Friday, June 12, 2009


Nanotechnology – the new threat to food

by Georgia Miller

October 30, 2008

Friends of the Earth

Following on from genetic engineering, nanotechnology represents the latest high technology attempt to infiltrate our food supply. Senior scientists have warned that nanotechnology, the manipulation of matter at the scale of atoms and molecules, introduces serious new risks to human and environmental health. Yet in the absence of public debate, or oversight from regulators, unlabelled foods manufactured using nanotechnology have begun to appear on our supermarket shelves.

Around the world there is an increase in interest in our food, health and environment. Where are products produced, how, why, by whom, how far have they travelled, how long have they been stored etc. The organic and local food movements have emerged as an intuitive and practical response to the increasing use of chemicals in food production, and to the growing alienation of industrial agribusiness from holistic agricultural systems. People have chosen to eat organic foods because they care about the health of their families and the health of the environment. Organic agriculture also enables people to support integrated, environmentally friendly agriculture, and appropriate technology, rather than chemical-intensive factory farming.

Support for organics has also grown as a direct response to biotechnology giants’ efforts to genetically engineer our food crops. Farmers and food buyers around the world were, and continue to be, enraged by the introduction of genetically engineered food crops. For many, the inevitable conclusion was that whereas the biotechnology companies stood to benefit from the entry of genetically engineered foods into the food chain, consumers, farmers and the environment shouldered all the risks.

Now, nanotechnology introduces a new wave of assaults on our foods. Nanotechnology is the high technology, atomically processed antithesis to organic agriculture, which values the natural health-giving properties of fresh, unprocessed wholefoods. It further transforms the farm into an automated extension of the high technology factory production line, using patented products that will inevitably concentrate corporate control. It also introduces serious new risks for human health and the environment.

Introduction to nanotechnology – what is it, why is it different

Nanotechnology is a powerful new technology for taking apart and reconstructing nature at the atomic and molecular level. Nanotechnology embodies the dream that scientists can remake the world from the atom up, using atomic level manipulation to transform and construct a wide range of new materials, devices, living organisms and technological systems.

Nanotechnology and nanoscience involve the study of phenomena and materials, and the manipulation of structures, devices and systems that exist at the nanoscale, <100 nanometres (nm) in size. To put 100nm in context: a strand of DNA is 2.5nm wide, a protein molecule is 5nm, a red blood cell 7,000 nm and a human hair is 80, 000 nm wide.

The properties of nanoparticles are not governed by the same physical laws as larger particles, but by quantum mechanics. The physical and chemical properties of nanoparticles – for example, colour, solubility, strength, chemical reactivity and toxicity - can therefore be quite different from those of larger particles of the same substance.

The altered properties of nanoparticles have created the possibility for many new profitable products and applications. Engineered nanoparticles are used in literally hundreds of products that are already available on supermarket shelves – including transparent sunscreens, light-diffracting cosmetics, penetration enhanced moisturisers, stain and odour repellent fabrics, dirt repellent coatings, long lasting paints and furniture varnishes, and even some food products.

The Asia Pacific Economic Cooperation (APEC) Centre for Technology Foresight has predicted that nanotechnology will revolutionise all aspects of our economy and all aspects of society, with associated large-scale social upheaval.

How will nanotechnology be used for food production and processing?

Industry analysts and proponents predict that nanotechnology will be used to transform food from the atom up: “Thanks to nanotechnology, tomorrow’s food will be designed by shaping molecules and atoms. Food will be wrapped in “smart” safety packaging that can detect spoilage or harmful contaminants. Future products will enhance and adjust their color, flavor, or nutrient content to accommodate each consumer’s taste or health needs. And in agriculture, nanotechnology promises to reduce pesticide use, improve plant and animal breeding, and create new nano-bioindustrial products” – or so states the US Project on Emerging Nanotechnologies’ recent report on the use of nanotechnology in food and agriculture (available at

The food and agriculture industries have been investing billions of dollars into nanotechnology research, with an unknown number of unlabeled nano food products already on the market. In the absence of mandatory product labelling anywhere in the world, it is impossible to tell how many commercial food products now contain nano ingredients. The Helmut Kaiser Consultancy Group, a pro-nanotechnology analyst, suggests that there are now over 300 nano food products available on the market worldwide. It estimates that the global nano food market was worth US$5.3 billion in 2005 and will rise to US$20.4 billion by 2010. It predicts that nanotechnology will be used in 40% of the food industries by 2015.

There are four key focus areas for nanotechnology food research:
• Nano-modification of seed and fertilisers/ pesticides
• Food ‘fortification’ and modification
• Interactive ‘smart’ food
• ‘Smart’ packaging and food tracking

Nano-modification of seed and fertilisers/ pesticides

Proponents say that nanotechnology will be used to further automate the modern agribusiness unit. All farm inputs – seeds, fertilisers, pesticides and labour – will become increasingly technologically modified. Nanotechnology will take the genetic engineering of agriculture to the next level down – atomic engineering. Atomic engineering could enable the DNA of seeds to be rearranged in order to obtain different plant properties including colour, growth season, yield etc. Highly potent atomically engineered fertilisers and pesticides will be used to maintain plant growth. Nano-sensors will enable plant growth, pH levels, the presence of nutrients, moisture, pests or disease to be monitored from far away, significantly reducing the need for on-farm labour inputs. The concerned organisation, The Action Group on Erosion, Technology and Concentration (ETC) warns in its seminal report “Down on the Farm” (available at, in a nanotechnology shaped future, “the farm will be a wide area biofactory that can be monitored and managed from a laptop and food will be crafted from designer substances delivering nutrients efficiently to the body”.

Food ‘fortification’ and modification

Nanotech companies are working to fortify processed food with nano-encapsulated nutrients, its appearance and taste boosted by nano-developed colours, its fat and sugar content removed or disabled by nano-modification, and ‘mouth feel’ improved. Food ‘fortification’ will be used to increase the nutritional claims that can be made about a given processed food – for example the inclusion of ‘medically beneficial’ nano-capsules will soon enable chocolate chip cookies or hot chips to be marketed as health promoting or artery cleansing. Nanotechnology will also enable junk foods like ice cream and chocolate to be modified to reduce the amount of fats and sugars that the body can absorb. This could happen either by replacing some of the fats and sugars with other substances, or by using nanoparticles to prevent the body from digesting or absorbing these components of the food. In this way, the nano industry could market vitamin and fibre-fortified, fat and sugar-blocked junk food as health promoting and weight reducing.

