Monday, May 25, 2009


Failure to Yield (report)

Evaluating the Performance of Genetically Engineered Crops

For years the biotechnology industry has trumpeted that it will feed the world, promising that its genetically engineered crops will produce higher yields.

That promise has proven to be empty, according to Failure to Yield, a report by UCS expert Doug Gurian-Sherman released in March 2009. Despite 20 years of research and 13 years of commercialization, genetic engineering has failed to significantly increase U.S. crop yields.

Failure to Yield is the first report to closely evaluate the overall effect genetic engineering has had on crop yields in relation to other agricultural technologies. It reviewed two dozen academic studies of corn and soybeans, the two primary genetically engineered food and feed crops grown in the United States. Based on those studies, the UCS report concluded that genetically engineering herbicide-tolerant soybeans and herbicide-tolerant corn has not increased yields. Insect-resistant corn, meanwhile, has improved yields only marginally. The increase in yields for both crops over the last 13 years, the report found, was largely due to traditional breeding or improvements in agricultural practices.

The UCS report comes at a time when food price spikes and localized shortages worldwide have prompted calls to boost agricultural productivity, or yield -- the amount of a crop produced per unit of land over a specified amount of time. Biotechnology companies maintain that genetic engineering is essential to meeting this goal. Monsanto, for example, is currently running an advertising campaign warning of an exploding world population and claiming that its “advanced seeds… significantly increase crop yields…” The UCS report debunks that claim, concluding that genetic engineering is unlikely to play a significant role in increasing food production in the foreseeable future.

The biotechnology industry has been promising better yields since the mid-1990s, but Failure to Yield documents that the industry has been carrying out gene field trials to increase yields for 20 years without significant results.

Failure to Yield makes a critical distinction between potential—or intrinsic—yield and operational yield, concepts that are often conflated by the industry and misunderstood by others. Intrinsic yield refers to a crop’s ultimate production potential under the best possible conditions. Operational yield refers to production levels after losses due to pests, drought and other environmental factors.

The study reviewed the intrinsic and operational yield achievements of the three most common genetically altered food and feed crops in the United States: herbicide-tolerant soybeans, herbicide-tolerant corn, and insect-resistant corn (known as Bt corn, after the bacterium Bacillus thuringiensis, whose genes enable the corn to resist several kinds of insects).

Herbicide-tolerant soybeans, herbicide-tolerant corn, and Bt corn have failed to increase intrinsic yields, the report found. Herbicide-tolerant soybeans and herbicide-tolerant corn also have failed to increase operational yields, compared with conventional methods.

Meanwhile, the report found that Bt corn likely provides a marginal operational yield advantage of 3 to 4 percent over typical conventional practices. Since Bt corn became commercially available in 1996, its yield advantage averages out to a 0.2 to 0.3 percent yield increase per year. To put that figure in context, overall U.S. corn yields over the last several decades have annually averaged an increase of approximately one percent, which is considerably more than what Bt traits have provided.

In addition to evaluating genetic engineering’s record, Failure to Yield considers the technology’s potential role in increasing food production over the next few decades. The report does not discount the possibility of genetic engineering eventually contributing to increase crop yields. It does, however, suggest that it makes little sense to support genetic engineering at the expense of technologies that have proven to substantially increase yields, especially in many developing countries. In addition, recent studies have shown that organic and similar farming methods that minimize the use of pesticides and synthetic fertilizers can more than double crop yields at little cost to poor farmers in such developing regions as Sub-Saharan Africa.

The report recommends that the U.S. Department of Agriculture, state agricultural agencies, and universities increase research and development for proven approaches to boost crop yields. Those approaches should include modern conventional plant breeding methods, sustainable and organic farming, and other sophisticated farming practices that do not require farmers to pay significant upfront costs. The report also recommends that U.S. food aid organizations make these more promising and affordable alternatives available to farmers in developing countries.

“If we are going to make headway in combating hunger due to overpopulation and climate change, we will need to increase crop yields,” said Gurian-Sherman. “Traditional breeding outperforms genetic engineering hands down.”

You can download a copy of the full report at the following link:

Doctors call for immediate moratorium on Genetically Modified foods


May 19, 2009

The American Academy of Environmental Medicine (AAEM) today released its position paper on Genetically Modified foods stating that “GM foods pose a serious health risk” and calling for a moratorium on GM foods. Citing several animal studies, the AAEM concludes “there is more than a casual association between GM foods and adverse health effects” and that “GM foods pose a serious health risk in the areas of toxicology, allergy and immune function, reproductive health, and metabolic, physiologic and genetic health.”

The AAEM calls for:

• A moratorium on GM food, implementation of immediate long term safety testing and labeling of GM food.
• Physicians to educate their patients, the medical community and the public to avoid GM foods.
• Physicians to consider the role of GM foods in their patients’ disease processes.
• More independent long term scientific studies to begin gathering data to investigate the role of GM foods on human health.

“Multiple animal studies have shown that GM foods cause damage to various organ systems in the body. With this mounting evidence, it is imperative to have a moratorium on GM foods for the safety of our patients’ and the public’s health,” said Dr. Amy Dean, PR chair and Board Member of AAEM.

“Physicians are probably seeing the effects in their patients, but need to know how to ask the right questions,” said Dr. Jennifer Armstrong, President of AAEM. “The most common foods in North America which are consumed that are GMO are corn, soy, canola, and cottonseed oil.”

The AAEM’s position paper on Genetically Modified foods can be found below or at: .

Genetically Modified Foods

According to the World Health Organization, Genetically Modified Organisms(GMOs) are "organisms in which the genetic material (DNA) has been altered in such a way that does not occur naturally."1 This technology is also referred to as "genetic engineering", "biotechnology" or "recombinant DNA technology" and consists of randomly inserting genetic fragments of DNA from one organism to another, usually from a different species. For example, an artificial combination of genes that includes a gene to produce the pesticide Cry1Ab protein (commonly known as Bt toxin), originally found in Bacillus thuringiensis, is inserted in to the DNA of corn randomly. Both the location of the transferred gene sequence in the corn DNA and the consequences of the insertion differ with each insertion. The plant cells that have taken up the inserted gene are then grown in a lab using tissue culture and/or nutrient medium that allows them to develop into plants that are used to grow GM food crops.2

Natural breeding processes have been safely utilized for the past several thousand years. In contrast, "GE crop technology abrogates natural reproductive processes, selection occurs at the single cell level, the procedure is highly mutagenic and routinely breeches genera barriers, and the technique has only been used commercially for 10 years."3

Despite these differences, safety assessment of GM foods has been based on the idea of "substantial equivalence" such that "if a new food is found to be substantially equivalent in composition and nutritional characteristics to an existing food, it can be regarded as safe as the conventional food."4 However, several animal studies indicate serious health risks associated with GM food consumption including infertility, immune dysregulation, accelerated aging, dysregulation of genes associated with cholesterol synthesis, insulin regulation, cell signaling, and protein formation, and changes in the liver, kidney, spleen and gastrointestinal system.

