US “food safety” bills currently under consideration. By simply reading the short summary of Senate bill S 510, it is clear that the bill is not designed for food safety, but for government (Department of Health and Human Services, the EPA and the CDC) expansion, control and monetary gain. There are only a few representatives in Washington that are even remotely interested in true food safety and a real solution, which would include the abolition of GMOs, or at least the labeling of GMO food, so that consumers can make an informed choice. Barack Obama issued an Executive Order on June 10, 2010 that opens the door to Codex Alimentarius.(15)

In conclusion, it is obvious that the time is over-ripe for the US to get out of the UN. This action would result in the withering of the UN as it is funded primarily by US tax dollars. The American people will hopefully come to understand that our hard earned money is being used to poison and bankrupt us, and the rest of the world. Education of the masses is the key, and Americans must exert our power and sovereignty, especially now, with the November elections right around the corner.

Article written by Cassandra Anderson
June 16, 2010


Bill Gates talks about ‘vaccines to reduce population’

"First we got population. The world today has 6.8 billion people. That's headed up to about 9 billion. Now if we do a really great job on new vaccines, health care, reproductive health services, we lower that by perhaps 10 or 15 percent."1

March 4, 2010

by F. William Engdahl


Microsoft founder and one of the world’s wealthiest men, Bill Gates, projects an image of a benign philanthropist using his billions via his (tax exempt) Bill & Melinda Gates Foundation, to tackle diseases, solve food shortages in Africa and alleviate poverty. In a recent conference in California, Gates reveals a less public agenda of his philanthropy—population reduction, otherwise known as eugenics.

Gates made his remarks to the invitation-only Long Beach, California TED2010 Conference, in a speech titled, “Innovating to Zero!.” Along with the scientifically absurd proposition of reducing manmade CO2 emissions worldwide to zero by 2050, approximately four and a half minutes into the talk, Gates declares, "First we got population. The world today has 6.8 billion people. That's headed up to about 9 billion. Now if we do a really great job on new vaccines, health care, reproductive health services, we lower that by perhaps 10 or 15 percent."1 (author’s emphasis).

In plain English, one of the most powerful men in the world states clearly that he expects vaccines to be used to reduce population growth. When Bill Gates speaks about vaccines, he speaks with authority. In January 2010 at the elite Davos World Economic Forum, Gates announced his foundation would give $10 billion (circa €7.5 billion) over the next decade to develop and deliver new vaccines to children in the developing world. 2

The primary focus of his multi-billion dollar Gates Foundation is vaccinations, especially in Africa and other underdeveloped countries. Bill and Melinda Gates Foundation is a founding member of the GAVI Alliance (Global Alliance for Vaccinations and Immunization) in partnership with the World Bank, WHO and the vaccine industry. The goal of GAVI is to vaccinate every newborn child in the developing world.

Now that sounds like noble philanthropic work. The problem is that the vaccine industry has been repeatedly caught dumping dangerous—meaning unsafe because untested or proven harmful—vaccines onto unwitting Third World populations when they cannot get rid of the vaccines in the West. 3 Some organizations have suggested that the true aim of the vaccinations is to make people sicker and even more susceptible to disease and premature death.4

Dumping toxins on the Third World

In the aftermath of the most recent unnecessary Pandemic declaration of a global H1N1 swine flu emergency, industrial countries were left sitting on hundreds of millions of doses of untested vaccines. They decided to get rid of the embarrassing leftover drugs by handing them over to the WHO which in turn plans to dump them for free on select poor countries. France has given 91 million of the 94 million doses the Sarkozy government bought from the pharma giants; Britain gave 55 million of its 60 million doses. The story for Germany and Norway is similar.5

As Dr. Thomas Jefferson, an epidemiologist with the Cochrane Research Center in Rome noted, “Why do they give the vaccines to the developing countries at all? The pandemic has been called off in most parts of the world. The greatest threat in poor countries right now is heart and circulatory diseases while the virus figures at the bottom of the list. What is the medical reason for donating 180 million doses?” 6 As well, flu is a minor problem in countries with abundant sunshine, and it turned out that the feared H1N1 Pandemic “new great plague” was the mildest flu on record.

The pharmaceutical vaccine makers do not speak about the enormous health damage from infant vaccination including autism and numerous neuro-muscular deformities that have been traced back to the toxic adjuvants and preservatives used in most vaccines. Many vaccines, especially multi-dose vaccines that are made more cheaply for sale to the Third World, contain something called Thimerosal (Thiomersol in the EU), a compound (sodium ethylmercurithiosalicylate), containing some 50% mercury, used as a preservative.

In July 1999 the US’ National Vaccine Information Center declared in a press release that, "The cumulative effects of ingesting mercury can cause brain damage." The same month, the American Academy of Pediatrics (AAP) and the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) alerted the public about the possible health effects associated with thimerosal-containing vaccines. They strongly recommended that thimerosal be removed from vaccines as soon as possible. Under the directive of the FDA Modernization Act of 1997, the Food and Drug Administration also determined that infants who received several thimerosal-containing vaccines may be receiving mercury exposure over and above the recommended federal guidelines.7

A new form of eugenics?

Gates’ interest in inducing population reduction among black and other minority populations is not new unfortunately. As I document in my book, Seeds of Destruction,8 since the 1920’s the Rockefeller Foundation had funded the eugenics research in Germany through the Kaiser-Wilhelm Institutes in Berlin and Munich, including well into the Third Reich. They praised the forced sterilization of people by Hirtler Germany, and the Nazi ideas on race “purity.” It was John D. Rockefeller III, a life-long advocate of eugenics, who used his “tax free” foundation money to initiate the population reduction neo-Malthusian movement through his private Population Council in New York beginning in the 1950’s.

The idea of using vaccines to covertly reduce births in the Third World is also not new. Bill Gates’ good friend, David Rockefeller and his Rockefeller Foundation were involved as early as 1972 in a major project together with WHO and others to perfect another “new vaccine.”

The results of the WHO-Rockefeller project were put into mass application on human guinea pigs in the early 1990's. The WHO oversaw massive vaccination campaigns against tetanus in Nicaragua, Mexico and the Philippines. Comite Pro Vida de Mexico, a Roman Catholic lay organization, became suspicious of the motives behind the WHO program and decided to test numerous vials of the vaccine and found them to contain human Chorionic Gonadotrophin, or hCG. That was a curious component for a vaccine designed to protect people against lock-jaw arising from infection with rusty nail wounds or other contact with certain bacteria found in soil. The tetanus disease was indeed, also rather rare. It was also curious because hCG was a natural hormone needed to maintain a pregnancy. However, when combined with a tetanus toxoid carrier, it stimulated formation of antibodies against hCG, rendering a woman incapable of maintaining a pregnancy, a form of concealed abortion. Similar reports of vaccines laced with hCG hormones came from the Philippines and Nicaragua.9

Gates’ ‘Gene Revolution in Africa’

The Bill and Melinda Gates Foundation, along with David Rockefeller’s Rockefeller Foundation, the creators of the GMO biotechnology, are also financing a project called The Alliance for a Green Revolution in Africa (AGRA) headed by former UN chief, Kofi Annan. Accepting the role as AGRA head in June 2007 Annan expressed his “gratitude to the Rockefeller Foundation, the Bill & Melinda Gates Foundation, and all others who support our African campaign.” The AGRA board is dominated by people from both the Gates’ and Rockefeller foundations. 10

Monsanto, DuPont, Dow, Syngenta and other major GMO agribusiness giants are reported at the heart of AGRA, using it as a back-door to spread their patented GMO seeds across Africa under the deceptive label, ‘bio-technology,’ a euphemism for genetically engineered patented seeds. The person from the Gates Foundation responsible for its work with AGRA is Dr. Robert Horsch, a 25-year Monsanto GMO veteran who was on the team that developed Monsanto’s RoundUp Ready GMO technologies. His job is reportedly to use Gates’ money to introduce GMO into Africa.11

To date South Africa is the only African country permitting legal planting of GMO crops. In 2003 Burkina Faso authorized GMO trials. In 2005 Kofi Annan’s Ghana drafted bio-safety legislation and key officials expressed their intentions to pursue research into GMO crops. AGRA is being used to create networks of “agro-dealers” across Africa, at first with no mention of GMO seeds or herbicides, in order to have the infrastructure in place to massively introduce GMO.12

GMO, glyphosate and population reduction

GMO crops have never been proven safe for human or animal consumption. Moreover, they are inherently genetically ‘unstable’ as they are an unnatural product of introducing a foreign bacteria such as Bacillus Thuringiensis (Bt) or other material into the DNA of a given seed to change its traits. Perhaps equally dangerous are the ‘paired’ chemical herbicides sold as a mandatory part of a GMO contract, such as Monsanto’s Roundup, the most widely used such herbicide in the world. It contains highly toxic glyphosate compounds that have been independently tested and proven to exist in toxic concentrations in GMO applications far above that safe for humans or animals. Tests show that tiny amounts of glyphosate compounds would do damage to a human umbilical, embryonic and placental cells in a pregnant woman drinking the ground water near a GMO field.13

One long-standing project of the US Government has been to perfect a genetically-modified variety of corn, the diet staple in Mexico and many other Latin American countries. The corn has been field tested in tests financed by the US Department of Agriculture along with a small California bio-tech company named Epicyte. Announcing his success at a 2001 press conference, the president of Epicyte, Mitch Hein, pointing to his GMO corn plants, announced, “We have a hothouse filled with corn plants that make anti-sperm antibodies.” 14

Hein explained that they had taken antibodies from women with a rare condition known as immune infertility, isolated the genes that regulated the manufacture of those infertility antibodies, and, using genetic engineering techniques, had inserted the genes into ordinary corn seeds used to produce corn plants. In this manner, in reality they produced a concealed contraceptive embedded in corn meant for human consumption. “Essentially, the antibodies are attracted to surface receptors on the sperm,” said Hein. “They latch on and make each sperm so heavy it cannot move forward. It just shakes about as if it was doing the lambada.” 15 Hein claimed it was a possible solution to world “over-population.” The moral and ethical issues of feeding it to humans in Third World poor countries without their knowing it countries he left out of his remarks.

Spermicides hidden in GMO corn provided to starving Third World populations through the generosity of the Gates’ foundation, Rockefeller Foundation and Kofi Annan’s AGRA or vaccines that contain undisclosed sterilization agents are just two documented cases of using vaccines or GMO seeds to “reduce population.”

And the ‘Good Club’

Gates’ TED2010 speech on zero emissions and population reduction is consistent with a report that appeared in New York City’s ethnic media, in May 2009. According to the report, a secret meeting took place on May 5, 2009 at the home of Sir Paul Nurse, President of Rockefeller University, among some of the wealthiest people in America. Investment guru Warren Buffett who in 2006 decided to pool his $30 billion Buffett Foundation into the Gates foundation to create the world’s largest private foundation with some $60 billions of tax-free dollars was present. Banker David Rockefeller was the host.