Interactive ‘smart’ food

Companies such as Kraft and Nestlé are designing ‘smart’ foods that will interact with consumers to ‘personalise’ food, changing colour, flavour or nutrients on demand. Kraft is developing a clear tasteless drink that contains hundreds of flavours in latent nanocapsules. A domestic microwave could be used to trigger release of the colour, flavour, concentration and texture of the individual’s choice. ‘Smart’ foods could also sense when an individual was allergic to a food’s ingredients, and block the offending ingredient. Or alternatively, ‘smart’ packaging could release a dose of additional nutrients to those which it identifies as having special dietary needs, for example calcium molecules to people suffering from osteoporosis.

‘Smart’ packaging and food tracking

Nanotechnology will dramatically extend food shelf life. Mars Inc. already has a patent on an invisible, edible, nano wrapper which will envelope foods, preventing gas and moisture exchange. ‘Smart’ packaging (containing nano-sensors and anti-microbial activators) is being developed that will be capable of detecting food spoilage and releasing nano-anti-microbes to extend food shelf life, enabling supermarkets to keep food for even greater periods before its sale. Nano-sensors, embedded into food products as tiny chips that were invisible to the human eye, would also act as electronic barcodes. They would emit a signal that would allow food, including fresh food, to be tracked from paddock to factory to supermarket and beyond.

What are the key concerns about nanotechnology in food and agriculture?

Concerns about the use of nanotechnology in agriculture and food production relate to the further automation and alienation of food production, serious new toxicity risks for humans and the environment, and the further loss of privacy as nano surveillance tracks each step in the food chain. The failure of governments to introduce laws to protect the public and the environment from nanotechnology’s risks is a most serious concern.

Nanotechnology in agriculture is based on the premise that we can improve efficiency and productivity by rearranging atoms in seeds, by developing even more potent chemical inputs, by using high technology surveillance to allow electronic, rather than person-based surveillance of on-farm conditions, and by further automating inputs to plant growth. Applications of nanotechnology to food processing assume that humans can ‘improve’ the taste, texture, appearance, nutritional content and longevity of food by manipulating it at the atomic level. It has even been argued that this will result in food that is ‘safer’.

These assumptions are based on a flawed belief that humans can remake the natural world from the atom up – and get a better result. It assumes that we can predict the consequences of our actions, even when we are dealing with highly unpredictable processes and forces – such as quantum mechanics. Unfortunately, history tells us that we are simply not very good at predicting the outcomes of complex systems – witness the disasters that resulted from the introduction of biological controls such as the Cane Toad, or the introduction of rabbits and foxes for sport. History is similarly littered with examples of huge health and environmental problems that resulted from the failure to respond to early warning signs about previous perceived “wonder” materials such as CFCs, DDT and asbestos. This suggests that we should take the early warning signs associated with the toxicity of nanoparticles very seriously.

There is a small but growing body of toxicological literature that suggests that nanoparticles are more reactive, more mobile, and more likely than larger particles to be toxic to humans and the environment. Preliminary scientific research has shown that many types of nanoparticles can result in increased oxidative stress which can result in the formation of free radicals that can lead to cancer, DNA mutation and even cell death. Fullerenes, carbon nanoparticles, have been found to cause brain damage in largemouth bass, a species accepted by regulatory agencies as a model for defining ecotoxicological effects.

In its 2004 report, the United Kingdom’s Royal Society recognised the serious risks of nanotoxicity and recommended that “ingredients in the form of nanoparticles should undergo a full safety assessment by the relevant scientific advisory body before they are permitted for use in products”. Despite this warning, two years after the Royal Society’s report, there are still no laws governing the use of nanomaterials in consumer products to ensure that they do not cause harm to the public using them, the workers producing them, or the environmental systems in which waste nanoproducts are released.

The use of nano-surveillance in food packaging will also introduce new privacy concerns. As the food industry’s use of nano-tracking increases, it will gain the capacity to track the movement of food from the paddock, to the factory, to the supermarket and to your dinner plate. This will raise serious new privacy issues for which we are poorly prepared.

Alarmingly, despite the release into supermarkets and into the environment of nano food and agriculture products, governments world wide have yet to introduce any regulation to manage nanotechnology’s risks.

The struggle for a healthy food future - what are the alternatives to nanotechnology?

What will our food and technological future look like? We are in an epic battle for control of our food supply. Corporate or community ownership, global or local, small versus massive, processed versus wholesome. These are the paradigms that we need to choose between. A key way to promote healthy, holistic agriculture is to support it with our purchasing choices. Certified organic foods offer you better health, a better environment and a way for you to support a nano-free food future. With personal care products, buy organic or from a company that states they do not use nanotechnology.

There are many ways to help create a healthy food future. Shop at a farmers market or buy from a box scheme direct from a farmer, buy from an organic store or from the organic section in a supermarket. Consider joining a community garden, or starting a garden of your own. Start an organic kitchen garden at your pre school or school. Read product labels, get involved and interested. Talk to your friends and family about the food issues that matter most to you. Let companies know through their 1800 feedback lines that you are concerned about the use of nanotechnology in their products. Tell your local member of parliament that you want to see products that contain engineered nano ingredients labelled to allow you to make an informed purchasing choice.

It is exciting to see food politics debated by our mainstream media and our research and education institutions. However while there are already unlabelled food products that contain engineered nano ingredients available in our supermarkets, nanotechnology is only just starting to gain some attention. There are no regulations in place to protect public and environmental health, and almost no corporate or public monies being spent looking at the long-term consequences of manipulating our food at the atomic level. The similarity to the introduction of genetic engineering with the added risk that there is no regulatory oversight is chilling.

We must all get politically active on nanotechnology just as we did with genetic engineering. It is essential that we get moratoria enacted on the use of nanotechnology until we have regulatory systems in place to protect human and environmental health, and until we have genuine public involvement in decision making regarding nanotechnology’s introduction. We must also ensure our Governments put our hard-earned taxpayer dollars into support for the organic sector.

Together, we can create a healthy food future that delivers to our community not corporate profits.

By Georgia Miller, Coordinator of the Friends of the Earth Nanotechnology Project and Scott Kinnear, board member of Biological Farmers of Australia and owner of Organic Wholefoods.