There is more than a casual association between GM foods and adverse health effects. There is causation as defined by Hill's Criteria in the areas of strength of association, consistency, specificity, biological gradient, and biological plausibility.5 The strength of association and consistency between GM foods and disease is confirmed in several animal studies.2,6,7,8,9,10,11

Specificity of the association of GM foods and specific disease processes is also supported. Multiple animal studies show significant immune dysregulation, including upregulation of cytokines associated with asthma, allergy, and inflammation. 6,11 Animal studies also show altered structure and function of the liver, including altered lipid and carbohydrate metabolism as well as cellular changes that could lead to accelerated aging and possibly lead to the accumulation of reactive oxygen species (ROS). 7,8,10 Changes in the kidney, pancreas and spleen have also been documented. 6,8,10 A recent 2008 study links GM corn with infertility, showing a significant decrease in offspring over time and significantly lower litter weight in mice fed GM corn.8 This study also found that over 400 genes were found to be expressed differently in the mice fed GM corn. These are genes known to control protein synthesis and modification, cell signaling, cholesterol synthesis, and insulin regulation. Studies also show intestinal damage in animals fed GM foods, including proliferative cell growth9 and disruption of the intestinal immune system.6

Regarding biological gradient, one study, done by Kroghsbo, et al., has shown that rats fed transgenic Bt rice trended to a dose related response for Bt specific IgA. 11

Also, because of the mounting data, it is biologically plausible for Genetically Modified Foods to cause adverse health effects in humans.

In spite of this risk, the biotechnology industry claims that GM foods can feed the world through production of higher crop yields. However, a recent report by the Union of Concerned Scientists reviewed 12 academic studies and indicates otherwise: "The several thousand field trials over the last 20 years for genes aimed at increasing operational or intrinsic yield (of crops) indicate a significant undertaking. Yet none of these field trials have resulted in increased yield in commercialized major food/feed crops, with the exception of Bt corn."12 However, it was further stated that this increase is largely due to traditional breeding improvements.

Therefore, because GM foods pose a serious health risk in the areas of toxicology, allergy and immune function, reproductive health, and metabolic, physiologic and genetic health and are without benefit, the AAEM believes that it is imperative to adopt the precautionary principle, which is one of the main regulatory tools of the European Union environmental and health policy and serves as a foundation for several international agreements.13 The most commonly used definition is from the 1992 Rio Declaration that states: "In order to protect the environment, the precautionary approach shall be widely applied by States according to their capabilities. Where there are threats of serious or irreversible damage, lack of full scientific certainty shall not be used as a reason for postponing cost-effective measures to prevent environmental degradation."13

Another often used definition originated from an environmental meeting in the United States in 1998 stating: "When an activity raises threats to the environment or human health, precautionary measures should be taken, even if some cause and effect relationships are not fully established scientifically. In this context, the proponent of an activity, rather than the public, should bear the burden of proof (of the safety of the activity)."13

With the precautionary principle in mind, because GM foods have not been properly tested for human consumption, and because there is ample evidence of probable harm, the AAEM asks:

Physicians to educate their patients, the medical community, and the public to avoid GM foods when possible and provide educational materials concerning GM foods and health risks.

Physicians to consider the possible role of GM foods in the disease processes of the patients they treat and to document any changes in patient health when changing from GM food to non-GM food.

Our members, the medical community, and the independent scientific community to gather case studies potentially related to GM food consumption and health effects, begin epidemiological research to investigate the role of GM foods on human health, and conduct safe methods of determining the effect of GM foods on human health.

For a moratorium on GM food, implementation of immediate long term independent safety testing, and labeling of GM foods, which is necessary for the health and safety of consumers.

(This statement was reviewed and approved by the Executive Committee of the American Academy of Environmental Medicine on May 8, 2009.)

Submitted by Amy Dean, D.O. and Jennifer Armstrong, M.D.

Bibliography: Genetically Modified Foods Position Paper AAEM
World Health Organization. (Internet).(2002). Foods derived from modern technology: 20 questions on genetically modified foods. Available from:

Smith, JM. Genetic Roulette. Fairfield: Yes Books.2007. p.10

Freese W, Schubert D. Safety testing and regulation of genetically engineered foods. Biotechnology and Genetic Engineering Reviews. Nov 2004. 21.

Society of Toxicology. The safety of genetically modified foods produced through biotechnology. Toxicol. Sci. 2003; 71:2-8.

Hill, AB. The environment and disease: association or causation? Proceeding of the Royal Society of Medicine 1965; 58:295-300.

Finamore A, Roselli M, Britti S, et al. Intestinal and peripheral immune response to MON 810 maize ingestion in weaning and old mice. J Agric. Food Chem. 2008; 56(23):11533-11539.

Malatesta M, Boraldi F, Annovi G, et al. A long-term study on female mice fed on a genetically modified soybean:effects on liver ageing. Histochem Cell Biol. 2008; 130:967-977.

Velimirov A, Binter C, Zentek J. Biological effects of transgenic maize NK603xMON810 fed in long term reproduction studies in mice. Report-Federal Ministry of Health, Family and Youth. 2008.

Ewen S, Pustzai A. Effects of diets containing genetically modified potatoes expressing Galanthus nivalis lectin on rat small intestine.Lancet. 354:1353-1354.

Kilic A, Aday M. A three generational study with genetically modified Bt corn in rats: biochemical and histopathological investigation. Food Chem. Toxicol. 2008; 46(3):1164-1170.

Kroghsbo S, Madsen C, Poulsen M, et al. Immunotoxicological studies of genetically modified rice expression PHA-E lectin or Bt toxin in Wistar rats. Toxicology. 2008; 245:24-34.