The exclusive letter of invitation was signed by Gates, Rockefeller and Buffett. They decided to call themselves the “Good Club.” Also present was media czar Ted Turner, billionaire founder of CNN who stated in a 1996 interview for the Audubon nature magazine, where he said that a 95% reduction of world population to between 225-300 million would be “ideal.” In a 2008 interview at Philadelphia’s Temple University, Turner fine-tuned the number to 2 billion, a cut of more than 70% from today’s population. Even less elegantly than Gates, Turner stated, “we have too many people. That’s why we have global warming. We need less people using less stuff (sic).”16

Others attending this first meeting of the Good Club reportedly were: Eli Broad real estate billionaire, New York’s billionaire Mayor Michael Bloomberg and Wall Street billionaire and Council on Foreign Relations former head, Peter G. Peterson.

In addition, Julian H. Robertson, Jr., hedge-fund billionaire who worked with Soros attacking the currencies of Thailand, Indonesia, South Korea and the Asian Tigen economies, precipitating the 1997-98 Asia Crisis. Also present at the first session of the Good Club was Patty Stonesifer, former chief executive of the Gates foundation, and John Morgridge of Cisco Systems. The group represented a combined fortune of more than $125 billion. 17

According to reports apparently leaked by one of the attendees, the meeting was held in response to the global economic downturn and the numerous health and environmental crises that are plaguing the globe.

But the central theme and purpose of the secret Good Club meeting of the plutocrats was the priority concern posed by Bill Gates, namely, how to advance more effectively their agenda of birth control and global population reduction. In the talks a consensus reportedly emerged that they would “back a strategy in which population growth would be tackled as a potentially disastrous environmental, social and industrial threat.” 18

Global Eugenics agenda

Gates and Buffett are major funders of global population reduction programs, as is Turner, whose UN Foundation was created to funnel $1 billion of his tax-free stock option earnings in AOL-Time-Warner into various birth reduction programs in the developing world.19 The programs in Africa and elsewhere are masked as philanthropy and providing health services for poor Africans. In reality they involve involuntary population sterilization via vaccination and other medicines that make women of child-bearing age infertile. The Gates Foundation, where Buffett deposited the bulk of his wealth two years ago, is also backing introduction of GMO seeds into Africa under the cloak of the Kofi Annan-led ‘Second Green Revolution’ in Africa. The introduction of GMO patented seeds in Africa to date has met with enormous indigenous resistance.

Health experts point out that were the intent of Gates really to improve the health and well-being of black Africans, the same hundreds of millions of dollars the Gates Foundation has invested in untested and unsafe vaccines could be used in providing minimal sanitary water and sewage systems. Vaccinating a child who then goes to drink feces-polluted river water is hardly healthy in any respect. But of course cleaning up the water and sewage systems of Africa would revolutionize the health conditions of the Continent.

Gates’ TED2010 comments about having new vaccines to reduce global population were obviously no off-the-cuff remark. For those who doubt, the presentation Gates made at the TED2009 annual gathering said almost exactly the same thing about reducing population to cut global warming. For the mighty and powerful of the Good Club, human beings seem to be a form of pollution equal to CO2.


1 Bill Gates, “Innovating to Zero!, speech to the TED2010 annual conference, Long Beach, California, February 18, 2010, accessed in

2, Bill Gates makes $10 billion vaccine pledge, London Telegraph, January 29, 2010, accessed in t:

3 Louise Voller, Kristian Villesen, WHO Donates Millions of Doses of Surplus Medical Supplies to Developing countries, Danish Information, 22 December 2009, accessed in

4 One is the Population Research Institute in Washington,

5 Louise Voller et al, op. cit.

6 Ibid.

7 Noted in Vaccinations and Autism, accessed in

8 F. William Engdahl, Seeds of Destruction: The Hidden Agenda of Genetic Manipulation, Global Research (, Montreal, 2007, pp. 79-84.

9 James A. Miller, Are New Vaccines Laced With Birth-Control Drugs?, HLI Reports, Human Life International, Gaithersburg, Maryland; June-July 1995.

10 Cited in F. William Engdahl, "Doomsday Seed Vault" in the Arctic: Bill Gates, Rockefeller and the GMO giants know something we don’t, Global Research, December 4, 2007, accessed in

11 Mariam Mayet, Africa’s Green Revolution rolls out the Gene Revolution, African Centre for Biosafety, ACB Briefing Paper No. 6/2009, Melville, South Africa, April 2009.

12 Ibid.

13 Nora Benachour and Gilles-Eric Seralini, Glyphosate Formulations Induce Apoptosis and Necrosis in Human Umbilical Embryonic, and Placental Cells, Chemical Research in Toxicology Journal, American Chemical Society, 2009, 22 (1), pp 97–105.

14 Robin McKie, GMO Corn Set to Stop Man Spreading His Seed, London, The Observer, 9 September 2001.

15 Ibid. McKie writes, “The pregnancy prevention plants are the handiwork of the San Diego biotechnology company Epicyte, where researchers have discovered a rare class of human antibodies that attack sperm…the company has created tiny horticultural factories that make contraceptives…Essentially, the antibodies are attracted to surface receptors on the sperm,” said Hein. “They latch on and make each sperm so heavy it cannot move forward. It just shakes about as if it was doing the lambada.”

16 Ted Turner, cited along with youTube video of Turner in Aaron Dykes, Ted Turner: World Needs a 'Voluntary' One-Child Policy for the Next Hundred Years, Jones, April 29, 2008. Accessed in

17 John Harlow, Billionaire club in bid to curb overpopulation, London, The Sunday Times
May 24, 2009. Accessed online in

18 Ibid.

19 United Nations Foundation, Women and Population Program, accessed in

Copyright © 2010 F. William Engdahl
Editorial Archive

*F. William Engdahl is author of Seeds of Destruction: The Hidden Agenda of Genetic Manipulation ( He also authored A Century of War: Anglo-American Oil Politics and the New World Order (Pluto Press). His newest book, Full Spectrum Dominance: Totalitarian Democracy in the New World Order (Third Millennium Press) is now in print and will be available by mid-June. He may be contacted over his website,


Le Good Club et Son Cheptel – Bill Gates parle de

« vaccins pour réduire la population »

par F. William Engdahl, 4 Mars 2010

« Voyons d’abord la population. Le monde compte aujourd’hui 6,8 milliards de gens. Il se dirige vers environ 9 milliards. Or, si nous faisons un excellent travail sur de nouveaux vaccins, soins de santé, services de santé génitrice (reproductive), nous abaissons cela de 10 ou 15 pour cent. »

Fondateur de Microsoft et l’un des hommes les plus cousus d’or du monde, Bill Gates donne l’image d’un philanthrope bienveillant qui, grâce à ses milliards par l’intermédiaire de sa fondation Bill & Melinda Gates (exemptée d’impôts), combat la maladie, résout la disette alimentaire en Afrique et allège la pauvreté. Lors d’une récente conférence en Californie, Gates a révélé un dessein philanthropique moins public : la dépopulation, connue aussi sous le nom d’eugénisme.

Bill Gates a fait ses remarques à la Conférence TED2010 de Long Beach en Californie, qui est uniquement sur invitation, lors d’un discours intitulé « Innovating to Zero! » (innover vers zéro !). En plus de la proposition scientifiquement absurde de réduire à zéro d’ici à 2050 les émissions mondiales de gaz carbonique d’origine humaine, environ quatre minutes et demi après le début de son discours Gates déclare : « Voyons d’abord la population. Le monde compte aujourd’hui 6,8 milliards de gens. Il se dirige vers environ 9 milliards. Or, si nous faisons un excellent travail sur de nouveaux vaccins, soins de santé, services de santé génitrice (reproductive), nous abaissons cela de 10 ou 15 pour cent. » (1)

En bon anglais, l’un des hommes les plus puissants du monde déclare tout bonnement s’attendre à ce que des vaccins servent à réduire la croissance démographique. Quand Bill Gates parle de vaccins, il sait de quoi parle. En janvier 2010, devant l’« élite » du Forum économique mondial de Davos, Bill Gates a annoncé que sa fondation pourrait donner 10 milliards de dollars (environ 7,5 milliards d’euros) au cours des dix prochaines années pour mettre au point et fournir de nouveaux vaccins pour les enfants du monde en développement. (2)

L’objectif principal de sa fondation multi-milliardaire est vaccinal, en particulier en Afrique et dans les autres pays sous-développés. La fondation Bill et Melinda Gates est membre fondateur de GAVI Alliance (une alliance mondiale en faveur de la vaccination) en partenariat avec la Banque mondiale, l’OMS et l’industrie du vaccin. L’objectif de GAVI c’est de vacciner tous les enfants qui naissent dans le monde en développement.

Ça ressemble maintenant à une œuvre philanthropique noble. Le problème, c’est que l’industrie du vaccin a été maintes fois prise en train de se débarrasser de vaccins dangereux — c’est-à-dire peu sûrs parce que non testés ou avérés nocifs — dans les populations involontaires du Tiers Monde, quand elle ne peut pas les écouler en Occident. (3) Certaines organisations ont suggéré que le véritable but de la vaccination était de rendre les gens malades et même plus sensibles aux maladies et à la mort prématurée. (4)

Se débarrasser des poisons dans le Tiers Monde

Au lendemain de la toute dernière déclaration d’urgence pandémique mondiale inutile à propos du H1N1, les pays industriels sont restés perchés sur des centaines de millions de doses de vaccins non testés. Ils ont décidé de se débarrasser de ces restes embarrassants en les remettant à l’OMS, qui à son tour projette de s’en délester gracieusement dans certains pays pauvres. La France a donné 91 millions de ses 94 millions de doses [*] achetées par le régime Sarkozy à des géants pharmaceutiques, la Grande-Bretagne a donné 55 millions de ses 60 millions de doses. L’histoire est similaire en Allemagne et Norvège. (5) [* Ndt : ainsi, les 5 ou 10 millions de vaccinés en France étaient encore un autre croc à merdre agité par la ministre de la Pompe à Phynances !]

Comme l’a noté le Dr Thomas Jefferson, épidémiologiste au Centre de recherche Cochrane à Rome : « Après tout, pourquoi donner les vaccins aux pays en développement ? La pandémie a été annulée dans la plupart des régions du monde. Dans les pays pauvres, la plus grande menace en ce moment c’est les maladies cardiaques et circulatoires, tandis que les chiffres du virus sont en bas de la liste. Quelle est la raison médicale du don de 180 millions de doses ? (6) En outre, la grippe est un problème mineur dans les pays bien ensoleillés, et il s’est avéré que la redoutable « nouvelle grande peste » pandémie du H1N1 était la plus anodine des grippes enregistrées.

Les fabricants de vaccins ne parlent pas des énormes dommages de santé dus à vaccination infantile, qui incluent l’autisme et les nombreuses déformations neuro-musculaires qui ont été imputés aux adjuvants toxiques et aux agents de conservation utilisés dans la plupart des vaccins. De nombreux vaccins, surtout ceux qui sont rendus meilleur marché en multiples doses pour la vente au Tiers Monde, contiennent quelque chose appelé thimérosal (thiomersol aux États-Unis), un composé (ethylmercurithiosalicylate de sodium) contenant environ 50% de mercure, utilisé comme conservateur.