La nanotechnologie, la nouvelle menace alimentaire

par Georgia Miller et Scott Kinnear


5 novembre 2008

Friends of the Earth

À la suite du génie génétique, la nanotechnologie représente la dernière tentative de la haute technologie de s’infiltrer dans nos réserves de vivres. De grands scientifiques ont prévenu que la nanotechnologie, la manipulation de la matière à l'échelle atomique et moléculaire, introduit de nouveaux risques graves pour la santé humaine et l’environnement. Pourtant, sans débat public, contrôle ni réglementation, des aliments non étiquetés, fabriqués en utilisant la nanotechnologie, commencent à apparaître sur les rayons de nos supermarchés.

Aux quatre coins du monde, l’intérêt augmente pour l’alimentation, la santé et l'environnement. Où sont fabriqués les produits, comment, pourquoi, par qui, viennent-ils de loin, combien de temps ont-ils été stockés etc. ? Des mouvements pour la nourriture bio et locale ont surgi comme une réponse instinctive et concrète à l’usage croissant des produits chimiques dans la production alimentaire et à l'aliénation montante des industriels de l'agro-alimentaire envers les systèmes agricoles globalisés. Les gens choisissent de manger des aliments biologiques parce qu'ils se soucient de la santé de leur famille et du bon état de l'environnement. L'agriculture biologique permet aussi aux gens d’entretenir une agriculture respectueuse de l'environnement et des techniques bien choisies plutôt que les produits chimiques intensifs de l’agriculture industrielle.

Le soutien en faveur de l'agriculture biologique a aussi grandi en réaction directe aux efforts des géants de la biotechnologie pour modifier génétiquement nos cultures vivrières. Les agriculteurs et les acheteurs de nourriture du monde entier ont été, et continuent d’être, rendus furieux par l'introduction du génie génétique dans les cultures vivrières. Pour beaucoup, la conclusion inévitable est que, alors que les compagnies de biotechnologie bénéficient de l'entrée des aliments génétiquement modifiés dans la chaîne alimentaire, les consommateurs, les agriculteurs et l'environnement supportent tous les risques.

Aujourd’hui, la nanotechnologie introduit une nouvelle vague de menaces dans notre alimentation. La nanotechnologie est de la haute technologie, un procédé atomique opposé à l'agriculture biologique, dont la valeur, grâce à ses propriétés de fraîcheur et aux aliments complets non raffinés, procure la santé naturelle. En outre, la nanotechnologie transforme la ferme en extension automatisée d’usine de production de haute technologie, utilisant des produits brevetés qui concentreront inévitablement le contrôle des entreprises. Elle introduit aussi de nouveaux risques graves pour la santé humaine et l'environnement.

Introduction à la nanotechnologie : C'est quoi, pourquoi est-ce différent ?

La nanotechnologie est une puissante technique nouvelle de démontage et de reconstruction de la nature au niveau atomique et moléculaire. Elle incarne le rêve selon lequel les scientifiques peuvent refaire le monde au niveau de l’atome, en utilisant la manipulation au niveau atomique pour transformer et construire une vaste gamme de nouveaux matériaux, dispositifs, organismes vivants et systèmes techniques.

La nanotechnologie et la nanoscience impliquent l'étude des phénomènes et des matériaux, et la manipulation des structures, dispositifs et systèmes qui existent à l'échelle nanométrique, inférieure à la taille de 100 nanomètres (nm). Pour replacer 100nm dans son contexte : un brin d'ADN fait 2,5nm de large, une molécule de protéine fait 5nm, un globule rouge 7.000nm et l’épaisseur d’un cheveu humain fait 80.000nm.

Les propriétés des nanoparticules ne sont pas régies par les mêmes lois physiques que celles des particules plus grosses, mais par la mécanique quantique. Les propriétés physiques et chimiques des nanoparticules, par exemple la couleur, la solubilité, la solidité, la réactivité chimique et la toxicité, peuvent donc être assez différentes de celles des particules plus grosses de même substance.

Les propriétés altérées des nanoparticules ont rendu possibles de nombreux nouveaux produits et applications rentables. Des nanoparticules conçues sont utilisées dans littéralement des centaines de produits déjà disponibles sur les rayons des supermarchés, notamment des écrans solaires transparents, des cosmétiques diffractant la lumière, des hydratants à pénétration renforcée, des colorants et parfums répulsifs pour tissus, des revêtements repoussant la saleté, des peintures de longue durée et des vernis de meubles, et même certains produits alimentaires.

Le Asia Pacific Economic Cooperation (APEC) Center for Technology Foresight a prédit que la nanotechnologie révolutionnera tous les aspects de notre économie et de la société, avec de grands bouleversements sociaux.

Comment sera utilisée la nanotechnologie pour la production et la transformation alimentaire ?

Les analystes de l'industrie et les promoteurs prévoient que la nanotechnologie servira à transformer la nourriture au niveau de l’atome : « Grâce à la nanotechnologie, l'alimentation de demain sera conçue en manipulant les molécules et les atomes. La nourriture sera enveloppée dans des emballages de sécurité « intelligents, » qui pourront détecter les détériorations ou les contaminants nocifs. Les produits du futur amélioreront et ajusteront leur couleur, saveur, teneur en éléments nutritifs pour s’accommoder au goût ou aux besoins de santé de chaque consommateur. Et dans l'agriculture, la nanotechnologie promet de réduire le recours aux pesticides, d’améliorer les plantes et les animaux d'élevage, et de créer de nouveaux produits nano-bio-industriels, comme le déclare le dernier rapport de l’ sur l'usage de la nanotechnologie dans l'alimentation et l'agriculture (disponible sur US Project on Emerging Nanotechnology

L’industrie alimentaire et agricole a investi des milliards de dollars dans la recherche en nanotechnologie, avec, déjà sur le marché un nombre inconnu de nanoproduits alimentaires non étiquetés. En absence de toute obligation d'étiquetage des produits partout dans le monde, il est aujourd’hui impossible de dire combien de produits alimentaires commerciaux contiennent des nanoingrédients. Le Helmut Kaiser Consultancy Group, un analyste en faveur de la nanotechnologie, suggère qu'il existe maintenant plus de 300 nanoproduits alimentaires disponibles sur le marché mondial. Il estime que le marché mondial de la nanonourriture valait 5,3 milliards de dollars en 2005, et passera à 20,4 milliards de dollars en 2010. Il prédit que la nanotechnologie sera utilisés dans 40% de l'industrie alimentaire d'ici à 2015.
Il existe quatre domaines de recherche clefs dans la nanotechnologie alimentaire :