Gurain-Sherman,D. 2009. Failure to yield: evaluating the performance of genetically engineered crops. Cambridge (MA): Union of Concerned Scientists.

Lofstedt R. The precautionary principle: risk, regulation and politics. Merton College, Oxford. 2002.

Eggen, D. Obama targets food safety: president announces new leaders, groups to upgrade laws. Washington Post. March 15, 2009. p. A02.

AAEM is an international association of physicians and other professionals dedicated to addressing the clinical aspects of environmental health. More information is available at .

Further Information

Dr. Amy L. Dean, D.O.
Public Relations Chair
Member, Board of Directors
American Academy of Environmental Medicine


New report: ‘Failure to Yield,’ shows GM crops failed to significantly raise yield

April 25, 2009


This report by the Union of Concerned Scientists expert Doug Gurian-Sherman, a former biotech specialist with the US Environmental Protection Agency, shows that “despite 20 years of research and 13 years of commercialization, genetic engineering has failed to significantly increase US crop yields.”

The report reviews the literature on yield for the primary GM food/feed crops, soybeans and maize. The report also evaluates the USDA field trial record for GM traits associated with yield over the past 20 years, and discusses the challenges ahead for more complex yield genes, such as transcription factors and signal transduction genes, now being considered by the industry.

The report finds that genetically engineered “soybeans have not increased yields, and GE corn has increased yield only marginally on a crop-wide basis.” “Overall, corn and soybean yields have risen substantially over the last 15 years, but largely not as a result of the GE traits. Most of the gains are due to traditional breeding or improvement of other agricultural practices.”

“If we are going to make headway in combating hunger due to overpopulation and climate change, we will need to increase crop yields. Traditional breeding outperforms genetic engineering hands down,” it concludes.

The report can be downloaded from:


Biotechnologies agricoles : Le maïs et le soja transgéniques très peu productifs

L'Essor, 06/05/2009


Cinq pays européens viennent de suspendre la culture du maïs
génétiquement modifié Bt

Les performances de ces cultures, pour accroître le rendement, restent modestes.

Le maïs et le soja génétiquement modifiés très controversés en Europe, mais largement utilisés aux Etats-Unis depuis leur commercialisation en 1996, ont peu amélioré les rendements de ces cultures, ont indiqué des experts indépendants américains dans un rapport (Failure to Yield).

"Jusqu'ici les performances des cultures génétiquement modifiées pour accroître le rendement sont modestes et ce malgré les efforts considérables mis en oeuvre", écrivent les auteurs de cette étude dont Doug Gurian-Sherman, un chercheur de l'UCS, un groupe américain de recherche indépendant. "Il n'y a aucune culture transgénique ayant permis un accroissement réel du rendement et seul le maïs Bt a montré dans une certaine mesure de plus grands rendements d'exploitation", ajoutent-ils en s'interrogeant sur la sagesse de consacrer autant d'investissement dans cette technique qui pourrait également présenter des risques pour l'environnement.

Or l'accroissement de la production est le principal argument avancé par les défenseurs des Organismes génétiquement modifiés (OGM) qui font valoir que ces cultures seront capables de produire plus pour nourrir les populations des pays en développement.

Cinq pays européens, dont la France et depuis la semaine dernière l'Allemagne, ont suspendu la culture du maïs génétiquement modifié Bt dit MON810 commercialisé par la firme américaine Monsanto au nom du principe de précaution. Le MON810 est le seul OGM cultivé dans l'Union Européenne depuis 1998. Le gouvernement allemand a souligné que sa décision était basée sur des études scientifiques environnementales.

Le maïs Bt (Bacillus thuringiensis) est modifié génétiquement pour lui conférer une résistance aux insectes nuisibles de cette culture dont la pyrale du maïs, une chenille qui dévore les tiges de la plante de l'intérieur. Selon les chercheurs de l'UCS, le soja génétiquement modifié pour résister aux herbicides, culture génétiquement modifiée la plus plantée aux Etats-Unis, "n'a pas accru le rendement réel, ni d'exploitation". Ils ont calculé que la contribution du maïs Bt à l'accroissement des rendements depuis sa commercialisation en 1996 n'a été que de 0,2 à 0,3% par an.

Citant des statistiques du ministère américain de l'Agriculture, l'étude note que la production moyenne de maïs par acre (0,4 ha) aux Etats-Unis a été de 28% plus élevée de 2004 à 2008 que durant une période comparable de cinq ans entre ce qui signifie que de 24 à 25% du gain de production à l'hectare ou rendement sont attribuables aux autres méthodes d'amélioration des cultures de maïs. Pour le soja transgénique, dont la production moyenne par acre s'est accrue de 16%, les auteurs du rapport ont estimé que le gain attribuable aux OGM était quasi-inexistant.

Enfin ils soulignent que la production moyenne de blé par acre a augmenté de 13% environ entre ces deux mêmes périodes de référence. Hors il n'y a pas de blé transgénique commercialisé. Aux Etats-Unis, le soja génétiquement modifié compte pour 90% des superficies cultivées avec cette culture tandis que pour le maïs cette proportion est de 63%.

Les résultats de cette recherche montrent "qu'il est temps d'examiner plus sérieusement les autres techniques de culture disponibles" pour doper les rendements, jugent ses auteurs préconisant de mettre en application les dernières avancées prometteuses en génomique pour améliorer les qualités génétiques des cultures sans recourir aux OGM.

Synthèse de M. COULIBALY

Source AFP

L'Essor, est seul responsable du contenu de cet article


Face aux OGM : L'Afrique s'ouvre, l'Europe se referme

Le Matin



Les organismes génétiquement modifiés (OGM) ne sont pas seulement la cible des critiques en Europe ou des altermondialistes en Afrique. L'Allemagne vient aussi de rejoindre le cortège des Etats ayant banni le "maïs Mon810" de leur territoire. Aux Etats-Unis également, patrie du groupe Monsanto, un rapport ( Failure to Yield) publié le 14 avril 2009 par l'Union of Concerned Scientist (UCS, un groupe indépendant d'experts né dans le giron du Massachusetts Institute of Technology), s'attaque au principal argument des fabricants de semences modifiées : la garantie de meilleurs rendements !