En juillet 1999, le US National Vaccine Information Center a déclaré dans un communiqué, « Les effets cumulatifs de l’absorption de mercure peuvent créer des dommages au cerveau. » Le même mois, l’American Academy of Pediatrics (AAP) et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont alerté le public sur les éventuels effets sur la santé des vaccins contenant du thimérosal. Ils ont fortement recommandé de retirer le thimérosal dès que possible des vaccins. En vertu de la directive de la loi FDA Modernization Act de 1997, la Food and Drug Administration a également déterminé que les nourrissons qui subissent plusieurs vaccins contenant du thimérosal pourraient avoir une exposition mercurielle supérieure aux recommandations fédérales. (7)

Une nouvelle forme d’eugénisme ?

L’intérêt de Gates à l’égard de la dépopulation des Noirs et des autres minorités n’est malheureusement pas nouvelle. Comme je le document dans mon livre, OGM : Semences de destruction (8), depuis les années 1920 et dans une bonne partie du Troisième Reich, la fondation Rockefeller a financé la recherche eugénique en Allemagne à travers l’Institut Kaiser-Wilhelm de Berlin et Munich. Ils ont fait l’éloge de la stérilisation forcée de gens par l’Allemagne hitlérienne, et des idées nazies sur la « pureté de la race. » C’est John D. Rockefeller III, défenseur toute sa vie de l’eugénisme, qui a utilisé l’argent de sa fondation « exemptée d’impôts » pour lancer dans les années 50 le mouvement néo-malthusien de réduction des populations grâce à son Population Council à New York.

L’idée d’utiliser des vaccins pour diminuer secrètement la natalité dans le Tiers Monde n’est pas non plus nouvelle. David Rockefeller, le bon ami de Bill Gates, et sa fondation Rockefeller, ont été impliqués dès 1972 dans un important projet en collaboration avec l’OMS, entre autres, pour mettre au point un « nouveau vaccin. »

Du projet de l’OMS et Rockefeller a résulté une application de masse sur des cobayes humains en Guinée au début des années 90. L’OMS a supervisé des campagnes de vaccination de masse contre le tétanos au Nicaragua, au Mexique et aux Philippines. Se méfiant des motifs derrière le programme de l’OMS, le Comité Pro Vida de Mexico, une organisation de terrain catholique romaine, a décidé de vérifier de nombreux flacons de vaccin et a découvert qu’ils contenaient de l’hormone gonadotrophine chorionique humaine ou hCG. C’était un ingrédient bizarre pour un vaccin destiné à protéger les gens contre le tétanos, qui découle de l’infection de plaies dues à des clous rouillés ou à tout autre contact avec certaines bactéries du sol. À vrai dire, le tétanos est aussi plutôt rare. C’était aussi curieux car la hCG est une hormone naturelle nécessaire au maintien de la grossesse. Seulement, combinée à un porteur d’anatoxine tétanique, cela stimule la formation d’anticorps contre la hCG, rendant la femme incapable de rester enceinte ; une forme d’avortement cachée. Des rapports similaires, de vaccins corsés à l’hormone hCG, sont arrivés des Philippines et du Nicaragua. (9) [Ndt : est-ce que ça explique pourquoi les médecins du travail, en France, ont été incités à conseiller systématiquement et avec beaucoup de persuasion, en décrivant les effets horribles de la maladie, les employés de se faire vacciner contre le tétanos lors de la visite médicale annuelle ?]

La « révolution génétique en Afrique » de Gates

La fondation Bill et Melinda Gates, ainsi que David Rockefeller de la fondation Rockefeller, les créateurs de la biotechnologie des OGM, financent aussi un projet appelé The Alliance for a Green Revolution in Africa (AGRA), dirigé par l’ancien chef de l’ONU Kofi Annan. En acceptant le rôle de chef de l’AGRA en juin 2007, Annan a exprimé sa « gratitude envers les fondations Rockefeller, Bill & Melinda Gates, et toutes les autres personnes qui soutiennent notre campagne africaine. » Le conseil d’administration de l’AGRA est dominé à la fois par des gens des fondations Gates et Rockefeller. (10)

Monsanto, DuPont, Dow, Syngenta et d’autres géants de l’agro-alimentaire, signalés au cœur de l’AGRA, l’utilisent comme une moyen pour diffuser leurs OGM dans toute l’Afrique sous l’étiquette trompeuse de « biotechnologie, » un euphémisme pour désigner les semences génétiquement modifiées brevetées. La personne de la fondation Gates responsable de son travail avec l’AGRA est le Dr Robert Horsch, un ancien depuis 25 ans chez Monsanto, qui était dans son équipe de développement de la technique de génie génétique du Roundup Ready. Son travail serait d’utiliser l’argent de la fondation Gates pour introduire les OGM en Afrique. (11)

L’Afrique du Sud est jusqu’ici le seul pays africain autorisant légalement la plantation de cultures d’OGM. En 2003, le Burkina Faso en a autorisé des essais. En 2005, le Ghana de Kofi Annan a rédigé des lois de biosécurité et les principaux responsables ont exprimé leur intention de poursuivre la recherche sur les cultures d’OGM. L’AGRA sert à créer des réseaux de « négociants agricoles » à travers l’Afrique, qui ne mentionnent aucun OGM ni herbicide au premier abord, afin de disposer de l’infrastructure en place pour introduire massivement les OGM. (12)

OGM, glyphosate et dépopulation

Jamais il n’a été démontré que les cultures d’OGM sont sans danger pour la consommation humaine ou animale. En outre, elles sont fondamentalement instables génétiquement, car il s’agit de produits artificiels faits à partir de semences données, dans l’ADN desquelles a été introduite une bactérie étrangère, du style Bacillus thuringiensis (Bt), ou d’autres éléments, pour changer leurs caractéristiques. Tout aussi dangereux peut-être, il y a les herbicides chimiques « appariés, » vendus avec l’OGM en tant qu’élément obligatoire du contrat, comme le Roundup de Monsanto, l’herbicide le plus largement utilisé dans le monde. Il contient des composés hautement toxiques de glyphosate qui ont été testés de manière indépendante et dont la présence à des concentrations toxiques de loin supérieures au seuil dangereux pour les humains ou les animaux a été démontrée dans les applications sur les OGM. Des tests montrent que d’infimes quantités de composés de glyphosate porterait gravement atteinte aux cellules humaines ombilicales, placentaires et embryonnaires chez la femme enceinte buvant l’eau d’une source proche d’un champ d’OGM. (13)

Un projet de longue date du gouvernement étasunien consiste à perfectionner une variété de maïs génétiquement modifiée. Le maïs étant l’aliment de base du Mexique et de nombreux autres pays latino-américains. Ce maïs a été testé lors d’essais en plein champ par une petite compagnie de biotechnologie de Californie nommée Epicyte, financée par le ministère de l’Agriculture étasunien. En annonçant sa réussite à la conférence de presse de 2001, montrant ses plants de maïs génétiquement modifiés, le président d’Epicyte, Mitch Hein, a annoncé : « Nous avons une serre pleine de plants de maïs qui produisent des anticorps contre les spermatozoïdes. (14)

Hein a expliqué qu’ils avaient pris les anticorps chez des femmes atteintes d’une maladie rare connue sous le nom d’infertilité immunitaire, isolé les gènes qui régissent la fabrication de ces anticorps contraceptifs et, en utilisant des techniques de génie génétique, ont inséré les gènes dans des semences de maïs ordinaire utilisées pour produire des plants de maïs. De cette façon, ils ont produit en réalité un contraceptif caché, incorporé au maïs destiné à la consommation humaine. « Pour l’essentiel, les anticorps sont attirés par les récepteurs de surface des spermatozoïdes, » a déclaré Hein. « Ils s’accrochent à chaque spermatozoïde et le rendent si lourd qu’il ne peut pas se mouvoir. Il s’agite juste comme s’il dansait la lambada. » (15) Hein a affirmé qu’il s’agissait d’une solution possible à la « surpopulation » mondiale. La question morale et éthique de l’alimentation humaine dans les nations pauvres du Tiers Monde à l’insu de ces pays est omise dans ses remarques.

Les spermicides cachés dans le maïs modifié génétiquement fournis aux populations affamées du Tiers Monde, grâce à la générosité des fondations Gates, Rockefeller et de l’AGRA de Kofi Annan, ou encore les vaccins contenant des agents stérilisants non divulgués, ne sont que deux cas documentés du recours aux vaccins ou aux OGM pour « réduire les populations. »

Et le « Good Club »

Le discours de Bill Gates au TED2010, sur l’émission zéro et la dépopulation, est compatible avec un article paru en mai 2009 dans un média culturel (ethnic) de New York, Selon cet article, le 5 mai 2009 une réunion secrète s’est tenue chez Sir Paul Nurse, président de l’université Rockefeller, avec quelques-uns des individus les plus argentés des États-Unis. Était présent Warren Buffett, le gourou de l’investissement, qui a décidé en 2006 de mettre les 30 milliards de dollars de la fondation Buffett en commun avec la fondation Gates, pour créer la plus grande fondation privée exempte d’impôts du monde, dotée de quelque 60 milliards de dollars. Le banquier David Rockefeller était l’hôte.

La lettre d’invitation personnelle était signée par Gates, Rockefeller et Buffett. Ils ont décidé de s’appeler le « Good Club » (bon club ?). Était également présent le pape des médias, Ted Turner, le milliardaire fondateur de CNN, qui a déclaré dans une entrevue réalisée en 1996 pour Audubon, un magazine sur la nature, qu’une réduction de 95% de la population mondiale pour la ramener entre 225 et 300 millions serait « idéal. » Dans une interview en 2008 à l’Université Temple de Philadelphie, Turner a peaufiné son chiffre à 2 milliards, soit une réduction de plus de 70% de la population actuelle. Encore moins élégamment que Gates, Turner a déclaré : « Nous avons trop de gens [sic, ndt]. C’est pourquoi nous avons le réchauffement climatique. Nous devons avoir moins de gens en utilisant moins de substance (sic). (16)

Les autres participants de cette première réunion du Good Club auraient été : Eli Broad, milliardaire de l’immobilier, Michael Bloomberg, milliardaire et maire de New York, et Peter G. Peterson, milliardaire de Wall Street et ancien meneur du Council on Foreign Relations.

Il y avait en outre Julian H. Robertson, Jr., le milliardaire des fonds de spéculation qui a travaillé avec Soros dans l’attaque des monnaies de Thaïlande, d’Indonésie, de Corée du Sud et des économies des Tigres asiatiques, pour précipiter la crise de 1997-98 en Asie. Étaient aussi présents à la première session du Good Club, Patty Stonesifer, ancien PDG de la fondation Gates, et John Morgridge de Cisco Systems. Le groupe pesait une fortune cumulée de plus de 125 milliards de dollars. (17)

Selon des comptes-rendus apparemment divulgués par l’un des participants, la réunion a été organisée en réaction au ralentissement économique mondial et aux nombreuses crises sanitaires et écologiques qui affligent la planète.