- nanomodification des semences, engrais et pesticides

- « renforcement » et modification de la nourriture

- nourriture interactive « intelligente »

- emballage et suivi alimentaire « intelligents »

Nanomodification des semences, engrais et pesticides

Ses promoteurs disent que la nanotechnologie servira à automatiser davantage le secteur de l'agro-alimentaire moderne. Tous les intrants, semences, engrais, pesticides et main-d'œuvre, seront de plus en plus modifiés par la technologie. La nanotechnologie supplantera le génie génétique agricole dans l'étape suivante de l'ingénierie atomique. L’ingénierie atomique pourrait permettre de réorganiser l'ADN des graines en vue d'obtenir des plantes aux propriétés différentes, notamment la couleur, la saison de pousse, le rendement etc. Des engrais et pesticides hautement efficaces, conçus au niveau atomique, seront utilisés pour subvenir aux besoins de la croissance des plantes. Des nanocapteurs rendront possible la croissance de la plante en surveillant de loin son PH, la présence de nutriments, l'humidité, les parasites ou les maladies, réduisant sensiblement le besoin de main-d'œuvre agricole. Dans son rapport qui fait école, Down on the Farm, (disponible sur ), l'organisme concerné, Action Group on Erosion, Technology and Concentration (ETC), prévient : dans un avenir façonné par la nanotechnologie, « la ferme sera une vaste zone de bioproduction qui pourra être contrôlée et gérée à partir d'un ordinateur portable, et la nourriture sera élaborée avec soin par des concepteurs à partir de substances qui apporteront efficacement les nutriments à l'organisme. »

« Renforcement » et modification de la nourriture

Les compagnies de nanotechnologie travaillent à renforcer les aliments transformés avec des éléments nutritifs nanoencapsulés, à améliorer leur apparence et goût grâce à des couleurs mises au point par nanotechnologie, à retirer ou neutraliser les matières grasses et sucres contenus par nanomodification, et à améliorer leur « consistance en bouche ». Le « renforcement » de la nourriture servira à accentuer les revendications nutritionnelles pouvant être faites sur les produits alimentaires transformés, par exemple l'inclusion de nanocapsules « bénéfiques médicalement » permettront bientôt aux cookies avec des éclats de chocolat d’être commercialisés comme promoteurs de santé ou décalaminants pour les artères. La nanotechnologie permettra aussi à la malbouffe, comme la crème glacée et le chocolat, d’être modifiée pour réduire leur quantité de lipides. Cela pourrait se faire soit en remplaçant certains sucres et graisses par d'autres substances, soit en utilisant des nanoparticules qui empêchent le corps de digérer ou d'absorber ces composants de la nourriture. De cette manière, la nanoindustrie pourrait commercialiser de la MacBouffe renforcée en vitamines et en fibres, dont les matières grasses et les sucres sont neutralisés, et faire leur promotion pour la santé et la perte de poids. ( voir/rechercher "codex alimentarius")

Nourriture interactive « intelligente »

Des entreprises comme Kraft et Nestlé sont en train de concevoir des aliments « intelligents » qui interagiront avec les consommateurs pour « personnaliser » la nourriture, changer sa couleur, saveur ou éléments nutritifs à la demande. Kraft développe une boisson claire de sans goût qui contient des centaines de nanocapsules de saveurs latentes. Un four à micro-ondes domestique pourrait servir à déclencher la libération de la couleur, saveur, concentration et texture au choix de la personne. Des aliments «intelligents» pourraient aussi s’apercevoir qu’un individu est allergique à un composant alimentaire et neutraliser ce dernier. Ou, alternativement, l'emballage « intelligent » pourrait libérer une dose d'éléments nutritifs supplémentaire pour ceux qu'il reconnaît comme ayant des besoins nutritionnels particuliers, par exemple des molécules de calcium pour les personnes souffrant d'ostéoporose.
Emballage et suivi alimentaire « intelligents »
La nanotechnologie étendra considérablement la durée de vie de la nourriture. Mars Inc. a déjà un brevet pour un nano emballage invisible et comestible qui enveloppe les aliments, empêchant les échanges gazeux et l’humidité. L’emballage « intelligent » (contenant des nano capteurs et des activateurs antimicrobiens) est en cours d'élaboration. Il sera capable de détecter la détérioration des aliments et libérera des nano-anti-microbes pour prolonger la durée de vie de la nourriture, permettant aux supermarchés de garder les aliments pendant encore plus longtemps avant leur vente. Les nanocapteurs, intégrés dans les produits alimentaires, des puces minuscules invisibles à l'œil humain, serviraient aussi de code barre électronique. Ils émettraient un signal qui permettrait à l'alimentation, notamment aux produits alimentaires frais, d’être suivie du champ à l'usine, au supermarché et au-delà. (BIG BROTHER dans notre assiette...)

Quelles sont les principales préoccupations concernant la nanotechnologie alimentaire et agricole ?

Les préoccupations relatives à l'usage de la nanotechnologie dans l'agriculture et la production alimentaire se rapportent à la poursuite de l'automatisation et à l'aliénation de la production alimentaire, aux nouveaux risques de toxicité grave pour l'homme et l'environnement, et à la perte de la vie privée, car la nanosurveillance suit chaque étape de la chaîne alimentaire. Le manquement des gouvernements à adopter des lois de protection publique et environnementale contre les risques de la nanotechnologie est un grave sujet d’inquiétude.