Depuis des années, les industriels claironnent qu'ils vont nourrir le monde en promettant que les OGM produiront de meilleurs rendements. Mais, après vingt ans de recherches et treize ans de commercialisation, les fermiers américains qui ont recours à ces semences n'ont guère récolté davantage à l'acre (0,4 hectare). En comparaison, l'agriculture traditionnelle continue d'avoir de meilleurs résultats" ! Cette révélation est de M. Doug Durian-Sherman, l'auteur du rapport publié le 14 avril 2009 par l'Union of Concerned Scientist (UCS).

Pour aboutir à cette conclusion, ce biologiste a passé au crible toutes les statistiques et études académiques publiées sur le soja et le maïs, les deux cultures transgéniques les plus répandues aux Etats-Unis où près de 90 % des surfaces plantées en soja le sont en OGM, tout comme plus de 60 % des surfaces consacrées au maïs.

De nos jours, trois OGM dominent le marché. Une variété de maïs résistante à certains insectes nuisibles, comme la pyrale, une chenille qui dévore les tiges de la plante de l'intérieur, et deux variétés tolérantes aux herbicides. Ces deux dernières, l'une de maïs et l'autre de soja, "n'ont apporté aucune amélioration des rendements", défend le rapport.

Concernant le maïs Bt (Bacillus thuringiensis), résistant aux insectes, comme le Mon810, l'accroissement de la production s'est avéré " marginal ". Sauf dans les cas de forte invasion où une hausse de 7 % à 12 % a pu être observée. Ces résultats s'appuient en partie sur des récoltes obtenues en Europe où le maïs Bt est largement exporté.

" La hausse de la productivité au cours des dernières années tient davantage à d'autres facteurs d'innovation agricole ", constate le rapport. L'auteur juge même, en conclusion, qu'il serait dangereux de miser sur les OGM pour assurer les besoins alimentaires d'une planète qui comptera 9 milliards d'habitants en 2050, soit près de 50 % de plus qu'aujourd'hui.

Efficacité démentie par l'interdiction
Il faut souligner que ce rapport n'est pas le premier à dénoncer la " fausse promesse " des OGM que les multinationales imposent petit à petit aux pays pauvres, notamment africains, comme solution miracle à leur insécurité alimentaire. Et le constat n'émane pas seulement de cercles réputés hostiles aux biotechnologies. En effet, en 2006, les chercheurs du ministère américain de l'agriculture avaient fait le bilan des dix premières années de cultures transgéniques et ils étaient parvenus à la même conclusion : aucune amélioration significative des rendements des surfaces mises en valeur. Alors que les enquêtes réalisées auprès des fermiers montraient que ce point constituait la principale raison de se tourner vers les OGM. C'est en tout cas l'argument tenu pour mieux appâter les pauvres paysans d'Afrique.

Les semenciers ont, jusqu'à présent, catégoriquement réfuté ces affirmations. Proche des multinationales du secteur, le cabinet de conseil PG Economics expliquait, en février dernier, que " les faits montrent que sur l'ensemble des pays ayant recours à des maïs OGM résistant aux insectes ravageurs, les rendements ont crû de 5,7 % entre 1996 et 2006 ". Et d'ajouter, " les performances sont d'autant plus fortes quand le pays a peu de moyens pour lutter contre les pestes animales ".

Toujours selon PG Economics, le coton transgénique aurait entraîné une augmentation des rendements de 50 % en Inde, le maïs OGM faisant de même à hauteur de 24 % aux Philippines. En Inde pourtant, les cotonculteurs se suicident régulièrement parce qu'ils ne parviennent plus à faire face aux dettes liées à leur campagne agricole.

Ce débat sur les rendements s'ajoute à ceux concernant l'innocuité des OGM sur la santé humaine et leur incidence sur l'environnement. En tout cas, le 14 avril 2009, l'Allemagne a décidé à son tour d'interdire la culture ainsi que la vente du Mon810 de la firme américaine Monsanto, en faisant jouer la clause de sauvegarde. Elle est le sixième Etat membre (avec la France, la Grèce, l'Autriche, la Hongrie et le Luxembourg) à rejoindre le camp des opposants à cette semence transgénique contre l'avis de Bruxelles. Cette décision " a été prise dans l'intérêt de l'environnement ", a affirmé la ministre allemande de l'agriculture.

" Nous avons mené une étude rigoureuse pour peser le pour et le contre ", précise-t-elle. Pour Mme Aigner (la ministre en question) la décision de son pays se fonde sur deux rapports scientifiques sur lesquels s'était appuyé le Luxembourg au moment de suspendre, fin mars 2009, la culture du maïs transgénique. Ils démontrent que la semence présente un risque pour certains insectes, tels que les coccinelles, les papillons et les puces d'eau.

Et le 15 avril 2009, la Commission européenne a décidé de se donner le temps de la réflexion sur le Mon810 après avoir vainement tenté de jouer les gendarmes contre les pays récalcitrants. Depuis quelques années, l'Union européenne recommande une levée de la clause de sauvegarde, activée en janvier 2008, à la suite du Grenelle de l'environnement.

La Commission s'est déjà fait désavouer début mars dernier, lorsqu'une majorité d'Etats membres avait rejeté la levée des moratoires hongrois et autrichien. Le rejet des OGM par un nombre de plus en plus croissant de pays européens doit servir d'exemple aux gouvernements africains qui se laissent intimider ou naïvement séduire par les multinationales.

Kader Toé

Des enjeux financiers de taille

L'enjeu économique est faible pour l'Allemagne qui vient d'interdire le maïs transgénique. En effet, la culture du Mon810 devait concerner 3 700 hectares en 2009, soit moins de 0,2 % de la surface totale de maïs cultivée dans le pays. Depuis son autorisation officielle en 2005, cette culture a toujours été contestée outre-Rhin.

La semence avait déjà été provisoirement interdite à la vente en 2007.

Mais, il faut noter que 125 millions d'hectares étaient cultivés en organismes

génétiquement modifiés (OGM) dans le monde en 2008, soit 8 % des surfaces cultivées, selon l'International Service for the Acquisition of Agro-biotech Applications (Isaaa). Les surfaces cultivées en OGM ont augmenté de 9,4 % par rapport en 2007.