Mais le thème central et le but de la réunion secrète des ploutocrates du Good Club concernait le souci prioritaire présenté par Bill Gates, c’est-à-dire comment faire progresser plus efficacement leur programme mondial de contrôle de la natalité et de dépopulation. Au cours des pourparlers un consensus aurait émergé : « ils reviendraient à une stratégie où la croissance démographique sera combattue en tant que menace environnementale, sociale et industrielle potentiellement désastreuse. » (18)

Le dessein d’eugénisme mondial

Gates et Buffett sont les grands bailleurs de fonds des programmes de dépopulation mondiaux, tout comme Turner, dont la fondation des Nations Unies a été créée pour canaliser un milliard de dollars de ses stock-options exempts d’impôts, gagnés dans AOL-Time-Warner, vers divers programmes de réduction de la natalité dans le monde en développement. (19) Les programmes en Afrique et ailleurs sont déguisés en actions philanthropiques et fournissent des services de santé aux pauvres d’Afrique. Ils impliquent en réalité la stérilisation forcée de la population par l’intermédiaire de vaccinations et d’autres médicaments qui rendent stériles les femmes en âge de procréer. La fondation Gates, où Buffett a déposé le gros de sa fortune il y a deux ans, est aussi favorable à l’introduction de semences d’OGM en Afrique, sous le manteau de la « Deuxième révolution verte » d’Afrique dirigée par Kofi Annan. L’introduction des OGM brevetés en Afrique s’est heurtée jusqu’ici à une énorme résistance autochtone.

Des experts de la santé font remarquer que, [si] c’était l’intention de Gates d’améliorer réellement la santé et le bien-être des Noirs africains, les mêmes centaines de millions de dollars investis par la fondation Gates dans des vaccins non testés et dangereux pourraient servir à fournir un minimum d’eau potable et d’installations d’assainissement. Il n’est pas sain de vacciner un enfant qui va ensuite boire l’eau de la rivière polluée par des excréments. Mais naturellement, l’assainissement de l’eau et des systèmes d’évacuation des eaux usées en Afrique révolutionneraient l’état sanitaire du continent.

Le commentaire de Gates au TED2010, sur de nouveaux vaccins pour réduire la population mondiale, n’était manifestement pas une remarque improvisée. Pour ceux qui doutent, la présentation faite par Bill Gates lors de la réunion annuelle au TED2009 dit presque exactement la même chose au sujet de la dépopulation pour réduire le réchauffement planétaire. Pour les puissants du Good Club, les êtres humains semblent être une forme de pollution égale au gaz carbonique.


1. Discours de Bill Gates, « Innover vers zéro » à la conférence annuelle TED2010 à Long Beach en Californie, le 18 février 2010 :

2. Bill Gates makes $10 billion vaccine pledge (Bill Gates fait une promesse de 10 milliards de dollars pour les vaccins), Telegraph de Londres, 29 janvier 2010 :

3. WHO Donates Millions of Doses of Surplus Medical Supplies to Developing countries (L’OMS donne les millions de doses de vaccins des fournitures excédentaires aux pays en développement), Louise Voller et Kristian Villesen, Danish Information, 22 décembre 2009 :

4. L’un d’eux est le Population Research Institute à Washington :

5. Louise Voller et autres, op. cit en (3).

6. Ibid.

7. Noté dans Vaccinations and Autism :

8. OGM : Semences de destruction : L’arme de la faim, de F. William Engdahl.

9. James A. Miller, Are New Vaccines Laced With Birth-Control Drugs? (Des médicaments contraceptifs sont ajoutés aux vaccins ?), HLI Reports, Human Life International, Gaithersburg, Maryland; juin-juillet 1995.

10. Cité dans L’« arche de Noé végétale » en Arctique, de F. William Engdahl : Bill Gates, Rockefeller et les géants des OGM savent quelque chose que nous ignorons, 4 décembre 2007 :

11. Mariam Mayet, Africa’s Green Revolution rolls out the Gene Revolution (En Afrique, la révolution génétique sort de la révolution verte), African Centre for Biosafety, ACB Briefing Paper No. 6/2009, Melville, South Africa, avril 2009.

12. Ibid.

13. Nora Benachour et Gilles-Eric Seralini, Glyphosate Formulations Induce Apoptosis and Necrosis in Human Umbilical Embryonic, and Placental Cells (Les formules à base de glyphosate induisent l’apoptose et la nécrose des cellules humaines embryonnaires ombilicales et placentaires), Chemical Research in Toxicology Journal, American Chemical Society, 2009, 22 (1), pp 97–105.

14. Robin McKie, GMO Corn Set to Stop Man Spreading His Seed (Le maïs OGM est créé pour empêcher l’homme de répandre sa semence), The Observer de Londres, 9 septembre 2001.

15. Ibid. McKie a écrit : « Les plantes contraceptives sont l’œuvre de la société de biotechnologie Epicyte de San Diego, dans laquelle les chercheurs ont découvert une classe rare d’anticorps humains qui s’attaque au sperme… la compagnie a créé des petites usines horticoles qui fabriquent des contraceptifs… Pour l’essentiel, les anticorps sont attirés par les récepteurs superficiels des spermatozoïdes, » a déclaré Hein. « Ils s’accrochent à chaque spermatozoïde et le rendent si lourd qu’il ne peut pas se mouvoir. Il s’agite juste comme s’il dansait la lambada. »

16. Cité par Turner dans une vidéo de youTube par Aaron Dykes de Jones Report, Ted Turner: World Needs a ‘Voluntary’ One-Child Policy for the Next Hundred Years (Ted Turner : Le monde a besoin d’une politique volontariste d’enfant unique pour les cent prochaines années), Jones, 29 avril 2008 :

17. John Harlow, Billionaire club in bid to curb overpopulation (Club de milliardaires pour maîtriser la surpopulation), The Sunday Times de Londres, 20 mai 2009 :

18. Ibid

19. Fondation des Nations Unies, Women and Population Program :


F. William Engdahl est l’auteur de plusieurs ouvrages dont deux sont traduits en français : OGM : Semences de destruction : L’arme de la faim et Pétrole, une guerre d’un siècle : L’ordre mondial anglo-américain. Il est joignable depuis son site,

Original :

Traduction copyleft de Pétrus Lombard


L’élite globaliste, l’eugénisme et le contrôle des populations

par Anarchix — Avril 2010 –

L’élite globaliste, l’eugénisme et le

contrôle des populations

par Anarchix — Avril 2010 –

Les couches les plus basses de la société, celles les moins équipées génétiquement ne doivent pas avoir accès trop facilement à l’aide, au secours et aux hôpitaux, car cela retirerait le dernier rempart de la sélection naturelle, ainsi rendant les enfants trop facile à produire et survivre.”

– Julian Huxley, fondateur UNESCO et WWF et de la British Eugenics Society, “UNESCO, ses buts et philosophie”, 1947 –

“Lorsque nous devons prendre une décision très importante, nous devons nous demander avant d’agir quel sera l’impact de nos actions sur les prochaines sept générations”

– Proverbe Iroquois –

Lorsque l’on contemple le marasme quasi absolu offert par nos sociétés occidentales en guise d’idéal de développement pour l’Humanité en cette fin de XXeme siècle et début du XXIeme, nous sommes en droit de nous demander si le modele proposé par nos chères élites est juste une boulette de plus à mettre au compte de l’incompétence chronique de nos technocrates modernes, ou si plus insidieusement, il n’y aurait pas à y voir une certaine procédure routinière quant à leur volonté de mener le monde à la ruine à des fins de contrôle oligarchique plus avancé. C’est ce que nous allons essayer de voir ici en identifiant un des traits de caractères élitiste établi depuis l’aube des temps humains: l’obnubilation maladive et quasi psychotique des élites gouvernantes a se protéger du peuple en se réfugiant derrière une pseudo-science (ou derrière une religion) pour se justifier de leur “supériorité”, de leur droit divin puis “génétique” de régner et de gouverner sur des masses rendues serviles. La justification du statut “d’élite” et sa préservation par la caste des dominants et exploiteurs a été récemment (XIXeme siècle) édictée sous la forme du dogme de l’eugénisme, qui est une doctrine pseudo-scientifique visant a promouvoir le développement de la pureté d’une certaine élite, sous le couvert d’humanisme cynique et hypocrite, tout en contrôlant le reste d’une population jugée non conforme et impure. Nous verrons dans cet article l’origine de l’eugénisme, le développement moderne du dogme et comment cette théorie qui évoque de sinistres souvenirs, peut-être rattaché aux élites dominant le monde depuis la création des états-nations.

Cette information est d’une importance capitale, car elle aidera à mieux comprendre avec quel état d’esprit nos “élites” politico-financieres gouvernent et gèrent les activités politico-sociales de ce monde selon un agenda pré-établi et qui ne vise qu’à concentrer toujours plus de biens, de richesses et de pouvoirs dans le moins de mains possibles, de façon à pouvoir imposer leur modele ultime de société néo-féodale, que tous les politiciens actuels de Bush Sr a Bush Jr, en passant par Clinton, Tony Blair, Gordon Brown, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et Barack Obama appellent nommément: le Nouvel Ordre Mondial.

L’origine de l’eugénisme(*):

L’eugénisme peut être défini comme étant toute méthode ou pratique ayant pour but l’amélioration du patrimoine génétique de l’espèce humaine. Dans sa pratique, la controverse ne peut-être que de mise, puisque l’interprétation de cette définition se fait dans un sens très large et très subjectif. Depuis l’origine des royautés, les membres des familles royales ont été obnubilés par ce qu’ils percevaient comme la dégénérescence de leur sang et ont toujours cherché à garder le “lignage” de leur caste. L’obsession du “sang pur” a toujours été une priorité pour la caste exploiteuse et dominante des sociétés humaines.

Dans la seconde moitié du XVIIIeme siècle, un pasteur économiste anglais Thomas Malthus (1766-1834) énonça une théorie qui voulait que les êtres vivants se reproduisaient naturellement au-dela de la quantité de nourriture pouvant être à leur disposition et qu’ainsi l’augmentation des populations se feraient bien au-delà de notre capacité à produire de la nourriture, ce qui conduirait immanquablement à une catastrophe socio-économique globale, nécessitant donc un programme de limitation des populations au vu de la rareté chronique des moyens de subsistances (concept éroné s’il en est, puisque nous savons aujourd’hui que la “rareté” potentielle des denrées alimentaires est induite et contrôlée à des fins spéculatives pour générer plus de profits, mais également pour utiliser la nourriture comme moyen de contrôle des populations comme nous le verrons ultérieurement).