La nanotechnologie dans l'agriculture se fonde sur les prémisses que nous pouvons améliorer l'efficacité et la productivité des semences au niveau atomique, développer des intrants chimiques encore plus efficaces, utiliser la haute technologie pour permettre la surveillance électronique de l’état de la ferme à la place des gens, et pousser davantage l’automatisation des intrants pour la croissance des plantes. Les applications de nanotechnologie dans la transformation des produits alimentaires supposent que les humains peuvent « améliorer » le goût, la texture, l'aspect, le contenu nutritionnel et la longévité de la nourriture en la manipulant à l'échelle atomique. On a même avancé que la nourriture qui en résultera sera « plus sûre. »

Ces hypothèses sont fondées sur la conviction erronée que l'homme peut refaire le monde naturel au niveau atomique, et obtenir un meilleur résultat. Ça suppose pouvoir prévoir les conséquences de nos actions, même quand nous avons affaire à des processus ou forces hautement imprévisibles, comme la mécanique quantique. Malheureusement, l'histoire nous dit que nous ne sommes tout simplement pas très bons dans la prévision des conséquences des systèmes complexes, comme en témoignent les catastrophes qui ont résulté de l'introduction de contrôles biologiques tels que le Cane Toad, un grand crapaud toxique, ou les lapins et les renards pour le sport. L'histoire est jonchée d’exemples similaires d'énormes problèmes sanitaires et environnementaux, qui découlent de l'incapacité de réagir aux signes d'alerte précoces sur des matières perçues auparavant comme « étonnantes», du genre CFC, DDT ou amiante. Cela suggère que nous devrions prendre très au sérieux les signes d'alerte précoces associés à la toxicité des nanoparticules.

La peu importante mais grandissante documentation toxicologique suggère que les nanoparticules soient plus réactives, plus mobiles, et plus susceptibles de toxicité pour l’homme et l’environnement que les particules plus grosses. La recherche scientifique préliminaire a montré que nombre de types de nanoparticules peuvent provoquer l’augmentation du stress oxydatif, pouvant entraîner la formation de radicaux libres, dont peuvent résulter le cancer, la mutation de l'ADN et même la mort de cellules. Des fullerènes, ou nanoparticules de carbone, ont été trouvées à l’origine de lésions cérébrales chez la perche à grande bouche, une espèce admise par les organismes de régulation comme modèle pour définir les effets éco toxicologiques.

Dans son rapport de 2004, la Société Royale du Royaume-Uni a reconnu les graves risques de la nano toxicité, et a conseillé que « les ingrédients sous forme de nanoparticules devraient faire l'objet d'une évaluation d’innocuité de la part d’un organisme scientifique consultatif avant d'être autorisés dans les produits. » Malgré ce conseil, deux ans après le rapport de la Société Royale, il n'existe encore aucune loi réglementant l'usage des nanomatériaux dans les produits de consommation, afin d'assurer qu'ils ne fasse aucun tort au public qui les utilise, aux employés qui les produisent, ou dans l’environnement où sont libérés les déchets des nanoproduits.

Le recours à la nanosurveillance dans les emballages alimentaires créera aussi de nouveaux soucis pour la vie privée. Puisque l'usage du nano suivi augmentera dans le secteur alimentaire, il gagnera la capacité de suivre le mouvement des denrées alimentaires depuis le champ, à l'usine, du supermarché jusqu’à votre assiette. Cela soulèvera de nouveaux graves problèmes de vie privée pour lesquelles nous sommes mal préparés.

D’une manière alarmante, en dépit de la délivrance dans les supermarchés et dans l'environnement de nano produits agricoles et alimentaires, les gouvernements du monde entier n'ont pas encore présenté de réglementation pour gérer les risques de la nanotechnologie.

Lutte pour l’avenir alimentaire sain - Quelles sont les alternatives à la nanotechnologie ?

À quoi ressemblera notre nourriture et la technologie futures ? Nous sommes dans une bataille épique pour le contrôle de notre approvisionnement alimentaire. Corporatif ou propriété communautaire, global ou local, petit contre géant, transformé contre salubre. Ce sont les paradigmes que nous devons choisir. Un principal moyen de promouvoir la santé, l'agriculture holistique, est à favoriser avec nos choix d'achats. Les aliments certifiés biologiques offrent une meilleure santé, un meilleur environnement et une direction pour soutenir un avenir sans nanoaliments. Avec les produits de soins personnels, achetez bio ou dans une société qui déclare ne pas recourir à la nanotechnologie.

Il existe de nombreuses façons de créer un avenir alimentaire sain. Allez aux provisions au marché de la ferme ou achetez une caisse de régime directement à l’agriculteur, achetez dans les magasins bio ou au rayon biologique du supermarché. Envisagez de vous impliquer dans un jardin communautaire, ou commencez votre propre jardin. Commencez la cuisine bio dès l’école. Lirez l’étiquette des produits, impliquez-vous et intéressez-vous. Parlez à vos amis et famille des problèmes alimentaires qui comptent le plus pour vous. Faites savoir aux compagnies, grâce à leurs 1.800 lignes de commentaires, que vous êtes préoccupé par le recours à la nanotechnologie dans leurs produits. Dites à votre député que vous souhaitez voir étiqueter les produits contenant des ingrédients de nano ingénierie pour vous permettre d’avoir un choix d'achat bien renseigné.

Il est excitant de voir la politique alimentaire débattue par nos grands médias et nos institutions de recherche et d'enseignement. Cependant, bien qu'il y ait déjà disponibles dans nos supermarchés des produits alimentaires non étiquetés contenant des ingrédients de nanoingénierie, la nanotechnologie commence à peine à éveiller un peu l'attention. Il n'existe aucune réglementation en place pour protéger la santé et l'environnement, et presque aucun argent corporatif ou public n’est dépensé pour regarder les conséquences à long terme de la manipulation au niveau atomique de nos produits alimentaires. La ressemblance avec l'introduction du génie génétique plus le danger du fait qu'il n'y a aucune surveillance réglementaire donne la chair de poule.

Nous devons tous être actifs politiquement avec la nanotechnologie, comme nous l'avons été avec le génie génétique. Il est essentiel d’obtenir le décret d’un moratoire sur l'usage de la nanotechnologie jusqu'à la mise en place d’un système de réglementation pour protéger la santé humaine et environnementale, et tant que nous n'aurons pas une véritable participation publique dans les décisions concernant l'introduction de la nanotechnologie. Nous devons aussi nous assurer que nos gouvernements placent les sous durement gagné par le contribuable dans le soutien de la filière biologique.

Ensemble, nous pouvons créer une alimentation future saine, qui profite à notre communauté, et non pas aux entreprises.


Inde : Des milliers de cultivateurs se suicident, ruinés par les OGM

par Andrew Malone


10 novembre 2008

Daily Mail

Andrew Malone a rencontré les proches de Shankara Mandaukar, un cultivateur indien qui a choisi de mettre fin à ses jours, incapable de rembourser les dettes qu’il avait souscrites pour acheter des semences OGM. Certains estiment à 125 000 le nombre de paysans indiens qui auraient choisis eux aussi de mettre fin à leurs jours. Récolte après récolte, en raison des aléas climatiques mais également du rendement inférieur à ce que promettaient les vendeurs de semences, le fardeau de la dette accumulée a acculé ces hommes au désespoir.