Ainsi, 25 pays cultivent des OGM et 30 en ont autorisé l'importation depuis le début de leur commercialisation, en 1996. Les Etats-Unis, le Canada, le Brésil et l'Argentine concentrent près de 80 % de la production mondiale. En 2008, une percée a été observée en Afrique où le Burkina Promotion de la paix et de la non violenceFaso et l'Egypte sont venus rejoindre l'Afrique du Sud au rang des pays producteurs. L'enjeu financier est énorme. En effet, il représentait 7,5 milliards de dollars (5,7 milliards d'euros) en 2008, sur un total de 34 milliards de dollars (26 milliards d'euros) pour le marché mondial des semences. On comprend alors pourquoi les multinationales, qui contrôlent ce juteux et douteux marché, ne lésinent pas sur les moyens pour conquérir les pays africains comme le Mali. K.T

Le Matin, est seul responsable du contenu de cet article


The Blunder Crop: a Biofuels Digest special report on jatropha biofuels development

by Jim Lane


March 24, 2009

Willie Lester and Rodney Brown penned the song "I Can't Win for Losing", but it's Lester Brown's critique of biofuels that comes to mind when considering the hopes for, and stumbles of, the jatropha industry.

Kirk Haney tells me there’s nothing to worry about with his jatropha biofuels company, SG Biofuels, and I believe him. A successful practioner of sustainable forestry in Central America via the teak trade, Haney has assembled a top-tier team for SG and is doing the soil testing and the extensive planning — the “hard, dirty work of progress”, to borrow Rob Elam’s memorable phrase — that will turn jatropha dreams into actual viable industry.

He’s joined by a handful of jatropha developers like Mission New Energy and GEM that are getting it done, making it happen.

Elsewhere, things would be going great if they weren’t going so badly.

Well-organized efforts are in the minority. More typical: back-of-the-comic book jatropha seed and seedling marketers that prey on the hopes and fears of cash-strapped farmers; the farcical disaster that has developed in Myanmar’s national biofuels project; and a number of non-profits (some well-organized, some dreamy) running around in Haiti trying to save the country from deforestation with projects as small as one designed to provide heat and power to a local bakery.

Jatropha is realizing less than half its projected yields in most projects, and less than a third of optimistic estimates that led jatropha to be labeled “the wonder crop”.

The problem? Countries like Myanmar that planned 8 million acres of jatropha and then forgot about harvesting technology, crushers, biodiesel processing or anything approaching a distribution system. The Result? Jatropha seeds rotting in Myanmar’s fields. The cure? Getting back to sound planning, extensive soil testing, and excellence in project management.

Here are some updates from the field. It’s a fairly shocking portrait of progress inhibited.

Main factors?

1. Hype that cites jatropha’s “poor soil” tolerance and high yields without noting that jatropha survives, but hardly thrives, in very poor soil.
2. The lack of mechanical harvesters.
3. The lack of adequate soil testing in the rush to plant.

A world with half as many seedlings and twice the number of harvesters and crushers would a better world be.

Here are some reports from the frontiers:


In 2007, China Confidential said that China aimed to have 13 million jatropha hectares planted, with a yield of 0.4 tonnes of oil per hectare on an ongoing basis. As of today, just a handful of plantations in fact exist.

D1 Oils.

It started with gigantic promise, and remains jatropha’s biggest project developer and biggest hope. However, D1’s operations in Africa have proven disappointing, with a regional management shakeup announced last September and an annoucnement that “the planting position will continue to be kept under review.”

Former chairman Lord Oxburgh told National Geographic that initial production would commence in 2007. Former CEO Elliot Mannis later predicted to Reuters in January of 2008 that the first significant harvests of jatropha would be in the second half of 2008, but only 1,000 tonnes of oil were harvested in all. That’s roughly enough for 300,000 gallons of biodiesel.

Overall the company is reporting 257,370 hectares under cultivation, the majority in northeast India in a JV with tea giants Williamson Magor. In January 2008, the company told Reuters it had 202,000 hectares under cultivation (which later was trimmed in company stock filings to 192,016 as of March 2008). The company predicted in September 2008 that it would increase its plantations to 300,000 hectares by year end but confirmed in February that total planting had not increased since the September update.

The growth rates suggest it will be some time before the company realizes its overall goal of planting 2.5 million acres (1.01 million hectares), and to this reporter there appears to be persistent difficulties in projecting the timing and volume of production.

Overall, the company appears to be bearing down into the realities of the business, but the numbers do not suggest robust yields are in sight for the near-term. The departure of CEO Mannis and chairman Lord Oxburgh in a boardroom coup late last year was suggestive of troubles at D1, although sources have pointed as much to troubles with the company’s UK-based biodiesel processing operations, which were closed.

Variations in yield estimates.

It’s understandable that crop yields vary based on inputs, climate and the skill of the farmer. But, even allowing for that, jatropha yields forecasts seem to me as scattered as atoms after a supernova.

Here is a selection.

Frost & Sullivan (2007): 1-5 tonnes of oil per hectare. Cited 8-10 tons of seeds per hectare sourced to “enthusiastic promoters”. Biofuels Revolution: Cited 10 tons of seeds in a report. Here’s an article that said that actual yields were one fifth of government estimates - at 1.5 to 2 tons per acre.

Here’s another at 10 - 12 tons per hectare of seeds. Here’s one that covers all the angles with a stupendously un-useful range of 0.5- 12 tons per hectare. Here’s the winner of the optimist award: The Philippine National Oil Company weighing in with a forecast of a minimum of 15 tons per hectare on the fifth year. A report distributed by (but not from) UNCTAD cites 13 tons per hectare.

Whew! That’s 0.5 to 15 in about 10 seconds. Sounds more like an accelerating Jaguar than jatropha yield data. But there you are.


In the South Asian heartland of jatropha, Chahattisgarh state takes the absolute cake for predictions of wealth that have not come true. Asia Clean Tech reported in 2007 that the state-owned Indian Oil Co has partnered with Chhattisgarh state to deploy jatropha. ‘No less than 500,000 people will get jobs across the state during the next 4-5 years due to these jatropha plantations,’ a senior Creda official was quoted in the ‘07 report. The JV was reported to produce up to 300 tons of biofuel per day within 4-5 years. That’s about 33 Mgy of fuel.

How does that employ 500,000 people? That’s 66 gallons - or about $150, per worker. At yields of 250 gallons per acre, that’s four workers an acre. Even in one of the poorest states in India, that’s a poor excuse for economic development and a ruinous, blundering exaggeration that is a standout reason that jatropha has earned the nickname “the wonder blunder crop”.


Moving from comically far-off-predictions to another dimension of hype that would be funny if it were not tragic, let’s consider the case of Myanmar.