Cette doctrine malthusienne s’est ensuite couplée avec les théoriciens du darwinisme-social: Francis Galton (cousin de Charles Darwin) et Herbert Spencer. Le darwinisme-social a été érigé en dogme, toujours suivi de nos jours par une vaste frange de nos élites, qui affirme que la nature de l’homme est la lutte pour la survie et que cet état de fait est le tissu même de la relation sociale humaine ou, comme dans la nature, seuls les plus forts survivent. Francis Galton fut celui qui utilisa le premier le mot “eugénisme” dont la racine grecque signifie: “eu” [bien] et “gennao” [engendrer] ce qu’on pourrait traduire par “bien naître”… Tout un programme ! Précisons ici que Charles Darwin lui-même n’a jamais endorsé la doctrine dérivée de ses études. Herbert Spencer fut le scientifique qui énonça pour la première fois la théorie de la “survie des plus aptes” en écho a la théorie de l’évolution des espèces de Darwin. Spencer développa l’idéologie qui veut faire croire que les conflits sociaux, l’injustice sociale et les guerres ne sont que l’expression de la nature humaine et l’application de la “sélection naturelle” a l’espèce humaine. On voit à quel point cette théorie, érigée en dogme depuis, est profitable aux élites dominantes et exploiteuses, car elle justifie “scientifiquement” la relation dominant-dominé, maître-esclave, seigneur-serf, sujet-vassal, élu-citoyen, vainqueur-vaincu, bourgeois-prolétaire.

La théorie du darwinisme-social mâtinée de malthusianisme est la base, le fondement véritable de toutes les doctrines de gouvernance moderne depuis la fin du XIXeme siècle. La caste élitiste a utilisé cette doctrine, et l’utilise encore aujourd’hui, pour justifier aux yeux des peuples le bien-fondé de l’ordre de la gouvernance, et induire de fait un état de domination perpétuelle de leur caste sur les peuples jugés moins aptes, inférieurs et juste bons a être commandés. Le darwinisme-social n’a pas de véritable couleur politique, en tant que pseudo-science, il est apolitique; on trouve des adeptes du dogme dans la droite traditionnelle, dans la droite fascisante, mais aussi dans la gauche dorée des beaux quartiers, et les leaders de partis avant-gardistes communistes nés au sein de la caste dominante et ayant gardé un certain mépris mêlé de crainte à l’égard du peuple.

L’eugénisme moderne:

Renforcée de ces doctrines, la British Eugenics Society fut créée en 1908 et est maintenant connue sous le nom de Galton Institute a Londres, tandis qu’aux Etats-Unis, l’American Eugenics Society voyait le jour en 1922; en 1972, sous l’égide des Fondations Rockefeller et Carnégie, elle changea de nom pour devenir la Society for the Study of Social Biology. Des 1913, la Fondation Rockefeller finança les programmes eugénistes américains ainsi que la Société Eugénique Française en 1912. Cette même Fondation Rockefeller finança également les programmes eugénistes de l’Allemagne nazie en aidant à la création et en finançant le Kaiser Wilhem Institute et ce jusqu’en 1939. Des scientifiques américains travaillaient dans cet institut et ont aidé au développement des programmes de stérilisation des populations jugées inaptes à reproduire, ainsi qu’à l’euthanasie des enfants atteints de déficience mentale.

La Fondation Rockefeller a également financé des 1913, par sponsoring des universités et des écoles de médecine qui avaient un interdite dans la recherche pharmaceutique, mettant ainsi les pieds dans le domaine du chimique médical.

En 1939, la Fondation Rockefeller fonde avec le géant du chimique allemand I.G. Farben (restructuré en un cartel de compagnies après la guerre dont Bayer, BASF et Hoechst (Aventis), aujourd’hui de grands noms de la chimie, pharmacologie et de la … production de vaccins… Hazard ?..) le “trust des médicaments”. Il est également à noter que la famille Rockefeller par le truchement de sa compagnie pétrolière Standard Oil, délivra des additifs chimiques a I.G. Farben sans lesquels les Allemands étaient incapables de faire tourner les moteurs de leur machine de guerre. Elle aida également a l’élaboration d’essence synthétique pour l’Allemagne nazie. I.G Farben était 100% en contrôle de camps de concentration, notamment l’abominable Auschwitz. Il a eté établi a la fin de la guerre qu’I.G. Farben produisait également le gaz Zyklon B pour les camps d’extermination. La fondation Rockefeller était en partenariat direct avec la firme allemande. La famille Rockefeller avec sa Standard Oil Company (aujourd’hui connue sous le nom de Exxon, Mobil), et sa banque JP Morgan Chase (ex Chase Manhattan Bank) possede plus de 50% des intérêts pharmaceutiques aux Etats-Unis. Cinquante responsables de la firme allemande ont été traduits devant le tribunal de Nuremberg… La plupart était en liberté des 1951. Certains allèrent aux Etats-Unis, d’autres restèrent en Allemagne et redevinrent cadres des compagnies du cartel résultant du démantèlement d’I.G Farben en plusieurs entreprises. Le financement du Kaiser Wilhem Institute se faisait depuis les Etats-Unis par l’intermédiaire d’une banque sous-traitante privée membre d’un cartel banquier dont Prescott Bush (père de George H. W. Bush, président des Etats-Unis, et grand-père de Deubeuliou, autre président américain…) était un des fondés de pouvoir.

Apres la seconde guerre mondiale et dû à l’embarassement de l’horreur des excès des programmes eugénistes allemands, la Fondation Rockefeller décida de changer le nom “d’eugénisme” pour celui “d’étude de biologie sociale” qu’elle intégra dans la nouvellement créée Society for the Study of Social Biology. Dès ce moment les programmes de contrôle des populations si chers à ces “élites”, passeront sous couvert d’une nouvelle science émergente: la génétique. Gary Allen, auteur d’une étude très documentée sur la famille Rockefeller “The Rockefeller File”, publiée en 1976 et réédité en 1994, écrit: “Le plan Rockefeller est d’utiliser le contrôle de la population, de la nourriture, des énergies et du contrôle de la finance, pour optimiser la dépendance et le contrôle absolu des peuples, ce qui amènera inéluctablement à une grande fusion, un gouvernement mondial et un fascisme global. Comprenez que ceci n’est pas planifié pour l’Inde ou le Sénégal, mais pour les Etats-Unis ou la croissance démographique zéro est déjà quasiment un fait accompli.”

En 1946, Julian Huxley (frère de l’écrivain Aldous Huxley, auteur du célebre roman “Le Meilleur des Mondes”), biologiste de renom et adepte des théories galtoniennes du darwinisme-social, prit part à la création de l’UNESCO (United Nations Educational Scientific and Cultural Organization) et publia dans un texte: “L’UNESCO, ses buts et philosophie”, la ligne de conduite eugéniste de l’organisation, ligne de conduite qu’elle n’a jamais quittée depuis. Julian Huxley est considéré aujourd’hui comme le “père fondateur” du mouvement environnementaliste moderne. Il fut aussi un des créateurs du World Wide Fund for Life, qui deviendra en 1961, sous l’égide de deux autres eugénistes notoires les princes Bernhard de Hollande (ancien officier SS) et le prince Philip d’Angleterre le World Wide Fund ou WWF. Ce même prince Philippe qui déclarait vouloir revenir sur terre après sa mort réincarné en un virus mortel pour pouvoir participer à la réduction de population massive qui s’impose au monde moderne pour sa survie.

En 1947, John D. Rockefeller III donna à l’ONU un des terrains familiaux pour y établir le quartier général de l’organisation à New York (valeur de l’époque: 8,5 Millions de dollars), scellant ainsi le destin de la famille Rockefeller au devenir de l’ONU et au projet de l’élite pour le monde du futur. En parallèle, l’UNICEF fut également créée en 1947 et devint en peu de temps la couverture onusienne pour les programmes eugénistes de contrôle familial dans les pays en voie ce développement. Plus tard en 1967, fut créé l’UNFPA (United Nations Fund for Population Activities), qui reçu des fonds de l’UNICEF pour ses programmes de contrôle des populations par stérilisation volontaire puis a l’insu des populations par voie de campagnes de vaccination massives, vaccins qui étaient intoxiqués aux hormones pour stériliser de manière permanente les femmes de 12 a 45 ans qui se faisaient inoculer en toute confiance (les cas les plus connus étant ceux du Nicaragua, de la Thailande, du Nigeria et des Philippines que nous verrons plus loin).

Ainsi, comme nous pouvons le constater, l’après seconde guerre mondiale a vu une métamorphose des associations eugénistes en un mouvement environnementaliste qui embrasse toutes les thèses importantes des organisations eugénistes précédentes: contrôle des populations dans la plus pure tradition malthusienne, purification de l’espèce humaine, et autres mesures qui dorénavant seront adoptées sous couvert d’écologie et d’intérêt général global. Bien évidemment, ceci ne veut bien pas dire qu’il n’y ait pas de problèmes environnementaux en ce monde. Ils sont nombreux et doivent être adressés par les peuples. Mais à l’ensemble des problèmes réels posés à l’humanité par la surconsommation des pays développés et les pollutions en tout genre qui se sont répandues dans les pays en voie de développement par le truchement de la délocalisation de la production des pays industrialisés pour augmenter toujours et encore les profits des multinationales et de l’élite dominante, vient se greffer des problèmes induits dont les conséquences immédiates et futures pour le monde seront catastrophiques dans un cadre rappelant une triste époque de notre histoire contemporaine ou le génocide planifié était de mise. Des exemples ?… Que penser des campagnes de stérilisation massive menées par l’ONU dans les pays en voie de développement, spécifiquement après l’adoption par le département d’état américain des concepts proposés dans le fameux “Rapport Kissinger” de Décembre 1974, connu officiellement sous le vocable de NSSM 200, dé-classifié par la maison blanche en Juillet 1989. Ce rapport, financé par la Fondation Rockefeller est le document qui a fait endosser le schéma de dépopulation globale comme top priorité pour le département d’état (Ministere des Affaires Etrangères) Etats-uniens. Les raisons étaient également d’ordre stratégique, puisqu’il s’agissait également de:

Sécuriser pour les Etat-Unis les ressources minérales et énergétiques en Afrique et autres nations en voie de développement

Maintenir la stabilité politique pour continuer l’exploitation

Contrôler la croissance démographique mondiale pour s’assurer du résultat

Des recommandations spécifiques y étaient faites pour parvenir aux buts de contrôle et reconnaissait implicitement la nécessité d’utiliser guerres et famines par voie de contrôle des ressources alimentaires contre les pays qui seraient réticents a appliquer une politique de contrôle de leur population:

Urgence d’appliquer des mesures pour réduire la fertilité globale avant la fin des années 1970 et des années 80

Le plan demandera des efforts vigoureux pour les pays impliqués, les leadership états-uniens étant en cela primordial

Des fonds seront mis a disposition des pays reconnaissant les intérêts a long terme des Etats-Unis

La croissance de la population mondiale, dans ce schéma erroné malthusien, y est vu comme une atteinte à la sécurité des Etats-Unis et de fait, au cartel des compagnies pétrolières, chimiques et pharmaceutiques. Depuis lors, des programmes nationaux de stérilisation ont été menés dans différents pays sous les auspices des organismes de l’ONU, tels l’UNICEF et sa comparse de l’OMS, une autre reconversion a succès de l’intention eugéniste. Trouvons ici quelques exemples de ces programmes de stérilisation massive dans les pays en voie de développement tous sous l’égide d’organismes de l’ONU et des gouvernements locaux pour qui les subventions pleuvaient (entretenant bien sûr la corruption endémique des oligarchies locales) pour accueillir ces mesures draconiennes imposées le plus souvent, à l’insu des populations:

Des les années 1920 et jusqu’à la seconde guerre mondiale, une loi fédérale concernant la stérilisation obligatoire des “citoyens inaptes à reproduire” fut adoptée par 33 états des Etats-Unis, générant la stérilisation forcée de 60 000 citoyens américains. Les mesures eugénistes appliquées aux USA furent louées et appliquées par la suite par l’Allemagne nazie

Dès le début des années 1970, l’UNICEF développa des programmes de stérilisation volontaire, qui n’eurent pas le succès attendu même moyennant finance ( )

Programmes de vaccination de l’OMS contre le tétanos au Nicaragua en 1993 et au Mexique en 1994 ont été des couvertures pour la stérilisation de masse des populations, de la même maniere que cela s’est également produit aux Philippines et en Thailande dans la même période.