Lorsque le Prince Charles a affirmé que des milliers de paysans indiens se suicidaient après avoir utilisé des OGM, il lui fut reproché de jouer sur la peur. En fait, comme le montre cette enquête, c’est encore pire que ce que l’on craignait.

Daily Mail, 3 novembre 2008

Les enfants étaient inconsolables. Prostrés dans le silence, sous le choc, et luttant pour retenir leurs larmes, ils se blottissaient contre leur mère, tandis que les amis et voisins préparaient le corps de leur père pour la crémation sur le bûcher embrasé, situé sur le sol craquelé et nu des champ derrière leur maison.

Tandis que les flammes consumaient le cadavre, l’avenir qui attend Gajanan, 12 ans et Kalpana, 14 ans est très sombre. Alors que Shankara Mandaukar avait espéré que son fils et sa fille auraient une vie meilleure grâce au boom économique que connaît l’Inde, ce qui les attend, c’est un travail d’esclave pour quelques centimes par jours. Désormais sans terre et sans toit, ils feront partie des plus pauvres, parmi les pauvres.

Shankara était un paysan respecté, un bon mari et un bon père, mais il s’est suicidé. Moins de 48 heures auparavant, et confronté à la perte de ses terres pour cause de dettes, il a bu un pesticide chimique.

Dans l’incapacité de payer l’équivalent de deux années de revenus, il était désespéré et ne voyait plus aucune issue

Sur le sol, on pouvait encore voir les traces qu’il avait laissées lorsqu’il se tordait, agonisant. D’autres paysans avaient regardé - sachant par expérience que toute intervention serait vaine - plié en deux sur le sol, hurlant de douleurs et vomissant.

Gémissant, il avait rampé jusque sur un banc devant sa petite maison située à 180 km de Nagpur en Inde Centrale. Une heure plus tard, tout son cessa et sa respiration s’est arrêtée. A 5 heures, ce dimanche la vie de Shandakar Mandaukar avait cessé.

Alors que les voisins se rassemblaient pour prier devant la maison familiale, Nirmanan Mandaukar, 50 ans, leur raconta comment elle était revenue précipitamment des champs pour trouver son mari mort. « C’était un mari aimant et attentionné » dit elle en pleurant. « Mais il n’en pouvait plus. L’angoisse psychologique était trop forte. Nous avons tout perdu. »

La récole de Shankara a été mauvaise deux fois. Bien sûr la famine et les épidémies font partie de la vieille histoire de l’Inde. Mais la mort de ce paysan respecté est due à quelque chose de bien plus moderne et sinistre : les plantes modifiées génétiquement.

On a promis à Shandakar comme à des millions d’autres paysans comme lui, des récoltes et des rentrées d’argent incroyables, s’il passait de la culture de semences traditionnelles à la culture de semences GM. Séduit par ces promesses de richesses futures, il a emprunté l’argent afin d’acheter des semences transgéniques. Mais les récoltes ne furent pas au rendez-vous et il se retrouva dans la spirale de l’endettement et sans revenu.

Shankara n’est qu’un de ces fermiers - on estime leur nombre à 125 000 - à se suicider à cause de cette offensive brutale qui utilise l’Inde comme champ d’essais pour OGM.

Cette crise appelée « Génocide OGM » par les militants a reçu un coup de projecteur lorsque récemment, le Prince Charles affirma que la question des OGM était « une question morale mondiale » et que le moment de mettre une fin à son avancée inexorable était venu.

S’adressant par vidéo à une conférence qui se tenait dans la capitale indienne New Delhi, il provoqua la colère des dirigeants des biotechnologies et de certains politiciens en condamnant « le taux vraiment effroyable et tragique de suicides chez les petits paysans indiens ayant pour cause... l’échec de nombreuses variétés d’OGM ».

En face du Prince, on trouve de puissants lobbyistes pro-OGM et des homme politiques importants qui prétendent que les plantes modifiées génétiquement ont transformé l’agriculture indienne en donnant des rendements plus élevés que jamais. Le reste du monde devrait choisir « l’avenir » et suivre cet exemple.

Alors qui dit la vérité ? Pour le savoir, je suis allé dans la « ceinture des suicides », dans l’état de Maharashtra.

Ce que j’ai découvert est extrêmement dérangeant et a de profondes implications pour les pays - y compris la Grande-Bretagne - où l’on débat pour savoir si on autorise ou pas la culture de semences manipulées par des scientifiques pour contourner les lois de la nature

Car même les chiffres officiels du Ministère Indien de l’Agriculture confirment que, dans un contexte de crise humanitaire immense, plus de 1000 paysans se suicident chaque mois.

Des petites gens de zones rurales, qui meurent dans une lente agonie. La plupart ingurgite de l’insecticide - une substance bon marché dont on leur avait pourtant promis lorsqu’ils furent obligés de cultiver des plantes GM coûteuses, qu’ils n’en auraient plus besoin.

Il apparaît qu’ils sont très nombreux à être endettés massivement auprès des prêteurs de fonds locaux, après avoir sur-empruntés pour acheter les semences OGM.

Pour les pro-OGM, les vraies raisons de ce chiffre épouvantable sont la pauvreté rurale, l’alcoolisme, les sécheresses et le « désespoir agraire ».

Mais comme j’ai pu le découvrir lors de mon voyage de 4 jours dans l’épicentre de la catastrophe, ce n’est qu’une partie de l’histoire.

Dans un petit village que je visitais, 18 paysans s’étaient suicidés après avoir été engloutis dans les dettes dues aux OGM. Dans certains cas, les femmes ont repris le ferme de leur mari défunt, mais pour finalement se suicider elles-mêmes.

Latta Ramesh, 38 ans but de l’insecticide, après une mauvaise récolte - deux ans après que son mari ne disparaisse lorsque les dettes OGM étaient devenues trop importantes. Elle a laissé un fils de 10 ans, Rashan, confié à des parents. La tante de la défunte, assise sans énergie à l’ombre près des champs, raconte « qu’il pleure lorsqu’il pense à sa mère ».