As reported previously in the Digest, the Myanmar government set out in 2006 to cultivate 8 million acres of jatropha, in hopes of making the country more energy self-sufficient and potentially develop an export trade in jatropha oil.

The program was handed down to individual states in the form of a dictat: 500,000 acres or more per state. Individual farmers and even city dwellers were dragged into forced-planting campaigns to meet planting goals. Supervision of planting was handed off to the Army, which detailed numerous young, non-commissioned officers to supervise the work. Planting took place in plantation-style field, in hedges and home gardens.

What was missing? Besides soil testing, uh, just a few things. Like a harvesting plan. According to a Time magazine report, “My friend dutifully tends his jatropha trees and then watches the seeds fall on the ground and die. In his case, the spindly physic-nut shrubs in his garden are supplanting a fragrant frangipani tree or colorful hibiscus bush. But elsewhere in Burma — a nation where UNICEF estimates malnutrition afflicts one-third of children — farmers have had to put aside valuable crop land for a wasted plant.”


Beyond the tragedy of Myanmar there is the deeper tragedy of Haiti, a land stripped of economic opportunity as well as forest cover.

Kathleen Robbins has been active down in Haiti for quite some time putting together a jatropha cultivation education program, next to the UN Model School. Other NGOs, it appears, have been more focused on planting than educating. According to, at least three dozen projects are active in Haiti now. One is so small it’s aim is to support a single Haitian bakery with power through cultivation of jatropha as an oil source. Would not these incredibly well-meaning NGOs do better to band together to achieve some economies of scale?

Voodoo economics

Apparently in Haiti, jatropha is used in voodoo rituals. That seems right, because the cultivation of the plant has been beset, and seems to remain so, with voodoo economics and announcements of yields and harvest potentials that are way ahead of science.

The workers actually putting jatropha seedlings in the ground and harvesting the yields, who face the daily disconnect between jatropha reality and jatropha dreams, can use all the magic they can get.

Le bio-carburant, une menace pour les cultures vivrières


AFP/La production à grande échelle de bio-carburant au Sénégal, un pays en pointe en Afrique pour la promotion de cette nouvelle énergie, pourrait à terme menacer les cultures vivrières et bousculer l'agriculture dans les zones humides, selon deux Ong.

"La menace, c'est sur le long terme. Si cette politique de distribution de terres, à l'aveuglette, pour la mise en place à grande échelle de massifs pour le bio-carburant continue, les cultures vivrières vont entrer en concurrence avec le bio-carburant", affirme Fatou Mbaye, chargée du projet sur les bio-carburants à ActionAid Sénégal.

Elle s'exprimait jeudi lors de la présentation d'une étude sur les bio-carburants au Sénégal menée par deux Ong, Wetlands International et Actionaid Sénégal.

Le Sénégal, qui importe l'essentiel de ses besoins alimentaires et énergétiques, s'est lancé dans une politique de diversification des sources d'énergie. Mais il a aussi dans le même temps mis en place en 2008 une politique d'autosuffisance alimentaire.

Ce pays d'Afrique de l'Ouest a en effet lancé début 2007 un programme national de culture de jatropha , ou pourghère, une plante dont on extrait une huile pouvant servir de carburant.

En 2012, le jatropha, principalement produit pour le bio-carburant au Sénégal, devrait couvrir 320. 000 hectares, dans toutes les communautés rurales du pays, selon des projections officielles.

D'autres expériences sont menées par des industriels, pour notamment produire de l'éthanol, ainsi que par des agriculteurs privés, locaux et étrangers.

La Compagnie sucrière sénégalaise (CSS) a inauguré fin 2007 dans le nord du pays une distillerie pour produire "8 à 12 millions de litres d'éthanol par an" à partir de mélasse issue de la transformation de la canne à sucre.

Pour Sidi Bâ, représentant du Cadre national de concertation des ruraux (CNCR), une organisation paysanne, "tel que c'est décrit dans le programme national (de culture de jatropha), le bio-carburant est effectivement une menace réelle pour les cultures vivrières".

"Cultiver du jatropha à la place du mil, du maïs ou de l'arachide, c'est dire aux paysans: mourrez de faim demain", ajoute M. Bâ.

Ces menaces sont surtout dues au fait que selon des spécialistes, la culture du jatropha était annoncée sur des terres dégradées, salées notamment. Mais il est cultivé sur des terres arables, dans le nord et le sud du pays notamment d'où provient l'essentiel de la production nationale de riz.

Le Sénégal importe traditionnellement les trois quarts de sa consommation de riz de Thaïlande ou plus récemment d'Inde.

"Le jatropha peut pousser partout, mais il est recommandé de le cultiver sur des sols humides pour avoir des graines. C'est pour cette raison que les zones humides, les mêmes terres prévues pour l'agriculture, sont convoitées", affirme Pape Mawade Wade de Wetlands International.

Mais les autorités minimisent le problème. "Il n'y a aucune menace. La question est en train de se régler par l'augmentation de la production agricole par le biais de la recherche", rétorque le directeur national au ministère sénégalais des bio-carburants, Sana Faty.

En outre, selon lui, "le Sénégal dispose de beaucoup de terres dégradées qui ne sont utilisées par aucune culture et sur lesquelles on va faire du bio-carburant".

Pour M. Faty, "le bio-carburant est une option irréversible dans le monde entier pour diversifier les sources d'énergie traditionnelles".

"Il serait dommage que les Africains se mettent à faire de faux discours car ce sont eux qui disposent de beaucoup d'opportunités parce que possédant des terres" qui manquent en Europe et en Amérique notamment, conclut-il.


Situation des biocarburants en Afrique de l’ouest


Après un rappel des enjeux environnementaux et énergétiques, l’article fait un tour d’horizon des projets en cours ou à l’étude dans différents pays de l’Ouest africain.

Article de M. Gbosségnon Christophe GANDONOU paru dans la revue GRAIN.