L’UNICEF fut impliquée dans les année 1990 aux Philippines, dans un programme de stérilisation des populations par l’intermédiaire d’un vaccin anti-tétanique “contaminé” avec l’hormone B-hCG, qui administrée en vaccin, stérilise de maniere permanente les femmes inoculées. Une cour de justice des Philippines ordonna l’arrêt de la campagne de vaccination en 1995 mais après que 3 millions de femmes philippines de 12 a 45 ans aient été vaccinées et donc stérilisées à leur total insu.

L’UNICEF fut de nouveau impliquée dans une campagne de vaccination (orale cette fois ci) contre la polio au Nigéria en 2004 ayant bizarrement les mêmes caractéristiques que celle des Philippines… ( )

Il est également à noter que dans l’entourage immédiat de ces grandes “associations philanthropiques”, se trouvent depuis quelques décennies d’autres grands philanthropes aux relents frelatés eugénistes: la clique du club des milliardaires idoines sans l’argent desquels rien ne serait possible, bien sur les inamovibles Rockefeller, rejoints depuis par les Ted Turner, Bill & Melinda Gates, George Soros, Warren Buffet et autres sous-fifres tel Al Gore, l’homme de Monsanto (roi de l’OGM) et de l’escroquerie du réchauffement climatique anthropique, autre dogme érigé en arme de destruction massive pour les générations futures et les pays en voie de développement. Nous y reviendrons plus tard.

Ted Turner le milliardaire “philanthrope” déclara en 1991 dans une interview: “Idéalement, la population mondiale devrait être réduite a 500 millions d’individus.” Ted Turner est un des financiers de l’ONU et de ses programmes. Coïncidence ?… Quant à Bill Gates, autre milliardaire “humaniste”, il est devenu avec sa Fondation Bill& Melinda Gates, le gourou de la vaccination pour les enfants des pays en voie de développement. Altruisme authentique ou agenda caché ? Pour ce faire il a déclaré au dernier meeting de Davos en Janvier 2010 que sa fondation donnerai 10 milliards de dollars sur 10 ans pour la vaccination de tous les enfants du tiers monde, sachant également que sa fondation est le financier principal du GAVI (Global Alliance for Vaccinations and Immunization) en partenariat avec l’OMS, la Banque Mondiale et les grands pontes de l’industrie pharmaceutique, qui sont connus globalement pour leur dumping vers le tiers monde de vaccins et de médicaments non testés et “contaminés” qu’ils ne peuvent pas ou plus écouler dans les pays occidentaux. La fondation Gates est également impliquée dans le développement de programmes pour l’implantation des OGM dans les pays émergents et le contrôle des semences bio et originelles.

(, la question de l’innocence d’un tel mécénat peut légitimement se poser. Ceci n’étant qu’une petite partie immergée de l’iceberg.

Nous venons de voir que les campagnes de vaccination officiellement organisées par des organismes supposés altruistes et au-dessus de tous soupçons tels que l’OMS, L’UNICEF et toutes les ONG gravitant dans leur giron, sont largement sujettes à caution. Comment pourrait il être en autrement de la derniere née de ces campagnes: celle du vaccin de la “pandémie” de grippe porcine, H1N1 de 2009-2010. Nous sommes tous en droit de nous le demander, spécifiquement avec toute l’omerta faite sur la commande des vaccins, les conditions de production de ces vaccins, la contamination avérée d’un stock de vaccins de chez Baxter par des virus non atténués H5N1 (dite grippe aviaire) a destination de 18 pays et dont le test inopiné dans un laboratoire de transit en République Tcheque a révélé l’existence, ainsi que la suspicion d’intention criminelle (une enquête est toujours en cours en Autriche ou une plainte a été déposée); ainsi que de l’insuffisance des tests qui ont été effectués sur ces vaccins avant leur commercialisation et leur diffusion au grand public, pour ce qui s’est depuis avéré être une supercherie plus que probable à la pandémie.

La collusion économique et idéologique entre l’industrie chimique et pharmaceutique et la haute finance élitiste et eugéniste n’est pas nouvelle, nous en avons vu une des origines remontant aux années 1920-30, lorsque les fondations Carnegie et Rockefeller se sont impliquées plus avant avec la science dans le but précis de réaliser leur vision délirante d’un monde biologiquement, génétiquement purifié. Suite aux abus génocidaires nazis qu’ils ont aidé a perpétrer, les eugénistes ont trouvé refuge dans une nouvelle science émergente: la génétique et y ont vu une excellente opportunité de dissimuler les intentions de “nettoyage” biologique derrière le paravent d’une nouvelle doctrine naissante dans le sillage du biologiste Julian Huxley: l’environnementaliste. Ceci ne veut bien entendu pas dire que tous les écologistes sont des psychopathes ne rêvant que de purification ethnique, bien au contraire, la vaste majorité des militants écologistes sont convaincus du bienfondé de leurs convictions et les problèmes environnementaux qu’ils adressent sont le plus souvent des problèmes réels. La perversion vient du système, de l’idéologie eugéniste larvée dans le mouvement écologiste et ce depuis son origine avec Julian Huxley. Les militants écologistes sont le plus souvent endoctrinés, manipulés et exploités par les ONG paravents de l’eugénisme moderne, à des fins de réalisation future du grand schéma global d’obédience fasciste de nos élites.

Pour s’assurer d’une domination globale, un groupe d’individus se doit de contrôler deux choses en ce monde:

Les ressources énergétiques

Les ressources alimentaires

C’est le fondement même de la “doctrine Kissinger” (encore lui…), énoncée en 1970…

C’est ce que l’oligarchie globaliste s’est attachée à conquérir depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Nous en vivons aujourd’hui un épisode très important entre les guerres perpétuelles pour le contrôle des sources d’énergie et les multiples “révolutions vertes” qui ont fleuries depuis 1945. La guerre du contrôle alimentaire passe par le contrôle de la production agro-alimentaire mondiale. Nous assistons depuis une cinquantaine d’années au laminage et à l’extinction sans rémission de l’agriculture traditionnelle et naturelle au profit d’une dominance sans partage des cartels agro-alimentaires pilotés de l’intérieur comme de l’extérieur par les multinationales du chimique et du génétiquement modifié, qui s’appuient sur le système politique de nos sociétés, suffisamment corrompu pour y voir leur intérêt et non plus celui de l’intérêt général des peuples dont ils sont devenus l’ennemi au fil du temps.

Pour ce faire, la fondation Rockefeller, le cartel de l’agro-alimentaire et les suiveurs de la révolution génétique ont développé l’étape suivante du contrôle des ressources alimentaires mondiales: L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), qui est devenue le gendarme de la régulation alimentaire de l’oligarchie.

Pour contrôler l’agriculture de culture, qui représente la partie fondamentale et vitale de l’alimentation mondiale (on peut vivre sans viande, pas sans céréales, fruits, agrumes et légumes…), il faut contrôler la source même des cultures: les semences et dans une autre mesures tout le chimique de substitution des méthodes traditionnelles pour la préservation des cultures contre les pestes naturelles (insectes, parasites, fungus etc…) à savoir: pesticides, insecticides, fongicides et autres poisons utiles à une extermination lente mais certaine des populations. Tel est le but du cartel de l’agro-alimentaire qui impose sa dictature sur le monde développé ou en voie de développement. Nous pouvons ainsi résumer les fonctions primaires de l’avènement des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) et leur application à l’agriculture par le cartel du chimique que l’on retrouve également pour la plupart dans le développement genétique: Monsanto, Syngenta, BASF, Bayer, DuPont.

Notons au passage que Monsanto (le numéro 1 mondial de la semence génétique imposant sa dictature globale) était associée à la fin de la guerre avec la tristement célebre I.G. Farben allemande que nous avons vu précédemment, et que BASF (numéro 1 mondial de la chimie) multinationale naissant de l’éclatement d’I.G Farben, possèdent toutes deux 49% des 52 brevets déposés pour intégrer des gènes de résistance aux plantes sous stress, et que les 5 compagnies sus-mentionnées possèdent 532 brevets déposés sur l’intégration de “genes climatiques” aux plantes de cultures… Un autre domaine à multi milliards de dollars dont on ne parle jamais lorsque qu’on parle du “réchauffement climatique anthropique”, qui bien sûr n’existe que dans la tête de ses créateurs et celles de la cohorte de naïfs que les gardiens du dogme écologique ont convaincus à grand renfort de propagande et de pseudo-Science.

Une fois de plus les fondations Rockefeller, Gates sont liées au financement des recherches dans le domaine génétique et de l’application des mesures de “développement agricole moderne” en Afrique, en Inde, par le truchement d’ONG qu’ils financent également comme la Fondation Africaine de Technologie Agricole ou l‘International Service for the Acquisition of Agri-Biotech Applications, aussi financé par Monsanto, Syngenta, Dow AgroScience, DuPont etc… La première “révolution verte” a vu l’avènement des fameuses semences F1, celles dont pour la première fois les agriculteurs devenaient dépendants du fournisseur, car elles étaient (et sont toujours…) stériles ou dégénéraient sur une ou deux générations. La première révolution verte a eu pour effet dévastateur d’éliminer une très grande partie de l’agriculture traditionnelle dans le monde entier et provoqua l’exode massif de populations rurales vers les villes pour la quête de travail de subsistance en industrie. L’oligarchie avait créée de facto la nouvelle main d’oeuvre bon marché pour subvenir à l’essor industriel global de délocalisation des industries des pays développés qu’elle planifiait de longue date. De fait, une des armes les plus redoutables du néolibéralisme économique.