Village après village, des familles me racontent comment elles se sont endettées après qu’on les ait convaincues d’acheter des semences GM au lieu des semences de coton traditionnelles. La différence de prix est vertigineuse : 15 euros pour 100 grammes de semences OGM, par rapport à moins de 15 euros pour 100 kilos fois de semences traditionnelles

Mais les vendeurs ainsi que les représentants du gouvernement avaient promis aux paysans qu’il s’agissait de « semences magiques » avec de meilleurs plantes, sans parasites ni insectes.

En fait, dans une tentative pour promouvoir l’adoption des semences OGM, les variétés traditionnelles ont été interdites dans de nombreuses banques de semences gouvernementales.

Les autorités avaient un intérêt matériel dans la promotion de cette nouvelle biotechnologie. En essayant désespérément d’échapper à l’extrême pauvreté des années qui succédèrent à l’indépendance, le gouvernement avait accepté d’autoriser les nouveaux géants des biotechnologies comme le numéro un du marché, l’états-unien Monsanto à vendre leur nouvelles créations semencières

Déjà dans les années 80 et 90, l’Inde qui avait autorisé l’accès au marché du second pays le plus peuplé de la planète avec plus d’un milliard d’habitants, s’était vu garantir en contre-partie des crédits du fond Monétaire International, ce qui l’a aidé à lancé une révolution économique

Mais si des villes comme Mumbay et Delhi ont vécu un boum économique, la vie des paysans est retombée dans une période sombre.

Bien que la surface indienne plantée en OGM ait doublé en 2 ans - passant à 17 millions d’ha - pour de nombreux paysans, le prix à payer est terrible.

Les semences de coton GM, garanties protégées contre les parasites, se sont révélées ne pas être les semences magiques promises, mais ont été infestées par le vers de la capsule, un parasite vorace.

On n’avait pas prévenu les paysans non plus que ces variétés nécessitaient deux plus d’eau. C’est ce qui a fait la différence entre la vie et la mort. Avec l’absence de pluie, ces deux dernières années, les plantes GM ont tout simplement séché et sont mortes, laissant les paysans paralysés par les dettes et sans moyen pour les rembourser.

Comme l’argent a été emprunté à des prêteurs locaux à des taux d’usuriers, des centaines de milliers de petits paysans se sont vus perdre leurs terres lorsque les semences coûteuses ont été un échec.

Dans le passé, lorsqu’une récolte était mauvaise, les paysans pouvaient toujours conserver des graines et les replanter l’année suivante.

Par contre cela n’est pas possible avec les semences GM qui contiennent la technologie « Terminator », ce qui signifie qu’elles ont été modifiées génétiquement afin que la plante ne puisse plus produire de semences viables.

De ce fait, les paysans doivent chaque année acheter de nouvelles semences au même prix exorbitant. Pour certains il s’agit là aussi de la différence entre la vie et la mort.

Prenez le cas de Suresh Bhalasa, un autre paysan qui était incinéré cette semaine, laissant derrière lui une femme et deux enfants.

Lorsque la nuit fut tombée après la cérémonie et que les voisins se regroupèrent dehors, tandis que les vaches sacrées étaient ramenées des champs, il ne faisait aucun doute pour sa famille que tous les ennuis avaient commencé au moment où on les avait encouragés à acheter du coton Bt, une plante modifiée génétiquement par Monsanto.

« Nous sommes ruinés maintenant » dit la femme du défunt, âgée de 38 ans. « Nous avons acheté 100 grammes de coton Bt. Notre récolte a été mauvaise deux fois. Mon mari est devenu dépressif. Il est parti dans les champs, s’est allongé et a bu de l’insecticide. »

Les villageois le mirent sur un rickshaw et se dirigèrent sur des chemins ruraux cahoteux, vers l’hôpital. Alors que sa famille et les voisins s’amassaient dans la maison pour lui rendre un dernier hommage, elle racontait : « Il a crié qu’il avait pris de l’insecticide et qu’il était désolé ».

Interrogée pour savoir si le défunt était un ivrogne ou souffrait de « problèmes sociaux » comme l’affirment les responsables pro-OGM, cette assemblée calme et digne explosa de colère. Un des frères du défunt nous expliqua « Non ! Non ! Suresh était un brave homme. Il envoyait ses enfants à l’école et payait ses impôts ».

« Ce sont ces semences magiques qui l’ont étranglé. Ils nous vendent ces semences en nous disant qu’elles n’ont plus besoin de pesticides coûteux, mais ce n’est pas vrai. Nous devons acheter les mêmes semences aux mêmes compagnies chaque année. Ca nous tue. S’il vous plait, dites au monde ce qui se passe ici. »

Monsanto a reconnu que la croissance de la dette était « un facteur de cette tragédie ». Mais, en pointant sur le fait que la production de coton avait doublé ces 7 dernières années, un porte-parole ajoutait qu’il y a d’autres raisons pour la crise récente, comme « des pluies au mauvais moment » ou des sécheresses, soulignant que les suicides avaient toujours fait partie de la vie de l’Inde rurale.

Les responsables soulignaient aussi le fait que de nombreuses études d’opinions montraient que les paysans indiens voulaient des semences GM - sans aucun doute encouragés qu’ils sont par des stratégies de marketing agressive

Durant le cours de mes enquêtes au Maharashtra, je rencontrai trois observateurs « indépendants » parcourant les villages pour se renseigner sur les suicides. Ils insistèrent sur le fait que les semences GM n’étaient que 50% plus chères - mais admettaient plus tard que la différence était de 1000%.

(Un porte-parole de Monsanto insistait ensuite, affirmant que leurs semences ne coûtaient que le double du prix « officiel » des semences traditionnelles, mais admettait que la différence pouvait être beaucoup plus grande, si les semences traditionnelles étaient vendues par des marchands « sans scrupules » qui vendent souvent aussi de « fausses » semences GM qui sont sujettes aux maladies.)

Alors qu’il y des rumeurs comme quoi le gouvernement proposerait de façon imminente des compensations pour stoper la vague de suicides, de nombreux paysans disaient qu’ils ont un besoin désespéré de toute forme d’assistance. « Nous voulons juste nous sortir de nos problèmes. Nous voulons de l’aide pour que plus aucun d’entre nous ne doive mourir ».