Depuis quelques années, les communautés nationales, les organisations non gouvernementales (ONG), les institutions nationales et internationales ont pris la mesure du danger que constitue l’émission des gaz à effet de serre par les énergies fossiles en particulier les produits pétroliers. Ces gaz sont à l’origine de graves perturbations environnementales conduisant aux changements climatiques observés de plus en plus et qui hypothèquent l’équilibre écologique dans les différentes régions du monde. De plus le coût de plus en plus élevé des hydrocarbures (pétrole et ses dérivés) et la perspective d’un épuisement de cette ressource naturelle énergétique non renouvelable a amené les états à réfléchir au développement de nouvelles sources d’énergie écologiquement propre et économiquement rentable. Parmi ses sources d’énergie renouvelables, les bioénergies en général et les biocarburants en particulier sont celles qui attirent l’attention des responsables politiques compte tenu du fait que la filière carburant est celle qui consomme le plus de produits pétroliers et qui produit le plus de gaz nuisibles à l’environnement et à la santé. Ainsi il est admis que l’utilisation de l’éthanol pur à la place de l’essence permet une réduction de l’émission des gaz à effet de serre de l’ordre de 75% (source IFEN). Au-delà de cet aspect environnemental, les biocarburants contribuent également à la réduction de la dépendance énergétique des pays, une hausse de la production permettant de réduire les importations de pétrole ou ses dérivés. Par ailleurs le développement des biocarburants crée de nouvelles filières agricoles et pourraient offrir de nouveaux créneaux porteurs pour les agriculteurs des pays en voie de développement.

Les pays de l’Afrique de l’Ouest, comme la plupart des pays africains, n’est pas restée en marge de la tendance au développement des biocarburants.

Elaboration de politiques et stratégies nationales en matière de biocarburants

La plupart des pays de la sous-région ouest-africaine ont élaboré ou sont en train d’élaborer des politiques et stratégies nationales en matière de biocarburants.

Le Sénégal, le Ghana et le Nigéria possèdent des stratégies nationales de promotion des biocarburants. Ces stratégies sont basées sur la mise sur pied d’un comité technique chargé de définir les politiques à mettre en œuvre dans ce secteur, de créer un cadre législatif et réglementaire incitatif pour la production et l’utilisation des biocarburants et de développer dans les court et moyen termes des filières bioalcool et biodiesel. Si la stratégie nigériane se base sur la production de bioéthanol à partir du manioc et de la canne à sucre, le Ghana a accentué son projet pilote sur le pourghère avec la société Anuanom Industrial Bio Products Ltd développe un immense projet de culture de Jatropha pour la production de biodiesel, en collaboration avec le secteur public. L’objectif est de développer une plantation de Jatropha sur une superficie d’un million d’hectares (1 000 000 ha).

Au Bénin, dans le cadre du Projet de Fourniture des Services d’Energie (PFSE) de la Direction Générale de l’Energie, il est envisagé, dans la cadre de la composante biomasse du projet, la production locale de bioéthanol et de biodiesel. A cet effet, un programme de Développement des Biocarburants est en cours de préparation au Bénin et vise à produire du biodiesel à partir du ricin (Ricinus communis) et du pourghère (Jatropha curcas) destiné au secteur agricole, aux transports et à la production d’électricité et du bioéthanol comme énergie de cuisson et comme carburant de substitution à l’essence à partir de la pomme d’anacarde.

Au Burkina Faso, au Niger et en Côte d’Ivoire, les gouvernements ont exprimé clairement leur souhait de développer la production des biocarburants. Mais ce sont les opérateurs privés qui se sont lancés les premiers dans le développement de projet visant à produire des biocarburants. Ainsi, au Burkina Faso, les sociétés DAGRIS et SN CITEC ont élaboré un projet de production du biodiesel à partir de l’huile de coton destiné à être incorporé au gazole et/ou pour carburation dans les groupes électrogènes utilisés pour la production d’électricité dans le pays alors qu’en Côte d’Ivoire c’est la société "21st Century Energy" qui compte investir environ 650 milliards Fcfa sur une période de 5 ans pour produire l’éthanol pour l’exportation sur le marché sous-régional et même international. Cela découlera sur une production de 3,5 milliards de litres de biocarburant par an, en utilisant la canne à sucre et le maïs. Au Niger, c’est le pourghère (Jatropha curcas) qui a attiré l’attention des responsables de la Société IBS Agro Industries qui s’intéresse à la production de biocarburants. Cette société a déjà initié l’expérimentation dans la région de Gaya où il se propose d’aménager 4000 ha pour la culture de cette plante et d’installer une usine pour produire 25000 litres par jour de biocarburant. Dans ce pays, de plus en plus d’opérateurs privés s’intéressent à cette filière.

Au Mali, la culture du Jatropha est déjà assez avancée. Cette plante est très largement utilisée comme haie dans la pays sur environ 10000 kilomètres avec un taux de croissance de 2000 kilomètres par an. C’est la GTZ qui a lancé les activités relatives au Jatropha dans ce pays en 1987 dans le cadre d’un programme de promotion des énergies renouvelables. Le projet Jatropha lui-même a commencé en 1993 et s’est terminé en 1997 ; ce projet ne visait pas particulièrement la production de biocarburants mais plutôt l’utilisation de cette huile comme élément essentiel pour activer un système circulaire combinant des effets écologiques, économiques et de génération de revenus en particulier en faveur des femmes. Ces activités ont permis de montrer que moyennant l’addition d’un filtre à essence, l’huile pure de Jatropha peut faire fonctionner les moteurs de type Lister qui sont utilisés dans les zones rurales pour faire tourner les moulins à grains et les pompes à eau. Certaines études ont même envisagé la substitution du pétrole par l’huile pure de jatropha pour les lampes et les cuisinières.

A côté de la canne à sucre et du manioc, le Nigéria explore également la possibilité d’utilisation de l’arachide, les graines de citrouille, du pourghère (Jatropha curcas) et le palmier à huile pour la production du biodiesel. Mais certaines de ces cultures pourraient contrarier la relève du défi de la sécurité alimentaire.

Un partenariat public-privé commence à s’installer dans le secteur

Dans la plupart des pays, même si l’initiative est prise par les autorités publiques, les sociétés privées et les Organisations Non-Gouvernementales (ONG) sont associées aux stratégies. Dans certains cas, ces privés ou ONG s’intéressent au secteurs des biocarburants indépendamment des décisions publiques. C’est ainsi qu’au Bénin, les ONG- Jeunesse Sans Frontières-Bénin (JSF-Bénin), Africa Cultures et Goupe de Recherches Scientifiques et Techniques sur les Energies Renouvelables (GRSTER-ONG) ont commencé des activités de recherche ou de production sur le pourghère (Jatropha curcas). Au Ghana, c’est la société Anuanom Industrial Bio Products Ltd qui a été associée au développement des biocarburants. En côté d’Ivoire, le gouvernement en donnant son accord de principe à M. David Meyers, président de la société "21st Century Energy" à travers le ministère de l’Agriculture a consacré l’établissement d’un partenariat secteur public-secteur privé.