La nouvelle “révolution verte” est liée à l’impact annoncé frauduleux du réchauffement climatique ou les grands monopolistes de l’agro-chimie mettent la dernière main au terrorisme absolu, celui du terrorisme agricole, qui voit et verra de plus en plus l’extermination des agricultures traditionnelles au profit du tout chimique, tout génétique, générant des profits gigantesques pour ces entreprises et en même temps réalisant le projet a long terme des oligarches, celui du contrôle total des populations par une agriculture de la mort ou une poignée de profiteurs eugénistes décideront de qui mange et qui ne mange pas… Couplé aux vaccinations toxiques forcées et à l’exposition constante à des substances et rayonnement dangereux, voila de quoi réjouir les fanas de la réduction de l’espérance de vie… Une étude autrichienne en 2008 a démontré que les maïs transgéniques de Monsanto Mon 810, Mon 863 et NK 603 présentent de sérieux dangers pour la santé, notamment (encore un hasard ?..) des risques très accrus de stérilité. Les tests de laboratoire ont prouvé que la consommation de ces produits a provoqué la stérilisation de toutes les souris mâles et femelles de l’expérimentation… Le Mon810 était légal en Europe et était cultivé à grande échelle en Allemagne jusqu’en 2009, année où il fut bannit. On attend avec impatience une étude épidémiologique sur les conséquences de la consommation de longue durée de cet outil de contrôle des populations.

Est-ce une fois de plus un hasard en évoquant le génocide latent lié au développement global des cultures OGM et du tout chimique agro-alimentaire que nous nous heurtons sans cesse aux mêmes noms qu’il y a 90 ans ?… Les fondations Rockefeller, Carnégie, qui elles-mêmes ont fait des émules avec les fondations Turner, Gates et les investisseurs privées Soros, Buffett et autres “philanthropes” internationaux qui n’ont que le bien commun en tête c’est évident. Tous sont encore et toujours en toile de fond. Elles ont eu près de cent ans pour acheter et s’assujettir tous les rouages politico-médiatiques qui contrôlent nos sociétés, elles ont acheté tout ce qui était à vendre y compris les politiciens et leurs conseillers.

Est-ce un hasard de retrouver des noms tels que Rumsfeld, Gore, Cheney, Rice, Bush attachés aux comités directeurs d’entreprises comme Gilead chimie (producteur du fameux Tamiflu et dont Rumsfeld est un actionnaire et ex-membre du bureau directeur), Halliburton chers a Cheney et Rice, Bush et les offices pétroliers, Gore et le Chicago Carbone Exchange (CCX) et Monsanto. Al Gore, l’homme du RCA, de la fraude du réchauffement au CO2, la vitrine médiatique du complot oligarchique sur le climat, l’homme dont la fortune personnelle est passée de 2 millions à 100 millions de dollars entre 2001 et 2007, l’homme dont le chef de cabinet de la vice-présidence des Etats-Unis (1999-2001) n’était autre que Charles Burson, avocat de Monsanto, et ensuite vice-président de Monsanto de 2002 a 2006. Al Gore qui fut enfin l’artisan au sein de l’administration Clinton en 1998 de l’acceptation des OGM par l’Union Européenne et fit signer a Jospin alors premier ministre français, l’introduction en France des premiers maïs transgéniques par le biais d’un chantage aux contrats commerciaux franco-états-uniens d’une valeur de plusieurs centaines de millions de dollars. Feriez-vous confiance a cette clique d’élitistes eugénistes ?… A un Al Gore, grand gourou du réchauffement climatique anthropique qui a poussé irrémédiablement avec son comparse Clinton l’Humanité vers l’agriculture de la mort et du génocide ? Moi pas ! Confiance zéro absolu.


A ce titre, le réchauffement climatique anthropique (RCA), n’est qu’une arme de plus dans la panoplie du parfait destructeur pour parfaire l’endoctrinement des masses populaires aux dogmes du nouvel ordre mondial et rendre les foules plus apathiques encore quant au génocide planétaire annoncé par nos “élites” auto-proclamées. L’affaire récente du ClimateGate d’octobre 2009, ou la correspondance de membres du saint des saints du CRU (la branche pseudo-scientifique de l’entité politique du GIEC soit disant experte en la matière du “réchauffement climatique”), faite de milliers de courriers électroniques a été dévoilée et a prouvé sans l’ombre d’un doute et quoi qu’en diront les comités d’exonération idoine, qui ne manqueront pas d’essayer de blanchir les incriminés pour sauver le dogme, que la “science” derrière le dogme du RCA était au mieux interprétée pour faire dire aux chiffres ce qu’on voulait leur faire dire, au pire totalement frauduleuse et bidouillée. Expliquer en détail ici la fraude du RCA serait hors sujet, bon nombre d’articles ont été écrits ce concernant, mais pour cadrer la fraude de l’église de la climatologie avec ce qui nous préoccupe ici, voici ce que nous pourrions en dire:

En 1974, la Fondation Rockefeller (toujours elle..) annonce une réunion sur le “Changement Climatique, Production Alimentaire et Conflits entre les Nations”. Cette réunion devait réunir à la fois des climatologues, des économistes et des scientifiques afin d’analyser les implications futures de la production alimentaire a l’heure du Refroidissement Global, car l’heure dans les années 1970 était au refroidissement et à l’arrivée d’un nouvel âge glaciaire. Ils en décidèrent autrement et la réunion fut annulée pour revenir a la charge quelques années plus tard sous la houlette du “réchauffement climatique global” et d’une meute de scientifiques grassement subventionnés dans leurs recherches pour prouver une quelconque relation humaine entre le “réchauffement” et le gaz carbonique émis. La RCA mania était née.

Quand nous parlons des ONG de l’environnement, qui prend la peine de rechercher ce qui se cache derrière la vitrine médiatique et propagandiste des plus influents ?… Des exemples ?.. En voici deux majeurs: Qui est derrière les célebres WWF et Greenpeace ?

WWF: le gentil panda est financé en partenariat par: les ciments Lafarge, Coca-Cola, Wall-mart, Toyota. Un des plus gros financier est Hoffman-Laroche le géant pharmaceutique qui subside la compagnie de Rumsfeld Gilead produisant le Tamiflu. Novartis, racheteur de Syngenta en est un autre sponsor. Que du beau monde comme on peut le constater.

Greenpeace: financé essentiellement par les deux fondations a vocation eugénistes: Rockefeller et Turner, des super-écolos par nature bien évidemment et aux intentions altruistes et humanistes comme cet exposé l’a démontrée.

( (

Nous ne pouvons pas finir cet exposé sans parler de deux choses importantes destinées elles à museler la possibilité des citoyens à rechercher et appliquer des alternatives à la médecine allopathique dite orthodoxe, qui répond parfaitement aux diktats de l’industrie pharmaceutique toute puissante a décider qui doit prendre quoi pour soigner telle ou telle maladie, alors qu’il est parfaitement connu depuis l’aube de l’Humanité, que la médecine naturelle, tant tombée en désuétude dans le monde moderne, peut avoir des succès thérapeutiques et préventifs non négligeables. Bien sûr que certains médicaments ont fait régresser bon nombre de maladies infectieuses, mais la fermeture du débat par une doctrine implacable est certainement néfaste a la santé et au bien-être des gens, cela en étant le but apres tout. Les plus gros abus concernant la “santé publique” sont certainement dans le domaine de la vaccination et du traitement du cancer. D’un côté on inocule aux populations des cocktails de toxines (adjuvants, squalenes, thimérosal a base de sels de mercure, cellules de culture animale contaminées avec des virus, virus actifs), qui sont autant de bombes a retardement sur la santé des citoyens, surtout pour les plus jeunes générations, sans réellement savoir si la vaccination plus que le développement de l’hygiène public est a l’origine de l’éradication de certaines maladies, comme la polio, qui du reste tendent a revenir en force lors de campagne de vaccination dans les pays en voie de développement… D’un autre côté, on traite la pandémie mondiale de cancers avec la sempiternelle trilogie de la mort:

charcuter (biopsie, opération/ablation de tumeurs), empoisonner (chimiothérapie), brûler (radiation) dont l’efficacité est statistiquement non prouvée, mais qui est très lucratif pour les labos pharmaceutiques et le complexe médico-pharmacologique, alors que des alternatives naturelles ou dérivées synthétiquement de thérapies naturelles sont elles prouvées bien plus efficaces, mais totalement vouées aux gémonies des dieux de l’olympe médical, car échappant au contrôle de big pharma…. Est il pensable de pouvoir contrôler et guérir un cancer non -métastatique a 80 ou 90 % à l’aide de graines d’abricots ou de pommes (vitamine B17 ou Laetrile), d’enzymes pancréatiques et de zinc, ou de chlorure de césium qui est le minéral le plus alcalin au monde ?… Des études ont été faites à leurs sujets et ont prouvé l’efficacité curative de ces traitements au-delà de toute espérance; mais la pensée unique de la machine à profit décide de ce que nous devons penser et ce que nous devons croire, non pas pour le bien de la communauté mais uniquement pour le bien des multinationales et des oligarchies en contrôle du système. Le fric et profit rois, pourvoyeurs de pouvoir doivent rester maitres des masses incultes selon la sainte oligarchie.

Ainsi Big Pharma a t’il déclaré une guerre ouverte à la médecine alternative et traditionnelle, ainsi qu’a toutes les entités capables de fournir des suppléments alimentaires bien dosés et efficaces au public. C’est la raison d’être du Codex Alimentarius (ou code alimentaire), programme lancé en 1962 sous l’égide de l’ONU et de l’OMS et qui aurait pour but officiel “d’harmoniser les standards des suppléments nutritifs internationalement et garantir une qualité de produits standardisée”. But bien anodin et altruiste si on veut bien les croire. Il se trouve qu’en analysant les textes (dont la dernière application est entrée en vigueur le 31 Decembre 2009), il n’en est rien et que le but véritable du Codex n’est en aucun cas le contrôle de la qualité des produits en ventes, mais d’utiliser le pouvoir combiné des instances pour promouvoir la restriction globale des vitamines et des suppléments alimentaires, soit en les interdisant purement et simplement, soit en forçant une commercialisation à dosage infime toujours très en deçà des normes quotidiennes nécessaires à une bonne supplémentation en nutriments, vitamines et minéraux. Le but ultime est l’interdiction des vitamines et des suppléments alimentaires qui ne sont pas sous le contrôle des labos pharmaceutiques et ainsi pouvoir continuer a contrioler de A a Z ce que les gens ingèrent en suppléments et en médicaments. Cela remplit deux fonctions en une:

Augmentation du profit en canalisant l’offre et la demande en quasi monopole

Supprime à terme la possibilité pour les populations de pouvoir se suppléer en compléments alimentaires pour rester en bonne santé, ce qui aura pour effet direct la recrudescence de maladies de carence, qui seront traitées par la médecine conventionnelle et les médicaments idoines prescrits dans l’orthodoxie du politiquement et financièrement correct… pour le bien de tous il va sans dire.

Le Codex Alimentarius va même plus loin, puisque provision est faite de bannir les nutriments comme étant “toxiques”, et que à terme seule l’alimentation génétiquement modifiée sera la norme et que toute alimentation bio devra être irradiée afin de rentrer dans les normes imposées, à savoir l’éradication des vitamines et minéraux si nécessaires à la vie. N’est-ce pas le meilleur moyen de contrôler la chaîne alimentaire pour big pharma et leurs acolytes du transgénisme ? Le contrôle se fera entre les thérapies chimiques imposées pour soigner des maladies induites génétiquement et par carence; les vaccinations multiples chargées en cocktail toxiques et viraux, l’imposition a terme des OGM pour toutes les cultures et l’élevage d’animaux à destination de l’alimentation et le Codex Alimentarius donc, qui éradiquera toutes les possibilités de sortir de cette spirale de la mort lente en se suppléant en vitamines, minéraux et nutriments essentiels.