Le Prince Charles était si frappé par la détresse des paysans qui se sont suicidés qu’il a lancé une association caritative, la Fondation Bhumi Vaardan, pour aider ceux qui sont touchés et afin de promouvoir des plantes biologiques indiennes au lieu des OGM.

Les paysans indiens commencent aussi à se battre. Alors qu’ils ont pris en hôtage des distributeurs de semences et organisé des protestations de masse, un gouvernement attaque Monsanto en justice à cause du prix exorbitant de ses semenes.

Tout cela arrive trop tard pour Shandakar Mandaukar qui devait 80 000 roupies (1 500 euros) lorsqu’il s’est suicidé. « Je lui ai dit que nous pouvons survivre » nous dit sa veuve, ses deux enfants toujours à ses côtés, alors que la nuit tombe. « Je lui ai dit qu’on trouverait un moyen de s’en sortir. Il a juste répondu qu’il valait mieux qu’il meure ».

Mais la dette ne meurt pas avec lui : à moins qu’elle ne trouve un moyen de la rembourser, elle ne pourra plus payer l’éducation des enfants. Ils vont perdre leur terre et rejoindre les hordes que l’ont voit mendier par milliers, le long des routes de ce pays immense et chaotique.

Il est cruel de voir que ce sont les jeunes qui souffrent le plus de ce « génocide OGM », cette même génération censée pouvoir sortir de cette vie dure et miséreuse, grâce aux « semences magiques ».

Ici, dans la ceinture indienne des suicides, le coût de l’avenir modifié génétiquement est meurtrièrement élevé.
Article original en anglais, The GM genocide: Thousands of Indian farmers are committing suicide after using genetically modified crops, publié sur Global Research, le 6 novembre 2008.

Publication originale Daily Mail, traduction Les Amis de la Terre


Dangers confirmés de la nourriture génétiquement modifiée


3 novembre 2006

Plusieurs études récentes confirment les craintes que la nourriture génétiquement modifiées (GM) abîme la santé humaine. Ces études ont été diffusées alors que l'Organisation Mondial du Commerce (OMC) se dirigeait vers l'entérinement de la décision que l'Union Européenne avait violé les règles du commerce international en stoppant l'importation de nourriture GM.

Une recherche de l'Académie des Sciences Russe diffusée en décembre 2005 constatait que plus de la moitié de la progéniture des rates nourries avec du soja GM est morte dans les trois premières semaines de sa vie, six fois plus que celle née de mères nourries avec du soja non-modifié. Six fois plus de la progéniture nourrie avec du soja GM avait aussi un poids gravement insuffisant.

En novembre 2005, un institut de recherche privée en Australie, CSIRO Plant Industry, a cessé de favoriser le développement d'un cultivateur de pois GM quand il a été découvert que ces derniers causaient une réaction immunitaire dans le laboratoire des souris. 1

En été 2005, une équipe de recherche italienne conduite par un biologiste cellulaire à l'université de Urbino a publié la confirmation que l'absorption de soja GM par des souris causait le développement de cellules du foie difformes, ainsi que d'autres anomalies cellulaires.

En mai 2005 l'examen d'un rapport hautement confidentiel et controversé de Monsanto, sur les résultats des tests du maïs modifié par Monsanto, MON863, a été publié dans The Independent au Royaume-Uni.

Le Dr. Arpad Pusztai [1], l'un des quelques scientifiques véritablement indépendants spécialisés en études sur les plantes génétiques et l'alimentation animale, a été invité par les autorités allemandes en automne 2004 à examiner le rapport de 1.139 pages de Monsanto sur l'alimentation en MON863 des rats de laboratoire sur une durée de quatre-vingt-dix jours.

L'étude a trouvé des différences « statistiquement significatives » dans le poids des reins et certains paramètres du sang chez les rats nourris avec du maïs GM par rapport aux groupes de contrôles. Un certain nombre de scientifiques à travers l'Europe, qui ont vu l'étude (et ses résumés fortement censurés), ont exprimé des inquiétudes au sujet des implications sur la santé et la sûreté si le MON863 devait jamais entrer dans la chaîne alimentaire. Il y avait des inquiétudes particulières en France, où le professeur Gilles-Eric Seralini de l'université de Caen a tenté (sans succès) pendant presque dix-huit mois d'obtenir la pleine divulgation de tous les documents concernant l'étude sur le MON863.

Le Dr. Pusztai a été forcé par les autorités allemandes de signer une « déclaration du secret » avant qu'il lui soit permis de consulter l'étude de Monsanto sur l'alimentation des rats, parce que le document est classé « CBI » ou « Intérêt Commercial Confidentiel ». Alors que Pusztai était toujours lié par la déclaration de secret, Monsanto a récemment déclaré qu'il ne s'opposerait pas à la large diffusion du « rapport de Pusztai. » 2

Le soja et le maïs GM de Monsanto sont largement consommés par les americans à un moment où la FAO [2] a conclu que, « dans plusieurs cas, les OGM ont été mis sur le marché alors que les questions de sécurité [alimentaire] ne sont pas claires. »

Comme la recherche sur les OGM n'est pas encouragée par les gouvernements US et européens, la grande majorité des études toxicologiques sont dirigées par ces compagnies qui produisent et promeuvent la consommation d'OGM. En raison de l'authenticité suspecte du résultat des tests des sociétés, la recherche scientifique indépendante sur les effets de la nourriture GM attire une attention croissante.

Commentaire : En mai 2006 l'OMC a confirmé une décision selon laquelle les pays européens avaient violé les règlements du commerce international en stoppant l'importation de nourriture GM. L'OMC a constaté dans son verdict que l'UE avait eu une proscription effective des nourritures biotechnologiques depuis 1998 et elle a pris le parti des USA, du Canada, et de l'Argentine en décidant que le moratoire était illégal d'après ses règlements. 3

Notes :

« Les pois GM causent une réaction immunitaire -- Une brèche dans le processus d'approbation ? », le 3 janvier 2006.
Arpad Pusztai, « Rapport Pusztai sur le Mon863, », le 12 septembre 2004.
Bradley S. Clapper, « L'OMC prend l'Union Européenne en défaut pour blocage de la nourriture modifiée, » Associated Press, 11 mai 2006.

Original :

Notes du traducteur :

[1] Voir la traduction française
de l'histoire censurée N° 7 de 2001 :

[2] FAO ou Food and Agriculture Organization : Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.