Des organisations sous-régionales s’impliquent dans le développement des biocarburants

L’union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) a élaboré un Programme Régional Biomasse Energie (PRBE). La mise en œuvre de ce programme devrait contribuer à l’élaboration d’une Politique Energétique Commune (PEC). Dans le cadre de ce programme, un atelier de validation de l’étude sur le développement de la filière Ethanol /Biocarburants dans l’espace UEMOA s’est tenu à Dakar du 20 au 22 novembre 2006. L’UEMOA et le FAGAS (Fonds Africain de Garantie et de Financement) sont impliqués dans la promotion et le développement de la filière Biocarburant en Afrique de l’Ouest.

Déjà une Association Africaine des Producteurs de Biocarburants (AAPB)

Réunis à Dakar, des opérateurs privés ont décidé de coordonner leurs efforts pour promouvoir les biocarburants dans les pays de l’UEMOA. En marge de l’atelier de validation de l’étude sur le développement de la filière Ethanol /Biocarburants dans l’espace UEMOA s’est tenu à Dakar du 20 au 22 novembre 2006, les opérateurs privés qui y participaient ont décidé de créer une association dénommée « Association Africaine des Producteurs de Biocarburants (AAPB) ». Cette association a pour objet de promouvoir la production et la commercialisation des biocarburants en Afrique.


Le développement des biocarburants intéresse la plupart des pays ouest africains. Dans ces pays, les différents programmes de développement de ces carburants sont à leurs débuts ou en cours d’élaboration. Un partenariat secteur public-secteur privé commence à se développer dans plusieurs pays et l’implication d’un organisme de coopération sous-régionale permet d’espérer un développement harmonieux d’un secteur qui présente des intérêts très importants pour le développement socio-économique et la protection de l’environnement dans ces pays.

Cependant, il est important de cibler des cultures qui contribuent à protéger l’environnement et qui n’hypothèquent pas la sécurité alimentaire dans ces pays dont certains sont caractérisés par une production alimentaire insuffisante. A cet effet, le pourghère (Jatropha curcas), le ricin et le pomme d’anacarde apparaissent comme les cultures les plus prometteuses pour la production de biodiesel ou de bioéthanol.

Aujourd’hui, le pourghère (Jatropha curcas) est cultivé au Togo, au Ghana, au Sénégal, au Mali, en Côte d’Ivoire et au Niger. L’expérimentation a commencé au Bénin.


Assemblée nationale : L’Agence nationale de développement des biocarburants est née

L'Indépendant, 22/05/2009


Réunis en séance plénière hier, jeudi 21 mai, les élus de la nation ont ratifié l’ordonnance du 4 mars 2009 portant création de l’Agence nationale de développement des biocarburants (ANADEB). Défendu par Mamadou Igor Diarra, cette ordonnance a été acceptée par 111 élus contre 0 votant et 2 abstentions.

Dans le rapport de la commission de l’Eau, de l’Energie, des Mines, de l’Artisanat, du Tourisme et des Technologies, lu à la plénière par le rapporteur Tionkon Koné, le biocarburant ou agro carburant est défini comme étant un carburant produit à partir de matériaux organiques végétaux. Il existe actuellement deux filières principales : filière huile et dérivés (biodiesel), filières alcool (essence).

En effet, les huiles végétales sont comme les hydrocarbures d’origine fossile constitués de chaînes moléculaires regroupant des atomes de carbone et d’hydrogène. Mais la caractéristique essentielle est que, les chaînes des huiles végétales possèdent des atomes d’oxygène qui leur permettent d’être moins polluantes que gazole dans les tuyaux d’échappement. Elles ne contiennent ni le soufre qui participent aux pluies acides (raffineries, gazole, charbon) ni l’azote ni les métaux lourds.

Le Mali à en croire le document de l’Assemblée nationale, possède une expérience de recherche et une valorisation du potentiel national d’énergies renouvelables (énergie solaire, éolienne, hydro-électricité) en général et de biocarburants en particulier.

La recherche se développe

Les travaux de recherche au Mali ont débuté depuis 1986 sur le biodiesel produit à partir du pourghère.

Cette plante est un arbuste connu et planté depuis de longue date dans notre pays. Sa graine est très riche en huile (25 à 30% de son poids).

Il est cultivé en haies vives pour la protection des champs (méthode traditionnelle) ou en champs de pourghère (méthode industrielle). Au cours des années 90, les premiers tests industriels ont été faits dans la motorisation pour moudre des céréales ainsi que dans la production d’électricité.

Les recherches ont été élargies aux sous produits du pourghère et ont abouti à des résultats prometteurs, notamment dans la production du savon, des engrais et des insecticides.

Riche de ces expériences, le ministère chargé de l’énergie a lancé en 2004 un programme national de valorisation énergétique de l’huile de pourghère. Ceci a permis l’électrification par l’huile pure de pourghère du premier village (Keleya) en mai 2005.

Les recherches actuelles sur le pourghère se poursuivent sur les variétés, les provenances, le conditionnement, la certification des graines et aussi les méthodes culturales (mono culture ou cultures associées). Une unité industrielle de biodiesel d’une capacité de 2000 litres par jour est installée à Koulikoro.

La production de cette unité est aujourd’hui sur le marché malien. Une autre unité de production de l’huile pure est installée à Garalo. Elle servira à alimenter les deux groupes électrogènes de 150 kw de cette localité.

Rappelons que l’Agence nationale de développement des biocarburants a pour mission de promouvoir les biocarburants.

A ce titre, il est chargé notamment de participer à la définition des normes en matière de biocarburants et au suivi de leur mise en œuvre ; de veiller à la disponibilité permanente des biocarburants sur le marché ; d’établir les bases et mécanisme de tarification et de participer à l’élaboration de la structure des prix des biocarburants ; d’assurer la concertation entre partenaires nationaux et internationaux du domaine des biocarburants pour favoriser les échanges technologiques et développer le partenariat.

Chahana TAKIOU

L'Indépendant, est seul responsable du contenu de cet article