La route est ainsi pavée pour le génocide de masse tant voulu par nos oligarques psychopathes.


Nous avons vu que la tentation eugéniste chez nos “élites” ne date pas d’hier; que cette tentation est devenue acte avec le développement de la science qui est contrôlée par l’oligarchie financière car en effet que serait la science sans la finance dans nos sociétés capitalistes ou communistes (les deux côtés de la même pièce quoi qu’il en soit) ? De plus, les “élites” dirigeantes ont toujours eu ce caractère obsessionnel de la protection de leur paradigme de caste et de l’asservissement de la majorité aux diktats de leur volonté d’exploitation et de contrôle sans partage. Nous avons vu que les plus grandes instances financières et industrielles de l’époque contemporaine ont été impliquées dans le développement des programmes eugénistes modernes, qu’ils ont dissimulés depuis la seconde guerre mondiale derrière l’écran propagandiste de la nouvelle science de la génétique et du mouvement global environnementaliste.

Les milliardaires eugénistes, sous le couvert de fondations faussement humanistes et altruistes, continuent leur travail de l’ombre pour la destruction et le contrôle de l’Humanité. Ce n’est plus une question d’argent et de profit. Ils ont tout l’argent possible, fortunes reconsolidées par leurs activités hautement monopolistes et spéculatives dans tous les domaines et renforcées par les crises économiques successives, déclenchées de maniere opportune pour assurer une concentration maximum des biens et des richesses dans le moins de mains possible au sommet de leur pyramide. Ils ont tous suffisamment d’argent et de biens pour vivre sur quatre ou cinq générations dans le luxe le plus abject. Non il s’agit de puissance et de contrôle, de la volonté pour ces ultra-milliardaires d’instaurer un système supra-fasciste global, contrôlé par les délégués de la haute finance, et les PDG de multinationales choisies qui leur permettra une fois en place de réduire plus dramatiquement la population mondiale, et permettra également aux oligarches de vivre dans leur bulle aseptisée en oeuvrant pour la transhumanité qu’ils espèrent: la fusion de l’Homme et de la machine, rendant possible de vivre éternellement pour le plus petit nombre s’entend.

A cette fin, le processus d’imposition d’une dictature globale est deja bien avancé et l’oligarchie maintien deja les peuples dans la peur, la division, les guerres, les famines, et plus récemment: les privations accrues de libertés individuelles et collectives, la suppression peu a peu de la liberté d’expression, le flicage permanent au nom d’une “guerre a la terreur” fabriquée de toute pièce a partir d’un événement criminel perpétré par les sbires de l’oligarchie: le 11 Septembre, qui a donné l’opportunité a l’empire anglo-américain dominant de déclencher son processus de guerre perpétuelle au nom de la “démocratie” mais surtout pour contrôler les ressources naturelles, énergétiques et humaines des pays envahis. L’imposition aux pays émergents de regles draconiennes de pur chantage pour qu’ils obtiennent des prêts auprès d’institutions financières criminelles totalement sous contrôle de l’oligarchie, comme le FMI et la Banque Mondiale, l’imposition d’autres regles draconiennes et souvent inacceptables sauf par chantage via l’OMC, le développement sans supervision de marchés spéculatifs sauvages qui génerent des effondrement financiers, cascadant en crises économiques mondiales. A cela vient s’ajouter l’assujettissement des réserves énergétiques et alimentaires selon la doctrine Kissinger, la tentative d’imposition d’un impôt global de financement de l’état fasciste par le biais de la taxe carbone, basée sur une escroquerie de première main: le réchauffement climatique anthropique, la création de pandémies et de nouvelles campagnes de vaccination toxiques, et nous voyons clairement que l’emprise de l’oligarchie sur le monde est quasiment totale et que les attaques perpétrées contre les peuples viennent tous azimuths.

Que peut on faire?… Devons-nous baisser les bras et nous laisser mener à l’abattoir?… Chaque crise, chaque conflit historiquement a eu son lot de moutons pris dans le cours de l’histoire, son lot de résistants et son lot de collaborateurs avec les instances dominantes… L’oligarchie globaliste a déclaré la guerre a l’Humanité dans son ensemble, à nous les peuples de la terre. Pour pouvoir résoudre un problème, il faut d’abord avoir la perception qu’il y a un problème. Les peuples des pays en voie de développement savent depuis des lustres qu’il y a un sérieux problème en ce monde… En ce qui nous concerne dans le monde occidental, nous vivons essentiellement en état de déni soit par excès de naïveté, soit par j’en foutisme, soit par complicité tacite. Réalisons ce qui se passe, ouvrons les yeux, pompons les écrans de fumée, et aidons nos concitoyens à réaliser pour et par eux-mêmes ce dont nous sommes tous victimes. Le secret a été de mise pour l’oligarchie pendant pres de cent ans pour être capable de pousser leur agenda a ce point; aujourd’hui ils ne peuvent plus avancer a couvert, l’empereur est nu, mais le public est toujours aveugle…

Que voulons nous pour le monde de demain ?… La réponse est en chacun de nous, mais une chose est certaine, contrairement au dogme de la pseudo-science du darwinisme-social, l’Histoire nous a prouvé que l’Humain n’a pu survivre, s’adapter et modifier son environnement pour développer son bien -être (bien relatif certes au vu de ce qu’il pourrait être sans le parasitisme ambiant…) que par la coopération, l’entr’aide mutuelle et la solidarité, qualités synonymes d’intelligence, de progressisme et de bien-être social. Nous ne sortirons de l’impasse ou nos élites nous ont mis qu’en respectant cette nature profonde de l’Homme qui seule sera émancipatrice des turpitudes élitistes et eugénistes des maîtres de séant.

J’engage les lecteurs à ne rien croire de ce qui a été dit dans ces lignes, et de faire les recherches par eux-memes. Ci-dessous vous trouverez une liste de livres, de sites internet et de mots-clefs que vous pourrez utiliser pour rechercher l’information par et pour vous-même. Lorsque vous aurez emprunté cette voie, et questionné la matrix ou nous vivons… Il n’y aura plus de retour possible en arriere… Alors… Quelle couleur la pilule ?

“La révolte est le fait de l’homme informé, qui possède la conscience de ses droits…La solidarité des hommes se fonde sur le mouvement de révolte et celui-ci, a son tour, ne trouve de justification que dans cette complicité.”

– Albert Camus (L’homme révolté - 1951 - ) —


– William Engdahl, 2008, OGM semences de destruction, l’arme de la faim

– G. Edward Griffin, 1997, World Without Cancer

- Ty Bollinger, 2009, Cancer step outside the box

– Gary Allen, 1976, The Rockefeller File

– Antony Sutton, 1976, Wall Street and the Rise of Hitler

Mots clefs de recherche internet:

eugénisme, fondation rockefeller eugénisme, fondation turner eugénisme, ONU OMS vaccins controverses, vaccination sterilisation, OGM eugenisme

en anglais: eugenism, rockefeller foundation eugenism, vaccine sterilization, UN sterilization campaigns, GMO eugenism, codex alimentarius

Liens utiles en ligne sur le sujet:


Fondation Carnegie et eugénisme:

Fondation Rockefeller et eugénisme:’agenda-de-depopulation-mondial/

OGM et eugénisme:

Population et souveraineté nationale:

Dépopulation et NSSM 200:

UNESCO et eugénisme:

Codex Alimentarius:

Vaccin thimérosal et mercure, adjuvants:


[…] Durant les guerres napoléoniennes déjà, la banque Rotshchild d’Angleterre finançait le Duc de Wellington et les armées de sa “gracieuse”; tandis que la banque Rotschild de France finançait les armées de Napoléon; c’est du reste grâce aux guerres napoléoniennes que la banque Rotschild d’Angleterre a fini par contrôler tout le système financier britannique apres l’avoir mis a genoux. La première guerre mondiale a été perpétrée afin de ruiner l’Allemagne vue comme le plus gros rival industriel d’un royaume britannique alors tout puissant. Ruiner l’Allemagne, asservir son peuple, mais pas ruiner l’oligarchie banquiere et industrielle, qui devenue vassale par la dette de guerre contractée, a été placée sous dialyse financière par l’autre branche oligarchique du système capitaliste. Un des buts de la première guerre mondiale était aussi d’instaurer la Société des Nations (SDN), qui plus tard deviendra l’ONU. Ces institutions représentent l’évolution de base d’un gouvernement mondial, offrant une structure de gouvernance globale, ouverte aux financements occultes et a la corruption. Concernant la révolution russe, une remarquable étude du Professeur Antony C Sutton, historien et professeur, chercheur, a l’institut Hoover de l’université de Stanford aux Etats-Unis, publiée en 1974: “Wall Street and the Bolchevik Revolution”, a prouvé sans l’ombre d’un doute le financement de la révolution russe de 1917, de Lénine et de Trotsky par des institutions financières directement ou indirectement liées a wall street. Lénine étant financé par des institutions financières allemandes, indirectement liées a l’establishment de wall street; Trotsky étant financé directement par wall street et les filiales de la Chase Bank de Rockefeller. Pourquoi ?… Pourquoi la haute finance capitaliste aiderait elle a financer leur “nemesis” communiste ?… Une des raisons essentielles ayant émergé étant de transformer le marché potentiel gigantesque russe en un marché captif et une colonie technologique a être exploitée par une minorité de financiers américains très puissants et les industries multinationales sous leur coupe. Une autre raison était en finançant les bolchéviques, de leur forcer la main a renvoyer l’ascenseur concernant notamment l’exploitation pétrolière que le Tsar avait progressivement retirée a la Standard Oil de Rockefeller (Standard Oil qui est aujourd’hui… Exxon Mobil). Dans les années 1930, wall street et le groupe prédominant Morgan-Rockefeller, ont aidé a bâtir les plans quinquennaux communistes et ils ont continué a développer l’URSS économiquement et militairement par extension, pour le profit d’une infime minorité, comme de coutume. De la même maniere ont été financés les fascismes de Mussolini et la montée d’Hitler. Antony Sutton a écrit en 1976 un autre ouvrage: “Wall Street and the Rise of Hitler” ou il étudie sans équivoque l’interaction financière de wall street et le financement du parti nazi et des ses programmes. Dans un article publie sur ce blog, j’ai déja expliqué les interactions et le financement des programmes eugénistes nazis par les fondations Rockefeller (, mais la collusion financière et industrielle entre l’Italie fasciste et surtout l’Allemagne nazie d’avec wall street et les intérêts des banquiers et des industriels, était totale, a tel point que la plus grosse industrie nazie I.G. Farben incluait des participations de groupes de wall street et que cette entité hautement criminelle, liée aux pires exactions eugénistes nazies, a été laissée virtuellement intouchée durant la guerre, démantelée et intégrée en un cartel identique apres la guerre. […]